Il n’y a sans doute plus que les élus FN ou bien le dernier carré de fidèles de Marine Le Pen pour penser que l’année 2017 n’est pas une année de profond échec pour un parti politique qui était donné comme faisant la pluie et le beau temps en France.

Résultats : une défaite au deuxième tour de l’élection présidentielle après un débat humiliant face à Emmanuel Macron, quelques députés élus à l’Assemblée nationale et qui confient ne servir à pas grand chose, voire à rien du tout, et des élus locaux ou régionaux qui, minoritaires, ne parviennent pas à imposer le moindre changement.

Sans compter la « fracture » née avec Les patriotes, de Florian Philippot, ancien chouchou de « Marine » devenu désormais l’homme à abattre et à conspuer.

C’est à cette chute que s’intéresse dans un livre d’actualité Hubert de Mesmay, cadre historique du FN et ancien Conseiller régional de PACA. « La série d’élections, Présidentielle puis législatives, qui s’est déroulée au printemps 2017 a vu l’effondrement du Néo-Front concocté par Marine Le Pen depuis son accession à la présidence du Front national en 2011.» expliquent les éditions Synthèse nationale, qui l’éditent.

Pour l’auteur, ces défaites et ces échecs s’expliquent par la nouvelle image qu’a voulu se donner « le Néo FN ».  Un parti qui, pour l’auteur « a renié les fondamentaux et sacrifié les fondateurs, au premier rang desquels Jean-Marie Le Pen. En quelques années, il a voulu devenir un « parti comme les autres ». Mais le FN n’était pas fait pour être un parti comme les autres. Surtout au moment où une partie grandissante de la droite française se « radicalisait ».».

Le résultat ? Un rendez-vous raté avec les électeurs, et une dédiabolisation qui n’aura, selon l’auteur, servi à rien du tout, le système continuant, diable ou pas, à taper et à taper fort, y compris sur ceux qui se drapent de beaux vêtements pour tenter de le séduire ou d’y être accepté.

Le livre est intéressant car il n’est cette fois pas rédigé par un journaliste du Monde ou des Inrocks, ou par un prétendu « chercheur sociologue spécialiste de ..», mais rédigé par quelqu’un qui connait le Front national et le fonctionnement intérieur de ses responsables, pour en avoir lui aussi goûté durant 31 ans. On pourra toutefois reprocher à l’auteur un certain ressenti pour ce « néo front » – peut être légitime – qui exige pour le lecteur de prendre du recul.

Un livre à lire donc, pour comprendre l’échec (peut être temporaire ?) d’un parti dont ses détracteurs disent qu’il est maintenu volontairement en place par le système pour éviter l’émergence d’une droite identitaire de type Fpö autrichien, qui pourrait c’est évident totalement redistribuer les cartes politiques en France.

Autopsie d’un crash annoncé – Hubert de Mesmay – Synthèse nationale – 23 €

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

18 Commentaires

    • C’est tout à fait juste. En outre, il est quand même affligeant qu’une élection dépende grandement d’un spectacle à la téloche !

    • Non PL 44 . Elle aurait eu 10 points de plus soit un peu moins de 45%. Elle ne pouvait de toute façon pas gagner cette fois ci , mais cela aurait amplifié une dynamique.

  1. Avant d’entamer la lecture il faut bien comprendre que Mr De Mesmay est un « pro Jean Marie » de la première heure…..chacun jugera!!!!

    • C’est il y a 20 ans qu’il fallait voter Front National, aujourd’hui c’est trop tard. Mais heureusement il reste encore des « pro » de la première heure ! Tout espoir est donc encore permis.

    • Cher Patrick d’Antibes,

      Vous n’avez ni complétement tort ni complétement raison: je suis surtout fidèle aux fondamentaux et aux idées plus qu’aux hommes même si j’ai toujours été loyal au FN et à J.Marie. Or au Congrès de Tours en 2011 qui a vu l’élection de Marine, je n’avais pas suivi les consignes de « Jean-Marie » appelant les électeurs à voter pour sa fille. J’aurais tant voulu me tromper ! J’ai été totalement loyal à notre Présidente jusqu’ au moment où je ne pouvais plus me regarder dans la glace mais qu’en plus je voyais le mur arriver à grande vitesse. hélas, Marine a transformé l’or amassé en plomb électoral.
      Je pense que nous avons milité ensemble sur le 06 et je l’ai toujours fait loyalement, comme vous avez pu le constater.

