catalogne

03/11/2017 – 08H45 Barcelone (Breizh-info.com) – Le compte à rebours est déclenché avant les élections en Catalogne, du 21 décembre prochain, convoquées par le chef du gouvernement espagnol. Et d’ici là, les sondages et les combats d’influence, notamment entre médias ou organisations pro-indépendantistes et leur pendant loyaliste, vont aller bon train.

Ainsi, deux sondages sortis il y a quelques jours semblent plutôt contradictoires, même si ils n »évoquent pas totalement la même question.

Le quotidien El Mundo , fidèle à la couronne d’Espagne, a sorti un sondage (avant la déclaration officielle d’indépendance et la mise sous tutelle de la Catalogne) faisant état d’une victoire du camp loyaliste lors des prochaines élections ; ce dernier resterait toutefois minoritaire (43,4% contre 42,5% pour les indépendantistes, le camp « girouette » , c’est à dire celui de Podemos notamment, récoltant 11%). Le parti de Puigdemont (PDeCAT) tout comme le CUP (extrême gauche) fléchiraient, au profit de l’ERC  (gauche républicaine de Catalogne) . Voir la carte ci-dessous :

Dans le même temps, le dernier baromètre livré par le centre d’études d’opinion de la Generalitat de Catalogne donne le soutien à l’indépendance de la Catalogne en croissance et des résultats favorables pour les partis de la majorité du Parlement, tout juste dissout suite à l’activation de l’article 155.

Sa dernière enquête d’opinion, qui couvre le dernier trimestre (août, septembre et octobre) et le soutien aux indépendantistes passe de 41,1 % de soutien en juin dernier à 48,7 % aujourd’hui. Le « non » passe lui de 49,4 % à 43,6 %, le reste des sondés répondant « je ne sais pas » ou rien.

Deuxième enseignement dans ce sondage, la victoire possible des indépendantistes lors des élections :

Le président Puigdemont, destitué de l’exécutif régional et qui s’est déplacé à Bruxelles – ce qui n’est pas bien vu par une partie de son peuple qui parle d’abandon – tout comme d’autres anciens dirigeants de la Catalogne, vont devoir répondre à des accusations de rébellion, sédition et détournement de fonds publics. Une partie d’entre eux ont été placés en détention provisoire.

A l’inverse de la situation en Ecosse, que Londres a parfaitement su gérer démocratiquement (avec le résultat que l’on connait concernant le référendum sur l »indépendance), Madrid semble déterminé à ne rien céder, coûte que coûte, et cela alors même qu’une partie des Catalans n’ont (pour le moment) pas basculer dans la violence et placé tous leurs espoirs dans une révolution démocratique.

Et si l’organisation d’un référendum sur l’indépendance de la Catalogne, dont la gestion serait commune entre la Catalogne et Madrid, état la solution la plus démocratique  en vue d’une solution au conflit ?

Toutefois, on sait parfaitement que l’idée de référendum, donc de démocratie directe semble profondément gêner Madrid, tout comme les dirigeants Français ainsi que de nombreux autres personnalités en Europe, qui craignent sans doute la fin de certains Etats-Nations et, de facto, la fin du règne d’une certaine oligarchie.

Il n y a plus qu’à attendre le 21 décembre …

Yann Vallerie

Crédit photo : DR
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

2 Commentaires

  1. P { margin-bottom: 0.21cm; }A:link { }

    LA CATALOGNE EST ENFIN SUR LA VOIE DE LA LIBERTE .
    LE TOUR DE LA BRETAGNE VA VENIR.

    LOUIS MELENNEC, samedi 28
    octobre 2017 .

    I – La Bretagne est-elle la patrie de la trouille, des intérêts
    personnels, de la lâcheté, de la médisance, de la trahison, de la
    collaboration avec l’Etat colonial ? Combien de merdias, de
    journalistes, d’ « élus », de sectes, de sites, de
    blogs, ont ils saisi l’opportunité de soutenir le combat de la
    Catalogne pour le Liberté et la dignité de son peuple ?
    Faites le compte, et répondez vous-mêmes, vous les valeureux,
    vous les courageux, vous les héros.

    La lutte de la Catalogne est la nôtre.

    Les pires ennemis des Bretons sont les Bretons eux-mêmes. Il n’est
    pas de sottises qu’ils n’aient commises pour se maintenir en
    esclavage. Ceci depuis les invasions romaines du premier siècle
    avant Jésus Christ. La débandade et les trahisons ont atteint un
    sommet lors des invasions françaises de 1487-1491. La moitié de la
    noblesse, alors, était à vendre. Nous ne sommes pas mieux lotis
    aujourd’hui. Les pires des pires : les dizaines de sectes qui
    affichent un militantisme virulent, et dont la seule action consiste
    à se vomir les uns sur les autres, au lieu de s’unir et de combattre
    ensemble.

    Le présent texte est adressé aux principaux de ceux-là : le compte
    se fera de lui-même, car tous savent qui est qui, et
    qui fait quoi.

    @@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

    Catalogne et Bretagne, c’est tout un : deux pays colonisés,
    exploités, martyrisés, persécutés par un Etat colonial
    implacable.
    Nos histoires sont les mêmes. Sous le général
    Franco, de triste mémoire, parler la langue nationale catalane,
    celle des ancêtres, interdite, valait au coupable de très sérieux
    ennuis. Mais tandis que la langue bretonne reculait sous l’effet
    d’une l’acculturation, d’une cruauté et d’une sottise rares,
    les Catalans résistèrent, avec fureur. La langue castillane, qu’on
    tenta de leur imposer, est devenue ce qu’elle est : l’idiome d’un
    pays étranger, celui d’une nation étrangère, qui a tant et tant
    fait qu’elle est maintenant haïe, d’une manière irrémédiable.

    Nous avons connu cela, oh combien ! Notre langue ancestrale, venue de
    l’antiquité, est quasi morte, elle a été assassinée par le pays
    d’à côté. Un « ministre » de la « république »
    française des non-droits de l’homme, Emile Combes, probablement
    atteint de débilité mentale, ou de démence, pouvait écrire, en
    1905, ces phrases effarantes :

    « Le gouvernement a-t-il à sa disposition quelques
    commissaires de police courageux ? .. Il doit s’en trouver assez
    pour entreprendre la colonisation de la Bretagne. La
    révolte a assez duré. Il y va de l’honneur et de la sécurité de
    la République. Les cléricaux bretons nous provoquent : tapons
    dessus de toute la rigueur des lois, et de tous les poings des
    gendarmes « ..

    Quel aveu répugnant !

    Les injures anti-bretonnes ont été publiées partout. Elles
    s’enrichissent encore de nouvelles perles, dont l’une dans la
    bouche d’un professeur au collège de France, dénommé Hagège, il
    a tout juste trois ans, sur les ondes de la télévision : « Les
    Bretons étaient des sauvages; la France en a fait des êtres
    civilisés ». Voila l’héritage intellectuel que la
    France, notre marâtre, a greffé dans le cerveau de cette sorte de
    Français.

    https://bretaigne.wordpress.com/injures-anti-bretonnes/

    Il y a près de cinquante ans, j’ai eu, incrédule, la révélation
    de ce que fut l’histoire de la Bretagne, dissimulée et interdite
    par le pays colonial. Je n’ai pu croire ce que j’ai lu, tant cela
    frappa mon imagination, ni admettre que l’auteur, le président des
    écrivains bretons, qui m’avait offert son livre, avait écrit la
    vérité. A partir de là, j’eus la volonté irrépressible de
    connaître l’histoire des autres nations, de l’antiquité à nos
    jours. Y compris de la Catalogne, qu’aucun journaliste français
    n’a eu la curiosité de lire, tant l’ignorance est à Paris chose
    commune, la censure effrayante, l’achat des consciences
    impitoyable.
    Le breton Ernest Renan, l’un des grands esprits du
    dix-neuvième siècle, a écrit que l’exhumation de l’histoire
    d’un peuple, en mettant au jour des crimes occultés, peut avoir un
    effet dramatique pour le colonisateur.
    Cette démarche fut la
    mienne, pendant plus de quarante ans : réécrire l’histoire
    véritable de la Bretagne, sans rien dissimuler, et l’enseigner à
    tous. Ce faisant, je savais que je mettais les pieds dans un marécage
    nauséabond, et le prix à payer. Cette histoire est maintenant
    connue partout. Je viens d’avoir confirmation que les comités
    Nobel de Stockholm et d’Oslo s’y intéressent.

    Envahi en 1497 par les hordes françaises, réduit en cendres en 1491
    après une guerre abominable, notre pays fut annexé en 1532, contre
    sa volonté, les armées françaises entourant le parlement de
    Bretagne, réuni à Vannes, le roi de France François Ier se tenant
    prêt, à intervenir manu militari en cas de besoin. Ce crime
    a été maculé par le pays annexant, sous une légende absurde :
    celle d’une « Union » librement sollicitée par les
    Bretons. C’est ce que tous les jeunes Bretons ont appris à
    l’école, jusqu’à mes travaux historiques rendus publics sur les
    lieux du crime, à Vannes, en 2006.

    https://www.google.fr/search?gs_ivs=1&q=m%C3%A9lennec+1532https://www.google.fr/search?gs_ivs=1&q=m%C3%A9lennec+1532

    Des millions de personnes savent maintenant que les hordes françaises
    du pays des non-droits de l’homme, notamment en 1793 et en 1794,
    ont noyé 5000 Bretons à Nantes, dans des conditions de cruauté
    inimaginables, violé des femmes par milliers, lardé à la
    baïonnette des enfants en bas-âge devant leurs mères, écrasé des
    femmes enceintes sous des pressoirs à raisin, ouvert les ventres
    d’autres malheureuses pour en extraire les foetus, et les
    transformer en mangeoires pour l’avoine des chevaux, dépecé des
    êtres humains pour transformer leur peau en cuir, et fabriquer des
    vêtements pour les officiers ….. Mesdames et messieurs des comités
    Nobel ont été stupéfaits d’apprendre cela : plusieurs
    d’entre-eux et d’entre-elles avaient cru à cette légende des
    droits de l’homme créés par la « révolution »
    française en 1789 ! Voila les choses remises à leur place d’une
    manière définitive : aucun retour en arrière n’est maintenant
    possible.

    De siècle en siècle, sous l’implacable férule de la France, la
    Bretagne amorça une descente vertigineuse aux enfers : ses richesses
    naturelles, ses impôts, son capital humain, sa marine, ses armées,
    sa production agricole, furent pillés par le colonisateur. Le
    coup de grâce lui fut donné par la prétendue « révolution »
    de 1789. Ses Institutions séculaires, sa prudente
    législation, sa fiscalité économe furent abolies, sa langue fut
    humiliée et interdite, tandis qu’une persécution mentale réduisait
    ce peuple fier à néant. Selon l’excellent mot d’un
    linguiste breton, pays prospère et puissant avant les invasions,
    elle était devenue, au 19ème siècle le trou du cul de
    l’Europe, le ploukistan occidental de la France. Ce pays, comme
    chacun sait, était peuplé d’une espèce étrange, dénommé les
    ploucs. La variété « femelle » fut désignée, un
    peu plus tard, sous le nom de « bécassines ».

    https://www.google.fr/search?gs_ivs=1&q=m%C3%A9lennec+M%C3%A9lenchon

    II – SUITE : LA CATALOGNE EST ENFIN SUR LA VOIE DE LA LBERTE.
    (Dr Louis MELENNEC).

    Les souffrances qui nous ont été infligées depuis cinq siècles
    sont inimaginables.

    Le dernier crime récent de la France et de ses collaborateurs
    bretons, en 2014 : le maintien de la partition honteuse de la
    Bretagne, en violation du droit international, et des droits sacrés
    des peuples, par le refus de la France de réintégrer
    Nantes et la Loire Atlantique, bretonnes depuis douze siècles, dans
    notre territoire national. Malgré les « promesses »
    solennelles des « élus », qui presque tous trahirent à
    cette occasion, par la crainte de perdre leurs
    prébendes. Le prix de cet acte pour les intéressés
    sera très lourd, pour eux et pour leurs descendants.

    Retrouver son identité à travers son histoire, n’est en aucun cas
    un repli sur soi, ce que prétendent les imbéciles et les ignares à
    court d’arguments, n’ayant pas été à l’école, et ne
    connaissant rien ni de l’histoire des peuples, ni de l’histoire
    du monde, ni de l’identité des personnes et des nations, hors leur
    propre nombril, qui leur sert de lanterne. C’est au contraire un
    capital intellectuel fort, qui ouvre très large la voie de la
    connaissance d’autrui : j’en atteste, personnellement; tous
    les Bretons se reconnaissent sans hésitation comme citoyens du
    monde, et entendent jouer un rôle important dans l’apprentissage
    de la Liberté à ceux qui ne la connaissent pas : la France
    leur a ouvert la voie, le dur apprentissage de la servitude a fait
    d’eux des professeurs, aptes à enseigner au monde ce qu’est le le
    respect d’autrui.

    Les Bretons recommencent à respirer, depuis qu’ils ont redécouvert
    leur histoire nationale. Ceux qui appartiennent aux pays coloniaux ,
    qui ont asservi et fait souffrir les autres, n’ont aucune
    qualité pour parler de ces problèmes, dont ils n’ont
    connaissance qu’à travers le prisme de leur ignorance. Les
    horreurs infligées au peuple breton par la France sont un
    contre-exemple ABSOLU, à n’imiter dans aucun cas :

    Livre bleu de la Bretagne :

    https://www.google.fr/search?gs_ivs=1&q=livre+bleu+de+la+Bretagne

    Histoire de la Bretagne pour les nuls et les collabos :

    http://blog-louis-melennec.fr/2017/01/11/histoire-de-la-bretagne-pour-les-nuls-et-les-collabos/

    La SHOAH bretonne :

    http://louis-melennec.fr/2014/12/23/la-shoah-bretonne-un-nouveau-concept-vient-de-naitre-le-drame-breton-sexprime-enfin-par-des-mots-appropries/

    La Bretagne sait aujourd’hui que le pays voisin est corrompu
    jusqu’à la moelle. Les procès en cascade se succèdent, mettent
    au jour des pratiques politiques et financières scandaleuses,
    quelques magistrats ont enfin le courage de prononcer des
    condamnations sévères, beaucoup trop indulgentes encore. Ce pays
    est l’un des plus mal gérés de tout l’occident. Les fautes de
    gouvernance, les plus graves, restent totalement impunies. La
    fiscalité est devenue la plus lourde du monde, les Bretons sont
    volés de leurs contributions, ils exigent de les gérer eux-mêmes,
    car leur honnêteté est reconnue partout. C’est assez de tant
    d’incompétence, de mensonges, d’hypocrisie.

    Les Bretons sont un peuple pacifique, ils feront leur destin
    eux-mêmes, par la démocratie, et le consentement de leurs
    concitoyens, dans le strict respect du droit international, et des
    valeurs morales admises par tous les peuples du monde.

    Qui
    peut croire qu’après avoir lu son histoire, un breton puisse
    encore se sentir français, après 250 ans de persécutions et de
    violations graves du droit, de 1789 à nos jours ? Le pays renaît de
    ses cendres, il est aujourd’hui vibrant de sève et de vie. Après
    avoir été tant humilié, il a retrouvé toute sa fierté. S’il
    hésite encore quant à la voie à suivre, chaque jour il nous donne
    des preuves de sa magnifique vitalité. Son destin est tracé : celui
    que lui reconnait le droit international : la France n’a rien à y
    voir, sauf à demander pardon, et à réparer le mal qu’elle a
    fait.

    VIVE LA CATALOGNE LIBRE, VIVE LE QUEBEC LIBRE, VIVE LA BRETAGNE
    LIBRE !

    ______________________________________

    LOUIS MELENNEC, dit « le bon docteur », docteur en
    droit et en médecine, historien, ex-consultant près le Médiateur
    de la république française.

  2. « l’idée de référendum, donc de démocratie directe semble profondément gêner Madrid, tout comme les dirigeants Français ainsi que de nombreux autres personnalités en Europe, qui craignent sans doute (…) la fin du règne d’une certaine oligarchie. » Exact ! Nous sommes dirigés par des (hauts-)fonctionnaires médiocres et assoiffés de pouvoir, aussi bien en France qu’en Europe.

    Le bien-être de leurs concitoyens, ils s’en fichent. Le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », pourtant reconnu internationalement par eux-mêmes, ils s’en fichent… Et impossible de les virer sans révolution, ils ont modifié en douce notre constitution et toutes les institutions pour les occuper sans partage. C’est la société civile qui devrait régner et non les gens d’appareils, qui ignorent tout du bénéfice, de la « valeur ajoutée » et de l’esprit d’équipe.

    J’espère que les esprits bornés et brutaux de Madrid vont continuer leurs maladresses pour provoquer cette révolution en Catalogne.

Comments are closed.