Grand remplacement

Parmi les arguments que l’on entend en France contre l’accueil des migrants, on entend souvent le fait qu’il y a « déjà trop de chômeurs en France » et qu’il ne faudrait pas en plus rajouter de la concurrence étrangère. Ou encore, qu’on ne pourrait pas « supporter toute la misère du monde » économiquement (autrement dit, faire en sorte que notre système de protection sociale fonctionne dans une société sans frontière).

A contrario, l’argument principal, celui de la survie ethnique des Européens blancs dans un monde où ils sont minoritaires, n’est jamais repris par aucun responsable politique, le courage n’étant il est vrai pas la principale qualité de ceux qui font le jeu électoral à l’Ouest.

Pourtant, c’est bien cette question du grand remplacement – et à terme de la disparition des Blancs d’Europe sur leurs propres terres d’origine – qui se pose. L’argument serait dit-on inaudible dans une société de l’immédiat, incapable de se projeter deux siècles en avant dans notre histoire. Qu’importe, il est imparable.

Philippe Lemoine, candidat au doctorat en philosophie à l’Université de Cornell (Etats-Unis), l’a d’ailleurs parfaitement expliqué en plusieurs tweets, réagissant au sondage que nous avons commenté à propos de ces Français qui « valideraient la théorie du grand remplacement » jugée complotiste. Son argumentation est imparable.

La véracité du grand remplacement

« Ce qui me frappe » écrit-il, « ce n’est pas que 48% des Français croient à la théorie du grand remplacement, c’est le nombre de gens qui, bien que connaissant les lois de l’arithmétique, en parlent comme si c’était un délire d’extrême droite ». Et M. Lemoine de dérouler ses arguments :

Si par « théorie du grand remplacement », on parle de l’idée selon laquelle, à moins que notre politique d’immigration ou que les données démographiques de base ne changent complètement, les Français d’origine européenne vont à terme devenir minoritaires, alors il ne fait aucun doute que cette théorie est vraie et j’ai vraiment du mal à comprendre comment autant de gens qui sont a priori intelligents peuvent nier cela en dépit du bon sens et souvent (mais pas toujours) de bonne foi.

Ce n’est pourtant pas compliqué à comprendre : dès lors que la population d’origine extra-européenne continue à s’accroître plus rapidement que la population d’origine européenne, elle finira par devenir majoritaire, peu importe qu’elle soit pour l’instant très minoritaire.

Or il suffit de 5 minutes pour constater que, sous le double effet des flux migratoires et d’une fécondité plus importante, la population d’origine extra-européenne s’accroît en effet plus rapidement que la population d’origine européenne.

On entend souvent des gens minimiser l’apport démographique de l’immigration parce qu’ils ne regardent que le solde migratoire global, qui est souvent relativement faible, i. e. entre 50.000 et 100.000.

Mais si on décompose le solde migratoire, on voit que c’est surtout parce que beaucoup de Français nés en France quittent le territoire. Le solde migratoire des immigrés est beaucoup plus importants, i. e. entre 150.000 et 200.000 par an .

Les femmes immigrées d’origine extra-européennes ont en effet un taux de fécondité beaucoup plus important que celui des femmes nées en France. Il est vrai que la fécondité des descendantes d’immigrés d’origine non-européenne est à peine supérieure à celle des Françaises de la population majoritaire, mais quand bien même serait-elle exactement la même, le taux de fécondité des femmes d’origine non-européenne n’en serait pas moins supérieure à celle des femmes de la population majoritaire, puisque c’est une moyenne pondérée du taux de fécondité des femmes immigrées d’origine non-européenne et du taux de fécondité des femmes nées en France d’origine non-européenne.

Il s’ensuit que, en raison des flux migratoires et de cette différence de fécondité, la population d’origine non-européenne s’accroît plus rapidement que la population d’origine européenne. Par conséquent, à moins de rejeter les lois de l’arithmétique (ce qui est rarement une bonne idée), il est absolument indiscutable que, si les tendances démographiques restent les mêmes et qu’on ne change pas notre politique d’immigration, la proportion des individus d’origine non-européenne va augmenter et celle des individus d’origine européenne va diminuer progressivement jusqu’à ce que les premiers deviennent majoritaires.

Est-ce que les tendances démographiques vont rester les mêmes ? Pour vous aider à répondre à cette question, je vous suggère de jeter un coup d’oeil aux projections de population de l’ONU pour l’Afrique et l’Europe : Je vous laisse vous faire une idée..

Bref, il ne fait quasiment aucun doute que, à moins que nous ne changions de politique d’immigration, la population d’origine européenne deviendra un jour minoritaire. On ne peut nier cela sans être complètement irrationnel. Je note d’ailleurs qu’on peut déjà observer ce phénomène dans les données officielles. Voici par exemple l’évolution du profil des naissances depuis 1998 d’après l’INSEE. Voyez ce billet de blog pour les sources et quelques détails .

Certes, il y a également des unions mixtes, mais d’après les données de l’Enquête trajectoires et origines de l’Ined, seuls 43% des enfants nés entre 2006 et 2008 ayant au moins un grand-parent né en dehors de l’UE à 27 avaient un parent qui n’était ni immigré ni enfant d’immigré. C’est mieux que ce qu’on pouvait redouter, mais c’est tout de même limité. On peut aussi craindre que, à mesure que la proportion des individus d’origine non-européenne dans la population s’accroîtra, cette mixité deviendra d’autant moins courante que les descendants d’immigrés d’origine non-européenne auront une probabilité plus importante de tomber sur un membre de leur propre groupe quand ils chercheront un conjoint.

Cette substitution démographique progressive n’est d’ailleurs pas un phénomène uniquement français. C’est quelque chose qu’on observe dans la plupart des pays d’Europe de l’Ouest.

Voici par exemple le résultat des projections démographiques réalisées par le Pew Research Center, qui a estimé la proportion de la population qui sera musulmane dans les pays européens en 2050. 

Il est important de noter que, si l’on s’intéresse à l’évolution de la proportion des individus d’origine non-européenne, cette projection est trompeuse pour plusieurs raisons. D’abord, il s’agit uniquement de projections sur la population *musulmane*, mais 1) les musulmans ne sont qu’une partie des gens d’origine non-européenne et les projections de Pew tiennent compte du fait qu’une partie des gens dont les parents sont musulmans ne se considèrent pas eux-même comme musulmans et 2) les chiffres de Pew donnent la proportion e la population *dans son ensemble* qui sera musulmane en 2050, mais évidemment chez les jeunes, cette proportion sera beaucoup plus importante, car la plupart des gens aujourd’hui seront encore vivants à ce moment-là et pour l’instant les musulmans sont très minoritaires.

Par conséquent, il est fort possible et même probable que, dès 2050, les individus d’origine non-européenne seront majoritaires chez les personnes en dessous d’un certain âge. (J’essaierai de faire une projection avec un modèle démographique sérieux quand j’aurai le temps.) Or, dès lors que nous aurons atteint ce point d’inflexion, il sera devenu inévitable que les individus d’origine européenne deviennent à terme minoritaires. Naturellement, les projections démographiques sont toujours un exercice délicat, et les prédictions dépendent des hypothèses du modèle. Mais si vous avez suivi ce que j’ai expliqué au début de ce thread, vous devez bien voir que, même s’il y a une incertitude sur la date exacte à laquelle les individus d’origine européenne seront devenus minoritaires, il ne fait aucun doute que ça finira par arriver à moins qu’on ne change notre politique d’immigration.

Quand j’explique tout ça, je m’entends souvent dire que ce n’est pas grave si les individus d’origine extra-européenne deviennent majoritaires.

Bien sûr, vous avez tout à fait le droit de penser ça (même si dans 99% des cas les gens qui disent ça n’en pensent pas un mot), mais ne dites pas que c’est un fantasme, à moins que vous ne croyiez que les chiffres de l’INSEE sont faux ou que l’arithmétique est raciste. Je note d’ailleurs que, dans certains pays européens (sans parler des États-Unis), on parle de ça beaucoup plus ouvertement.

Pour qu’il y ait un véritable débat démocratique sur la politique d’immigration, il faut que les gens soient informés des conséquences des différents choix que l’on peut faire dans ce domaine, donc que les journalistes/intellectuels cessent de présenter ce phénomène comme un fantasme d’extrême-droite alors que c’est une réalité. Vu ce que j’ai lu sur Twitter ce matin, il y a encore du boulot.

« un continent où les Blancs ne seraient qu’une minorité parmi les autres »

En Europe, des dirigeants comme les leaders polonais ou hongrois ont parfaitement compris ce qui attendait les populations d’Europe si elles ouvraient leurs frontières – comme l’appellent de tous leurs vœux associations subventionnées, pouvoir politique et économique en France, et même le Pape. Car derrière l’accueil de migrants, qu’ils soient réfugiés ou pas, musulmans ou pas, et pour quel que soit le motif (famine, humanitaire, guerre …) il y a des hommes et des femmes, et des enfants, qui vont être amenés à rester durablement en Europe, à s’y reproduire, dans ce qui s’apparente à une forme de colonisation, pas toujours pacifique par ailleurs.

Les premières vagues d’immigration extra-européennes ont déjà montré toutes les limites de l’intégration et du mélange entre communautés. Ces nouvelles vagues pourraient contribuer à accélérer la transformation à moyen terme d’un continent blanc en un continent métissé, communautarisé, où les blancs ne seraient qu’une minorité parmi les autres.

La réalité, c’est cela, et cela arrivera rapidement, notamment parce que le seul argument opposé aujourd’hui à ceux qui veulent faire de leurs communes des « terres d’accueil » pour les damnés de la terre, c’est celui du chômage, ou celui de l’insécurité possible, ou encore celui des différences culturelles trop importantes. Ce sont des faux arguments de comptoir, qui ne prennent pas en compte le moyen ni le long terme.

La réalité, c’est que demain, l’homme blanc pourrait d’abord devenir minoritaire, puis disparaitre de la terre qu’il a façonné, développé et marqué de son emprise durant toute son histoire.

Certains – qui ont choisi le camp des traitres comme il y en a eu dans toute l’histoire de l’humanité – s’en réjouissent, soit.

Ils savent toutefois parfaitement que la nature de l’homme, cet animal, n’a jamais été de se laisser mourir sans réagir…

Julien Dir

Les points de vue exposés dans cette rubrique n’engagent que leur auteur et nullement la rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place. 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 Commentaires

  1. Les migrants sont des musulmans!
    C’est le  »remplacement » des  »Blancs » non-musulmans,par des musulmans basanés, qui est programmée..Les musulmans refusent de s’intégrer,ils refusent notre  »laïcité et notre démocratie!Macron,en tant que président,doit faire appliquer les lois de notre démocratie..ces musulmans augmentent l’insécurité des Français ainsi que leurs impôts..voir https://www.youtube.com/watch?v=P7Z4K7Sr5Xw et http://islamisation.fr/2017/03/02/macron-veut-conserver-les-memes-parametres-migratoires-et esquive-la question-du cout-de-limmigration…LA FRANCE AUX FRANCAIS!…

  2. Nos gouvernants favorisent le  »remplacement »..
    Que ce soit Merkel ou le patron de l’ONU:les gauchos sont pour le  »remplacement »…voir http://www.reinformation.tv/peter-sutherland-migrations-nations-abandon-souverainete-representant-onu-romee-43916-2/ et voir http://www.reinformation.tv/immigration-masse-occident-antonio-guterres-onu-lenoir-79186-2/…..en 1958:Jean-Paul Sartre et des étudiants gauchos criaient,dans le Quartier Latin: »L’Algérie aux Algériens »..moi,maintenant,je réclame  »LA FRANCE AUX FRANCAIS »…

  3. Oui et c’est un fait avéré car mathématique !
    Les français issus de l’immigration font dix fois plus d’enfants que les souchiens !
    J’ai une internaute qui travaille comme sage femme et qui peut en témoigner, elle en est même écoeuré du silence que l’État cherche à nous imposer.
    Elle mets au monde 5 enfants d’immigrés nationalisés contre 1 français d’origine !
    Contre cette bande d’incapables qui met en péril notre nation, une seule solution :
    Le livre événement de ce début d’année 2018 :
    Marion Maréchal, le par(t)i de la Nouvelle France contre la Mafia d’État !
    https://www.thebookedition.com/fr/nouvelle-france-contre-mafia-d-etat-p-355572.html

  4. Ajoutons que le remplacement de population est effectivement une évidence puisque selon le dernier bilan de l’AFDPHE 2016 (http://www.afdphe.org/bilan-afdphe-2016), 39,4% des nouveaux-né s en France métropolitaine sont issus de familles à risque pour la drépanocytose (essentiellement Maghreb, Afrique noire et Antilles), donc d’origine non européenne. Ces chiffres sont de 73,6 % en Ile-de-France et 56,4 % en région PACA.

    Voici les chiffres 2016 des naissances à risque (donc d’origine non européenne) selon ce dernier bilan 2016:

    Ile-de-France 73,56%
    PACA + Corse 56,35%
    dont Corse 34,57%
    Languedoc-Roussillon 40,75%
    Rhône-Alpes 37,55%
    Alsace 37,45%
    Midi-Pyrénées 34,16%
    Limousin 25,31%
    Picardie 27,67%
    Centre 24,13%
    Franche-Comté 23,27%
    Lorraine (sauf Est Mosellan) 24,70%
    Bourgogne 23,39%
    Nord-Pas de Calais 21,35%
    Champagne-Ardenne 19,21%
    Aquitaine 17,88%
    Auvergne 18,83%
    Normandie 16,01%
    Bretagne 9,10 %

    Mais ce qui est intéressant dans ce bilan 2016 de l’AFDPHE, en plus du chiffre annuel des naissances, c’est le cumul des chiffres depuis la mise en place du dépistage par région dans les années 1990 qui nous permet ainsi d’évaluer le pourcentage de personnes d’origine non européennes par « classe d’âge ».

    Ainsi, par exemple, en Ile-de France, le Bilan AFDPHE 2016 nous indique en page 90 que, entre 1996 et 2016, exactement 2 079 998 nouveaux-nés ont été ciblés (dont les parents sont donc issus de pays à risque pour la drépanocytose). Si on ramène ce chiffre de personnes ciblés sur la période au nombre de naissances total de la période 1996-2016 (donnés par l’Insee), soit 3 696 950, on obtient un pourcentage de 2 079 998/3 696 950 = 56,3 % personnes ciblés car issues de familles originaires de pays à risque (Afrique, Maghreb, Antilles, Moyen-Orient etc).

    Ainsi, on peut affirmer que, au moins, 56,3 % des jeunes nés en Ile-de-France entre 1996 et 2016, soit les jeunes agés de 0 à 20 ans au 1er janvier 2017, sont d’origine non européenne. « Au moins », car il faudrait bien entendu ajouter à ce chiffre les jeunes migrants nés hors de l’Europe et résidant en Ile-de-France et qui ne figurent pas dans ces naissances en métropole, mais cela donne déjà un un ordre de grandeur.

    Et si on fait le même calcul pour la région PACA+Corse, le bilan 2016 de l’AFDPHE nous indique en page 97 que 499 959 naissances ont été ciblées sur la période 1995-2016 sur un total de 1 306 597 naissances, soir 499 959/1 306 597=38,3 %. Ainsi, on peut affirmer également que, au moins 38,3 % des jeunes nés en PACA+Corse entre 1995 et 2016, soit les jeunes agés de 0 à 21 ans au 1er janvier 2017, sont d’origine non européenne.

    Au niveau national, 30% des jeunes nés entre 2000 et 2016 ont été dépistés, ce qui signifie que au moins 30% des jeunes nés en France métropolitaine agés de 0 à 16 ans au 1er janvier 2017, sont d’origine non européenne.

    Les jeunes d’origine africaine et asiatique sont donc déjà majoritaires en Ile-de-France au sein de la jeunesse de la région de France la plus importante en terme de population et d’un point de vue économique, politique et culturel. Et avec les années Macron, parti pour durer, on va assister à une augmentation encore plus rapide de ces chiffres. Dans moins d’une génération, ils pourrons sans aucun doute envisager comme en Catalogne de demander un référendum d’autodétermination en vue d’une indépendance de la région Ile-de-France.

  5. Bien sur que la théorie du grand remplacement est non seulement crédible mais voulue. Mais chut, c’est politiquement incorrect et considérée comme raciste et donc punissable par la loi. Nous sommes bâillonnés et malheureusement cette réalité est inexorable sauf un sursaut démocratique de grande ampleur.

Comments are closed.