Goven (35). l’association Paravent reprend du service pour faire à nouveau barrage aux éoliennes

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

25/10/2017 – 18h50 Goven (Breizh-Info.com) – Elle avait stoppé un projet éolien en 2010. Elle reprend du service car un nouveau est envisagé sur Goven maintenant. Le porteur de celui-ci anticipe une modification législative en 2019 qui permettrait d’implanter des éoliennes à 10 km des aéroports seulement (Rennes Saint-Jacques en l’occurrence) contre 16 actuellement.

En 2010 les deux communautés de communes des pays des vallons de la Vilaine, Guichen et Bain-de-Bretagne, avaient déposé 17 demandes de ZDE (zone de développement éolien) pour cinquante grandes éoliennes de 160 m de haut dont huit à Goven. En septembre après une forte bronca locale, seules huit ZDE sont accordées dont six pour le petit et moyen éolien (moins de 50 mètres de haut), les deux autres pour le grand éolien entre Chanteloup et Laillé et au sud de la Noë-Blanche. Le projet éolien de Goven avait été abandonné. Il ressort des cartons aujourd’hui. Nous avons interviewé Régis de La Croix-Vaubois, président de l’association Paravent.

Breizh Info : Régis de La Croix-Vaubois, pourquoi votre association est-elle relancée ?

Régis de La Croix-Vaubois : Nous avions eu l’occasion il y a huit ans de causer l’abandon d’un projet de huit éoliennes lancé par le maire, le préfet a finalement refusé la ZDE. Aujourd’hui il y a un nouveau projet de quatre éoliennes, nous nous y opposons pour les mêmes raisons qu’en 2009-2010 voire davantage.

Breizh Info : C’est à dire ?

Régis de La Croix-Vaubois : Le secteur a gagné des habitants, donc il y aura encore plus de nuisances sonores et lumineuses. Goven est en grande périphérie de Rennes, c’est de l’habitat dispersé, il y a encore douze agriculteurs sur la commune. Ici il y a des gens qui ont fui Rennes et sa banlieue et qui vont se retrouver devant une zone industrielle – car une éolienne, c’est une installation industrielle classée avec 1 000 mètres cube de béton dans le socle et 8 km de tranchée vers le poste électrique de Pont-Réan qui vont traverser la commune. Pour nous, Goven n’est pas l’endroit le plus approprié pour planter des éoliennes.

Breizh Info : Oui à l’éolien, mais pas dans mon jardin ?

Régis de La Croix-Vaubois : Ce n’est pas cette logique là. Ce n’est jamais agréable quand ce sont des investissements publics, tels qu’une ligne TGV ou une route, mais ce sont les intérêts publics, communs. Là, ce sont des investisseurs privés qui ont des préoccupations loin de l’intérêt général avec des promoteurs qui installent des éoliennes partout où c’est possible. En France, c’est à 500 mètres des habitations, en Allemagne, c’est à 1,5 km.

Breizh Info : L’éolien se positionne comme une énergie écologique. L’intérêt général, dans ce cas, ce serait la protection de l’environnement ?

Régis de La Croix-Vaubois : Je ne suis pas sûr que quatre éoliennes à Goven sauveront les ours polaires. Et puis voir la valeur des maisons baisser de 25 à 30% [selon une étude diffusée par la FED, opposée aux éoliennes, NDLA], sachant qu’ici ce sont souvent des gens qui ont économisé toute une vie pour s’offrir un pavillon, les nuisances, les problèmes, tout ça pour des intérêts privés, à quoi bon ? Lors du premier projet, j’avais fait intervenir des habitants de Plélan-le-Grand qui étaient pro-éoliens au départ et sont devenus anti après l’installation des éoliennes ; ils nous ont dit de ne pas nous laisser faire, eux ils ont le bruit, la pollution sonore et une campagne morte où on n’entend plus les oiseaux chanter.

Breizh Info : Combien d’adhérents avez-vous ?

Régis de La Croix-Vaubois : En 2010 nous avions 450 adhérents, là nous venons de réactiver l’association, nous attendons de voir. Cependant nous appelons le conseil municipal à s’opposer aux éoliennes et même à tout projet éolien sur la commune. Ce n’est pas approprié pour la commune et pas d’intérêt général, pas plus qu’il y a huit ans – et le conseil municipal comme la préfecture en avaient convenu à l’époque.

Breizh Info : Quelle a été la réaction de la mairie suite à la relance de votre association ?

Régis de La Croix-Vaubois : Le maire a déjà accepté de nous recevoir à huis clos devant le conseil municipal, dans les mêmes conditions que quand il a entendu le promoteur en juin dernier. Plusieurs conseillers municipaux et un adjoint font partie de notre association, et ils sont de la majorité puisqu’il n’y avait qu’une liste.

Breizh Info : Nombreux sont ceux qui critiquent les tarifs de rachat obligatoire de l’éolien, tant terrestre qu’offshore, qui semble créer une bulle subventionnée en dépit du bon sens ?

Régis de La Croix-Vaubois : Généralement, finance et défense de l’environnement ne font pas bon ménage. Surtout quand l’Etat s’en mêle en empilant subventions et aides. Il y a un développement artificiel, des bulles, et l’intérêt général comme l’écologie en pâtissent. Nous avons proposé au maire de travailler sur d’autres implantations d’énergies renouvelables dans la commune, notamment d’énergie solaire et géothermique. On peut aussi rechercher comment économiser de l’énergie, plutôt que de chercher à produire toujours plus en saccageant les paysages et la qualité de vie des habitants.

Propos recueillis par Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Tours. Une manifestation LGBT avec zone interdite aux Blancs finalement annulée

À Tours, une manifestation LGBT organisée par le centre LGBTI de Touraine devait se tenir samedi 15 mai. Mais...

En réponse à Isabelle Le Callennec : Quel modèle énergétique pour la Bretagne ?

Lundi, nous avons publié une lettre ouverte d'Isabelle Le Callennec, tête de liste pour Les Républicains aux élections régionales....

3 Commentaires

  1. Bonjour,
    Les projets sont situés à proximité immédiate du hameau de La Jouannelais, à la limite des communes de Baulon, St Thurial et Bréal-sous-Montfort.
    De nombreux riverains sont donc concernés…

  2. Trop c’est trop!C’est la même commune qui est pour la sauvegarde du patrimoine! On est loin de rénover les moulins à vents avec l’implantation de ventilateur de 80 metres de diametre

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Fabien Bouglé. Arrêt d’un parc éolien trop bruyant dans l’Orne, une décision historique

C'est une première en France : la préfecture de l'Orne va ordonner la suspension du parc éolien d'Echauffour, près de l'Aigle. Les éoliennes en service...

Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine. Les malheurs d’un feu tricolore

Les énergies renouvelables, dites « vertes »,  peuvent parfois coûter très cher. C’est le cas du feu tricolore fonctionnant à l’énergie solaire installé à Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine, dans...

Goven (35) : le projet éolien enterré par le conseil municipal contre l’avis du maire

02/02/2018 – 06h15 Rennes (Breizh-info.com) –Les éoliennes ne réussissent pas à Goven, une commune située au sud-ouest de Rennes. Huit ans après un premier...

Eoliennes flottantes : un premier parc au large de Groix

28/07/2016 – 07H00 Groix (Breizh-info.com) – C’est au large de l’île de Groix qu’une première ferme bretonne d’éoliennes flottantes verra le jour. Elle disposera de 24...