19/08/2017 – 06h20 Uppsala (Breizh-Info.com) – C’est une enquête menée par le média local Upsala Nya Tidning, avec le soutien de la police de la ville, qui a dévoilé ce résultat édifiant. 80 % des jeunes femmes ayant été interrogées ont déclaré se sentir en insécurité dans le centre de cette ville située à 70 km au nord de Stockholm où vivent 200 000 personnes.

Les migrants effraient les femmes à Uppsala

Un résultat abondamment commenté par divers médias nationaux dont Aftonbladet. Cette enquête a fait d’autant plus de bruit que les causes de cette insécurité sont claires pour toutes les parties au dossier. Les jeunes filles interrogées ou les officiers de police locaux sont formels : c’est la population migrante extra-européenne qui pose problème.

Daniel Larsson, commissaire de police d’Uppsala, n’hésite pas à tenir des propos qui lui vaudraient, dans bien des pays – dont la France -, une sacrée levée de boucliers. « Les migrants se mettent en groupe » pour attaquer les Suédoises déclare-t-il notamment au média Upsala Nya Tidning. « Ils sont plus agressifs dans leurs relations avec les filles. »

Et le média Friatider révèle d’ailleurs que ce commissaire de police a même interdit à ses filles de fréquenter le centre-ville d’Uppsala !

Une augmentation impressionnante de l’insécurité

La même enquête avait été réalisée en 2013 et, à l’époque, 45 % des jeunes femmes avaient répondu se sentir en sécurité. Moins de la moitié, déjà, mais rien à voir avec les chiffres de la dernière enquête. En 2017, seul 18,5 % des jeunes femmes se considèrent en sécurité dans le centre-ville d’Uppsala.
Chez les jeunes hommes, qui ont également répondu à l’enquête, ils étaient 69,6 % à se sentir en sécurité dans le centre-ville en 2013 et seulement 51,7 % aujourd’hui.
Une augmentation dramatique de l’insécurité qui coïncide avec l’augmentation du flux d’arrivée d’extra-européens dans cette ville proche de la capitale.

Si le maire « pense que ce sentiment d’insécurité est terrible » selon le Friatider, il ne semble pas « impliqué » dans la réduction de l’immigration pour le média. Depuis juillet, des caméras ont cependant été installées et des patrouilles augmentées.
Reste que, en Suède comme ailleurs en Europe, s’attaquer aux conséquences n’a aucun intérêt sans se pencher sur les causes.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 Commentaires

Comments are closed.