03/12/2017 – 08h00 Nantes (Breizh-info.com) – Situé 9 rue Bon Secours, dans l’ancienne île Feydeau, le restaurant Aux deux morues est à la fois une référence directe à la morue portugaise et de l’humour puisque c’est une mère et sa fille qui tiennent l’établissement. Ouvert depuis trois ans, il s’est imposé rapidement comme la référence de la cuisine de brasserie portugaise à Nantes, tant au sein de la communauté que pour les nantais eux-mêmes.

On y mange bien et pas cher : morue évidemment (bacalhau a bras), bœuf mijoté ou cassoulet portugais, la feijoada. On y boit, pas cher non plus – au pichet de 50 cl ou au verre, pas de demi-mesure : le restaurant accueille beaucoup de tablées, notamment d’ouvriers, portugais ou non, et on peut aussi y manger au comptoir, à la bonne franquette, lorsque la place manque en salle. Et ça arrive souvent.

Isabelle Olivera est arrivée en France en 1967, à six ans, lorsqu’elle rejoint avec sa mère et son frère, son père, déjà ouvrier dans le bâtiment en région parisienne. Sa mère fait des ménages, son père les chantiers – comme bien des portugais. Elle travaille dans la restauration, notamment à Saint-Brévin. Puis ouvre il y a trois ans avec sa fille un restaurant au cœur de Nantes. Bien placé, bon marché – le plat seul est à 9€, la formule entrée, plat et dessert du midi à 14€, goûteux, chaleureux et toujours plein.

Des photos du Portugal et une statue de Notre-Dame de Fatima, chapelet en main, veillent sur l’assistance. Tout est fait maison – et si la viande est française, et même locale dans la mesure du possible, tout ce qui peut venir du Portugal l’est. Comme le vin ou même les sucrettes pour le café. Et on peut y manger presque tous les jours : le restaurant est fermé le dimanche, le lundi et le samedi midi. Sinon il est ouvert de 12 à 14h et de 19h30 à 22h du mardi au vendredi, et de 19h30 à 22h30 les samedis.

Contact : 9 rue de Bon-Secours, 09-81-02-04-05

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 Commentaires

Comments are closed.