      Il est temps d’aller  »au résultat » et d’admettre certains faits comme l’échec de cette dédiabolisation que même Collard répute « piège à cons ». Cordialement

  2. L’auteur de ce livre n’est pas réaliste. Car le « vieux » front recroquevillé sur ses postures et autres obsessions, effrayant pour la plupart des gens et amenant sur lui la diabolisation, n’ aurait jamais atteint les résultats du front de cette année. Le problème pour MLP n’est pas tant la défaite à la présidentielle, car il était évident que cette fois ci elle ne pouvait pas l’emporter, mais la manière dont elle a perdu. Son débat catastrophe puis la débandade des législatives (qui ont tout de même vu l »élection inédite de 8 députés au scrutin majoritaire, ce qui n’était jamais arrivé jusqu’ici). Ce qu’il y a c’est qu’une dynamique a été brisée.

    • Merci Patrick Matin de votre commentaire. Lisez seulement l’introduction de mon ouvrage : j’y réponds par avance à votre remarque qui aurait pu s’avérer judicieuse. N’oubliez jamais qu’à part l’ascension macronesque qui est le contre-exemple de ce que je vais dire, le combat politique est de longue haleine. Or, en respectant les fondamentaux dans un contexte hyper-droitier, elle eût avancé ses pions pour gagner le jour où les événements vont s’accélerer très gravement.
      cordialT

  3. J’ai adhéré au Front National le 1er janvier 2017.
    Volontaire et motivé comme en 1981 lorsque j’ai adhéré au RPR, je n’ai jamais rencontré ou été contacté par les responsables locaux.Guillaume Eric ou Beaupère Francis sont-ils des fantômes du mouvement???
    En 2018, mes idées politiques seront les mêmes…Mais, je vais faire l’économie d’une adhésion et expliquer la raison au siège du Front National.Comment réussir si, à la base, on a des nuls!!!Marine LEPEN est sans doute mal soutenue dès le premier niveau des membres du parti.

  4. Le plus dingue c’est la transformation du succès électoral du 1er tour de MLP en échec au 2nd, en moins d’une semaine, et en déroute aux législatives. La vitesse avec laquelle la vague a créé le choc, puis a été brisée, et enfin retournée.

    • Même le premier tour n’était pas un succès : elle a doucement laissé son socle électoral s’effriter, pour finalement n’arriver qu’en deuxième position ; déjà une déception relative.
      Mais tout ou presque a déjà été dit sur le fait que Marine Le Pen est une rad-soc, une femme de gauche jacobine qui détonne dans son mouvement et son électorat théorique.
      Lourde faute de Jean-Marie Le Pen que de l’avoir couverte et ainsi assuré son accession à la tête du parti ; il en a été ironiquement châtié, d’ailleurs.

    • Merci Bernard de vos paroles qui me touchent. Si d’autres avaient eu le même élan, peut-être aurions-nous pu débattre de la vie du mouvement que nous avions créé de toutes pièces, avec opiniatreté. hélas, le débat a été inexistant au Néo-FN de tous temps.
      Bien à vous.

  5. En fin de compte la déroute du FN , l’élimination du PS et de LR, la déception du Macronisme sont autant de chances pour la Bretagne de se ressaisir. Ce qui est bien triste c’est que contrairement à ce qui se passe Corse, aucun mouvement breton n’est à ce jour en mesure de combler le vide laissé par les partis français.

    • La Bretagne est une province de la France et rien d’autre ! Je trouve affligeant de se réjouir d’un affaiblissement des partis français et de la France pour espérer un hypothétique scénario à la Corse (que je trouve pour ma part très inquiétant quant à l’unité de notre nation).

  6. Le FN est le « coin » mis dans le système par Mitterrand pour interdire à la vraie droite d’accéder au pouvoir.
    Tant que par stupidité, pusillanimité ou complicité, les partis qui se disent de droite refuseront de faire alliance, tout restera en l’état, quelles que soient les tentatives de « dédiabolisation ». Il est de toute évidence par ailleurs nécessaire que le FN retrouve une direction qui tienne la route.

  7. Mme Le Pen n’avait aucune chance de gagner !
    Il FALLAIT qu’elle soit au 2 ème tour contre Macron ; ce qui s’est passé et que beaucoup ont trouvé étrange et inhabituel : c’est un coup d’état constitutionnel orchestré par la caste mondialo-politico-bancaire épaulée par des médias serviles aux mains du système financier .
    Ne conservez vous pas un goût étrange de cette élection que beaucoup ont eu l’impression de se faire voler ?
    L’affaire était déjà entendue dès la catastrophique élection d’Hollande : contre Fillon Mme Le Pen avait sa chance , contre Macron : NON ( et elle l’avait compris avant le second débat ).
    Prenez quelques minutes pour lire ceci : http://reseauinternational.net/president-pas-par-hasard-on-sen-serait-doute/ , et vous comprendrez alors que cette élection bizarre n’avait rien d’un « heureux » hasard .

Comments are closed.