Politique. Les Républicains sont en dépression

les_republicains

31/08/2017 – 06h00 Paris (Breizh-Info.com) – Le nouvel élan s’est transformé en faux départ. Les Républicains, très affaiblis depuis la défaite de François Fillon, ont choisi -ou subi – de faire une rentrée en ordre dispersé… La Baule, le Touquet, Bordeaux, Lyon… il y en a pour tous les goûts.

Un an après un rendez-vous réussi, le Touquet accueillait ce week-end le campus d’été des Jeunes Républicains. L’événement était organisé dans un gymnase à l’orée de la ville du Pas-de-Calais, une salle loin du Zénith, où les petits fours ressemblaient davantage au Taboulé du supermarché voisin. Au delà du petit nombre de militants réunis sur place, les ténors du parti se comptaient sur les doigts d’une main.

Une pénurie de célébrités qui a permis à certains cadres de briller davantage qu’à l’accoutumée, à l’image de Daniel Fasquelle, député du Pas-de-Calais, trésorier du parti en banqueroute depuis 2014.

Malgré un CV discutable, il a tout simplement annoncé être candidat pour la présidence du parti.

Une famille bien difficile à rassembler effectivement, comme le montrait ce rendez-vous dans le Nord.

En parallèle, Alain Juppé faisait aussi sa rentrée politique, chez lui, à Bordeaux. Lui aussi accablé depuis son échec à la primaire de la présidentielle, le septuagénaire tente de chercher un renouveau pour son courant.

Parmi les soutiens de l’édile bordelais, le nouveau chroniqueur de France 2, Jean-Pierre Raffarin, mais également Valérie Pécresse.

Après son passage à Bordeaux samedi, elle est ensuite allée rejoindre le campus d’été au Touquet.

Bravant les kilomètres, l’ancien ministre de Sarkozy tente donc d’incarner la bonne volonté fédératrice. Valérie Pécresse n’a d’ailleurs pas dit son dernier mot puisqu’elle a déjà annoncé qu’elle se rendrait à la Baule le week-end prochain pour la réunion des fillonistes.

Si elle a annoncé au début de l’été avoir renoncé à se présenter à la tête du parti, la présidente de la région Ile de France joue pourtant sa partition.

Elle lancera officiellement son mouvement Libres début septembre et semble vouloir affronter Laurent Wauquiez, pas encore candidat déclaré, en le laissant se brûler les ailes. Le thème du campus d’été était “Sauvons la droite!”

Avec ça, l’enjeu était lancé. Pourtant, l’opération semble avoir des ratés. Celle-ci apparaît bien divisée. Aucun des dirigeants ou candidats ne se détachent pour mettre en oeuvre ce sauvetage.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

  • Armoricaine

    Juppé & co ou les vieux traîtres et autres traîtresses de la vieille garde collabos compatibles. Après le lynchage de François Fillon je compte sur Laurent Wauquiez pour (re)-lever le flambeau d’une vraie Droite visionnaire du XXIè siècle pour un Etat régalien non collectiviste. Il y a une attente.

  • Pschitt

    Le trou d’air des Républicains est stupéfiant à un moment où, sur le plan des idées, un boulevard s’offre à eux pour se poser en défenseurs de la fermeté sur le plan régalien et collectif — défense des frontières, de l’identité nationale, de l’ordre public, de la sécurité — et en défenseurs de la liberté sur le plan personnel, économique, éducatif. Il faut croire qu’ils ont un problème de colonne vertébrale intellectuelle et/ou une pénurie de personnalités de valeur.