10/11/2017 – 09h00 Paimpol (Breizh-info.com) – L’idée initiale était séduisante. Les hydroliennes installées au large de Paimpol et de l’île de Bréhat devaient être expérimentées et accessoirement fournir de l’électricité aux communes du littoral avoisinantes. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu.

Échec du projet

Elles n’étaient que deux pour commencer. Deux machines de 16 mètres de diamètres et produisant une puissance de 2 Mégawatt furent immergées sur le site expérimental de Paimpol-Bréhat en janvier puis en mai 2016. Le projet, initié par Naval Energies et par EDF Énergies Nouvelles, devait par la suite se concrétiser par l’installation de trois autres hydroliennes supplémentaires sur la zone. Les deux premières ayant déjà été raccordées au réseau électrique de la côte du Trégor.

Un raccordement qui n’a pas servi à grand-chose puisque les deux hydroliennes, victimes de problèmes de corrosion, n’ont jamais fourni le courant tant attendu. Une production alternative qui aurait par ailleurs été un début de réponse au « problème électrique breton », ce vieux serpent de mer qui menace la péninsule tous les hivers. Effectivement, la Bretagne est en très grande partie dépendante de l’approvisionnement énergétique de la centrale de Cordemais (Loire-Atlantique). Une source unique qui laisse craindre le pire en cas de panne.

Vers la Normandie

Suite à ces avaries, les deux machines nécessitaient donc un arrêt technique. Naval Energies, la société en charge de la maintenance, a donc été contrainte de les transférer jusqu’à ses ateliers basés à Cherbourg entre le printemps et l’été 2017. Alors qu’elles devaient en toute logique regagner ensuite le site expérimental de Paimpol-Bréhat, EDF Énergies Nouvelles comme Naval Energies ont évalué que les coûts financiers étaient trop élevés en rapport au potentiel de production. Tout en sachant que dans le même temps, un autre site expérimental au Canada révélait des essais beaucoup plus concluants.

À terme, c’est également en Normandie, dans le Raz Blanchard (pointe nord du Cotentin) qu’un parc pilote devrait voir le jour avec la mise en services de 7 hydroliennes en 2019, une fois les séries de tests terminées. La Bretagne restera à quai sur ce projet.

Une déception locale

Dans la région paimpolaise, cette annonce faite le 6 novembre dernier a surpris et agacé les élus locaux. Effectivement, le temps où EDF devait installer cinq hydroliennes au large de la côte est désormais révolu.

Les communes concernées n’étaient pas les seules impliquées dans l’affaire puisque la région administrative de Bretagne faisait partie des partenaires. Une participation qui s’est traduite par un engagement financier important de la part de la collectivité sous la forme de subventions. Le test sans succès de ces 2 hydroliennes aura coûté en tout 70 millions d’euros au minimum. Bien loin des 28 millions d’euros annoncés initialement

Voilà qui prouve, s’il en était encore besoin, du faible pouvoir de négociation du Conseil régional de Bretagne. Quant au devenir de cet argent breton apporté au projet, le remboursement ne semble pas à l’ordre du jour.

Crédit photo : Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.