Michele Tribalat livre les vrais chiffres [inquiétants] de l’immigration [Vidéo]

Immigration

07/07/2017 – 06h35 Paris (Breizh-Info.com) – Michele Tribalat, le célèbre démographe, ancien directeur de recherche à l’INED, a accepté de répondre aux questions de TV Libertés sur les chiffres de l’immigration en France.

Elle dénonce l’aveuglement volontaire de l’intelligentsia sur le phénomène de l’immigration en France. Aujourd’hui, comme hier, les gouvernements et les élites avancent « les yeux grands fermés ».

Un entretien exceptionnel où les faits prennent le pas sur l’idéologie. Et où l’on bouscule les idées reçues.

C’est ainsi que Michèle Tribalat tord le cou à la légende de l’Islam installé de longue date en France.

Elle affirme, preuves à l’appui, que les musulmans d’aujourd’hui sont presque exclusivement le produit d l’immigration récente. Le démographe appuie aussi son analyse sur un double phénomène : la désecularisation des populations originaires des pays musulmans et d’autre part la sécularisation galopante de la société française dans son ensemble.

Dans une interview donnée à Atlantico, elle balayait déjà l’idée que l’immigration musulmane actuelle (et extra européenne) serait de même nature et avec les mêmes conséquences que l’immigration en France au début du XXème siècle : «  Lorsque les Polonais sont arrivés en France il y a bien longtemps, il passaient pour inassimilables. Mais il étaient catholiques et ont pu, au fil du temps et des générations, finalement, « trouver chaussure à leur pied » parmi les catholiques autochtones. Paradoxalement, l’endogamie religieuse a favorisé l’exogamie ethnique. Le catholicisme faisait partie des éléments culturels communs. Tel n’est pas le cas des musulmans qui apportent l’islam dans leurs bagages. Par ailleurs, la société, jusque dans les années 1960-70, n’était guère encline à célébrer la diversité comme on le fait aujourd’hui. (…) L’islam change la donne par la taille de la population musulmane, l’importance que les musulmans accordent à la religion, une tendance à la désécularisation, une transmission religieuse qui s’est améliorée et une endogamie religieuse très forte. »

Crédit photos :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine