Cinéma. Narcos saison 3 : bien, mais pas exceptionnel (critique)

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

14/10/2017 – 05h50 Cali  (Breizh-Info.com) –  On vous l’avait annoncé fin août, la saison 3 de Narcos a débarqué à la rentrée sur Netflix. Et force est de constater que plus qu’une dégustation et qu’une délectation, c’est un bon moment, sans plus, qu’offre cette nouvelle saison.

Voici le synospsis : L’agent Peña a été promu chef de la DEA en Colombie après la réussite de la traque de Pablo Escobar qui a abouti à sa mort (mais aussi à des compromissions avec certains paramilitaires). Dans le même temps, le cartel de Cali est devenu le leader sur le marché de la cocaïne.

Bon tout d’abord, la troisième saison connait un démarrage en mode starter. C’est lent, il y a des personnages à foison, ça va dans tous les sens (entre monde économique, politique, militaire, policier …) et on finit par s’arracher un peu les cheveux pour bien tout saisir.

Une fois que tout cela est intégré, le restant de la série (au total 10 épisodes) est bien ficelé, il n y a rien à dire. L’histoire du Cartel de Cali, très différent dans sa façon de fonctionner par rapport à Medellin, est aussi intéressante, même si très complexe (c’est un véritable empire économique qui a été bâti).

Toutefois, les frères Rodriguez sont loin d’avoir le charisme d’un Pablo Escobar. Et c’est en réalité ce qui manque dans cette saison – un personnage central, charismatique, doublé d’un acteur hors pair. Il y’a durant toute la saison une sensation de vide : il manque quelqu’un !

Pacho Herrera aurait pu être le personnage central de la saison mais il se retrouve trop effacé – si ce n’est dans la suggestion permanente de son homosexualité, singulière au sein de la mafia.

 Il y’aurait bien Jorge Salcedo, le responsable de la sécurité du cartel de Cali, mais il est trop étouffé parmi la masse de personnages.  Du côté des policiers, c’est désormais la voix de l’agent de la DEA Javier Peña qui rythme la série (et qui évoque l’histoire de la lutte contre le trafic de drogue) tandis que l’agent en lui même occupe une place importante – même si l’agent Murphy manque lui aussi un petit peu.

Finalement, cette troisième saison achève de traiter la question des cartels colombiens, et l’on ressort de ce visionnage avec une fresque glaçante de ce qu’a pu être la vie des colombiens à cette période. Espionnage, trahison, meurtres à foison, terrorisme, trafic de drogue à grande échelle et corruption, c’est l’horreur organisée.

Avec des cartels qui ont su de manière fascinante allier ce qui se faisait de pire sous le système soviétique (espionnage généralisé, meurtre de masse) et ce qui se fait de pire sous le système capitaliste.

Place désormais, puisqu’une quatrième saison est annoncée, à l’avènement des cartels mexicains (que l’on voit d’ailleurs dans la troisième saison) ; on se rapproche doucement mais sûrement des Etats-Unis !

En résumé, la saison 3 de Narcos se visionne et s’apprécie sans problème. Il manque juste un personnage, un acteur à qui se raccrocher vraiment . C’est le seul vide (mais important) dans une série vraiment bien réalisée, travaillée historiquement, contenant de bons acteurs et surtout bien filmée.

Yann Vallerie

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ?

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ? Débat du 31/07/2021 avec Rémi...

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de...

Articles liés

Cinéma. 5 séries à découvrir pendant les vacances de Noël [Vidéo]

Il y'a un paquet de nouvelles séries (et de suites) qui vous attendent en 2019, on pense notamment à la saison 2 d'El Marginal,...

Cinéma. Narcos saison 3 : à déguster dès le premier septembre sur Netflix

13/08/2017 – 05h15 Cali (Breizh-Info.com) –  Le 1er septembre sortira la troisième saison d'une des meilleures séries de ces dernières années, Narcos. Netflix, qui...

Séries TV. Narcos (Saison 2) et Braquo (Saison 4) en septembre

10/08/2016 – 07H30 France  (Breizh-info.com) La rentrée va être chargée - comme chaque année - en terme de séries avec notamment la sortie de la saison...

Narcos : une plongée dans le cartel de Medellin entre Pablo Escobar et la DEA

16/09/2015 – 08H00 Paris (Breizh-info.com) – Depuis le vendredi 28 août, Netflix France propose les 10 épisodes de la série Narcos .Et autant vous le...