France 2 dénonce les « stéréotypes de genre » pour les jouets de Noël

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

21/12/2017 – 12h45 Paris (Breizh-info.com) – Le journal télévisé de France 2 est en lutte contre « les stéréotypes de couleurs » dans les rayons de jouets pour enfants. C’est du moins ce que les téléspectateurs ont pu percevoir en regardant l’édition du mercredi 19 décembre au soir, présentée par Anne-Sophie Lapix.

« Les stéréotypes ont la vie dure »

C’est par cette formule que la présentatrice ayant remplacé David Pujadas depuis la rentrée 2017 introduit le sujet. Mais elle se veut aussitôt rassurante en arguant que certains fabricants de jouets ont bien pris la mesure de l’immonde stigmatisation qui n’a que trop duré : des jouets orange pour les garçons et bleus pour les petites filles sont désormais disponibles dans les rayons des grandes surfaces.

Puis le reportage débute et la voix off pose une question qui ressemble davantage à un plaidoyer : « En 2017, les filles ont-elles d’autres choix que de jouer aux princesses, et les garçons aux aventuriers ? ».

Deux enfants, garçon et fille, sont ensuite interrogés par l’équipe de France 2 sur le choix d’un jouet disponible en deux couleurs. Sans trop de surprise, la fillette opte pour le rose tandis que le garçon choisit le bleu. Bien incapable de justifier leur choix en raison de leur jeune âge face à une journaliste visiblement déçue.

La mère de secours

Fort heureusement, le reportage donne aussitôt la parole à une mère de famille effectuant ses courses de Noël. Cette dernière tombe à point nommé (a-t-elle seulement été choisie au hasard ?) et affirme : « Si un petit garçon veut une poussette ou une poupée, moi ça ne me choque pas ».

De quoi permettre à la voix off d’en tirer une conclusion un peu hâtive en précisant que les mentalités semblent évoluer. « Pourquoi toujours proposer des jouets dans les deux couleurs ? », s’interroge-t-elle alors. La faute aux entreprises vendeuses de jouets qui y verraient là un appât du gain. Mais quoi de surprenant dans le fait de toucher davantage d’enfants lorsqu’un jouet est disponible en bleu comme en rose ?

Mona Zegai en conclusion

Après les grandes surfaces, le reportage en vient ensuite à analyser les clichés de genre dans les catalogues publicitaires de Noël. La sociologue Mona Zegai note des « progrès » en la matière et prend des exemples sans équivoques : une publicité mettant en scène un garçon et une fille faisant le ménage ensemble, ainsi qu’une autre montrant un garçon s’occupant d’un nourrisson. Mona Zegai en vient enfin à regretter que l’industrie du jouet ne cherche pas à rendre la société « plus égalitaire ».

Avec le journal télévisé du service public, le « progrès » tant vanté par Anne-Sophie Lapix et Mona Zegai a trouvé un allié de poids. Aux frais du contribuable tant qu’à faire !

Crédit photo : pxhere.com (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Jean-Gilles Malliarakis : 100 ans du PCF, parlons-en !

Journaliste, écrivain, intellectuel de droite, Jean-Gilles Malliarakis publie, en collaboration avec Charles Culbert : « La terreur rouge – Théorie...

Propagande éducative. Quand des enfants britanniques se voient rééduqués au privilège blanc…

La vidéo est choquante. Surtout dans un Royaume-Uni qui n'a de cesse depuis des années de stigmatiser ses propres...

8 Commentaires

  1. Anne Sophie Lapix, une journaliste militante parmi d’autres, une propagandiste, payée par les contribuables.

    A boycotter.

  2. Je suppose que cette journaliste a fait Science po comme beaucoup de ses confrères et consoeurs, puisque cette école de formatage est l’un des passages quasi obligé pour avoir le droit de venir délirer sur le service public pour un salaire fort alléchant.

  3. j’ai trois filles et un garçon. Mon fils joue un peu à la poupée mais beaucoup avec sa ferme et ses voitures. Mes filles ont toujours eu des voitures mais ont toujours préféré leurs poupées. Devant tout le choix des jeux mes enfants n’ont jamais été influencés. J’en conclue donc que c’est génétique. Comme on sait que le cerveau masculin et le cerveau féminin répondent différemment, les filles doivent être programmées génétiquement pour la tâche qu’elles sont censées remplir depuis la nuit des temps (à savoir la mise au monde et l’éducation des enfants) et les garçons pour le côté technique de la vie (mise en place du cadre de vie, entretien de la famille).

  4. Eh bien Anne-So, j’espère bien que ton mari va t’offrir des clés à molette, des perceuses et des ballons de foot à tous tes anniversaires et qu’il réservera le Guerlain, le Chanel et le Dior à ses maitresses que je lui souhaite nombreuses et fécondes.

Comments are closed.