Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Orbán accueillerait favorablement une fusion des droites dans l’UE – la pression sur Marine Le Pen et Meloni

Le premier ministre hongrois Viktor Orbán pense que sa collègue italienne Giorgia Meloni et Marine Le Pen du Rassemblement national français devraient unir leurs forces pour créer un bloc de droite qui deviendrait le deuxième groupe le plus puissant au Parlement européen (PE). Dans une interview accordée à l’hebdomadaire français Le Point, M. Orbán a déclaré :

L’avenir du camp souverainiste en Europe, et de la droite en général, repose désormais entre les mains de deux femmes. Tout dépendra de la capacité de Marine Le Pen en France et de Giorgia Meloni en Italie à coopérer. Si elles parviennent à travailler ensemble, au sein d’un même groupe ou d’une coalition, elles seront une force pour l’Europe.

Marine Le Pen, ancienne candidate à la présidence du Rassemblement national (RN), parti national-conservateur, et actuelle présidente du groupe parlementaire de son parti à l’Assemblée nationale française, a récemment proposé à Giorgia Meloni une fusion entre les deux groupes de droite du Parlement européen, Identité et Démocratie (ID) et Giorgia Meloni : Identité et Démocratie (ID) et les Conservateurs et Réformistes européens (ECR). Le Rassemblement national dispose de la plus grande délégation au sein de l’ID, tandis que Meloni est le leader de facto de l’ECR.

Mme Le Pen a déclaré : « C’est le moment de s’unir, ce serait vraiment utile. Si nous y parvenons, nous deviendrons le deuxième groupe du Parlement européen. Je pense qu’il ne faut pas laisser passer une telle occasion »

Le Premier ministre Orban estime que « l’attrait de leur coopération sera très fort. Elle pourrait suffire à redessiner la configuration de la droite européenne, voire à supplanter le Parti populaire européen”, la formation la plus puissante du PE, “dont le leadership a été entièrement repris par les Allemands”.

Les sondages d’opinion actuels suggèrent que le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit et libéral, que le parti conservateur Fidesz de M. Orbán a quitté en 2021 en raison du virage à gauche du PPE, restera le groupe le plus important au Parlement. Les sièges combinés de l’ECR et de l’ID ne seraient pas suffisants pour qu’un nouveau « supergroupe » de droite se retrouve en deuxième position, à moins que le Fidesz, qui n’a actuellement pas de groupe parlementaire, ne rejoigne l’ECR et n’ajoute 10 à 12 eurodéputés supplémentaires. Viktor Orbán a déclaré que l’adhésion du Fidesz à l’ECR était « toujours à l’ordre du jour ». Il a ajouté : « 

Nous voulons rejoindre l’ECR, mais aussi savoir clairement quelles seront ses relations avec le Rassemblement national, d’une part, et le PPE, d’autre part. Ce dont nous avons besoin, c’est que l’opinion des électeurs de droite soit reflétée et recueillie par la droite. Ce que nous ne voulons pas, c’est que le PPE continue à recueillir les voix de la droite pour ensuite les tromper et collaborer avec la gauche.

Giorgia Meloni n’a pas exclu d’accepter l’offre, mais le PPE l’a également courtisée pour qu’elle le rejoigne. « Mon principal objectif est de construire une majorité alternative à celle qui a gouverné ces dernières années. Une majorité de centre-droit, en d’autres termes, qui enverra la gauche dans l’opposition en Europe”, a-t-elle déclaré.

Ce qui distingue clairement l’ECR de l’ID, c’est la question de l’Ukraine. Alors que les partis membres du premier sont plus atlantistes et soutiennent pleinement la fourniture d’armes à l’Ukraine dans sa lutte contre la Russie, les forces politiques du second sont favorables à des pourparlers de paix et à une solution diplomatique. Viktor Orbán a abordé ce sujet dans son interview, en parlant des prochaines élections européennes :

« Outre le nombre de sièges obtenus par tel ou tel parti, la chose la plus importante, à mon avis, sera le nombre d’eurodéputés prêts à aller plus loin dans la guerre en Ukraine et le nombre de ceux qui seront en faveur d’y mettre fin. Si j’espère que les députés pro-paix l’emporteront, j’espère aussi qu’il y aura plus de députés souverainistes qui soutiennent l’Europe des nations. Dans dix ans, ces élections seront probablement considérées comme celles qui ont décidé de la paix ou de la guerre en Europe », a-t-il déclaré.

Photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Orbán accueillerait favorablement une fusion des droites dans l’UE – la pression sur Marine Le Pen et Meloni”

  1. THIERY dit :

    Ce n’est ABSOLUMENT PAS ce qu’il a dit. Il a dit qu’il laissait Méloni faire. Elle a été très claire. Pas de fusion.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Immigration, International, Justice, Sociétal

Italie. L’immigration économique fait aussi les affaires de la mafia

Découvrir l'article

International

« Patriotes pour l’Europe » : Le manifeste d’Orbán, de Kickl et de Babiš

Découvrir l'article

International, Politique

Commission europénne. Après un accord entre 6 chefs d’État, von der Leyen devrait être reconduite

Découvrir l'article

Politique

Bretagne. Les métropoles ne votent pas comme les communes rurales

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « Une coalition pro-guerre, anti-économie et pro-immigration s’est formée en Europe »

Découvrir l'article

Agriculture, Economie, Immigration, International, Social, Sociétal

Immigration économique. Le secteur agricole et agroalimentaire italien peut-il se passer de travailleurs migrants ?

Découvrir l'article

Immigration, International, Politique, Sociétal

Immigration. La Hongrie condamnée à 200 millions d’euros d’amende par Bruxelles pour avoir défendu les frontières de l’UE

Découvrir l'article

International

Europe. Marine Le Pen, Wilders et les leaders d’Identité et Démocratie (ID) discutent d’un éventuel “supergroupe” au Parlement Européen

Découvrir l'article

NANTES, Politique, RENNES

Rennes, Nantes, Angers, Bordeaux…l’extrême gauche vandalise durant des manifestants anti RN

Découvrir l'article

International

Reportage photo en Allemagne. En immersion à la soirée électorale de l’AfD

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky