Nantes. A la maison d’arrêt, deux familles de détenus en viennent aux mains

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

24/01/2018 – 08h00 Nantes (Breizh-Info.com) – En parallèle du mouvement de mobilisation des agents de la pénitentiaire, lassés du manque de reconnaissance, de la violence dont ils font l’objet et de leurs conditions de travail désastreuses, un événement assez étrange, qui s’est produit le 17 janvier dernier à la maison d’arrêt –dans le secteur réservé à l’accueil des familles – démontre que la prison ne fait guère peur qu’aux honnêtes gens. Une rixe a éclaté entre deux familles dont les permis de visite avaient été supprimés suite à l’introduction d’objets prohibés en détention, rixe qui s’est finie à la bombe lacrymogène.

« Il s’agit d’une rixe entre deux familles, l’une géorgienne et l’autre maghrébine », nous explique un surveillant qui a assisté à la scène. « Toutes deux n’ont rien à faire ici, puisque leurs permis de visite ont été suspendus à plusieurs reprises, puis supprimés après qu’elles ont introduit en détention des objets prohibés ». A savoir des téléphones pour la première et des stupéfiants pour l’autre. La première s’est récemment illustrée par l’introduction « d’un téléphone et de cinq cartes SIM », des objets interdits qui font l’objet d’un trafic entre les détenus.

La bombe lacrymogène a été sortie « par la famille maghrébine », nous expliquent les témoins. « La police est intervenue, les deux familles sont parties en garde à vue ». Cela dit, les agents se demandent comment est-ce que des familles, dont les permis de visite ont été supprimés, peuvent « encore venir dans l’accueil familles, faire pression sur d’autres familles pour qu’elles fassent passer des denrées prohibées – et mettre en danger les deux agents qui y travaillent, et seuls le dimanche ».

Il se dit que certaines familles « cèdent aux pressions, soit parce qu’on leur dit que leur proche détenu va avoir des sérieux ennuis à l’intérieur, soit parce qu’on leur dit qu’on va s’en prendre à eux, ou à leurs proches, ou à leurs enfants à l’extérieur ». Des pressions auxquelles il semble particulièrement difficile de se soustraire aux familles qui visitent leurs proches détenus à la maison d’arrêt de Nantes, surtout ces derniers mois, semble-t-il.

Pourtant, le fait d’introduire des objets prohibés en détention est réprimé par l’article 434-35 du Code Pénal (jusqu’à 1 an d’emprisonnement et 15.000 € d’amende) et par des sanctions administratives – notamment la suspension provisoire voire définitive du permis de visite du proche détenu.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Insolite. Aux États-unis, un poisson abyssal s’échoue sur une plage de Californie

Un poisson-football, vivant habituellement dans les abysses à plus de 5 000 mètres de profondeur dans l'océan Pacifique, a...

« Jésus est pédé ». Aucun problème pour le Conseil d’Etat

Le Conseil a validé il y a quelques jours, sur la forme, la dissolution de Génération Identitaire. Il vient,...

2 Commentaires

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Nantes. Arrestation d’un suspect du meurtre de janvier aux Dervallieres

Le 11 janvier dernier, au pied du Building, immeuble assiégé par le trafic de drogue aux Dervallieres - il s'y poursuit toujours au 16,...

Deal de drogue à Nantes : la nourrice était payée 30 euros par jour

L'arrestation le 7 mai d'un dealer interpellé à la Bottière rue Paul Sabatier chez la nourrice - la personne chez qui la drogue était...

Football. Le Stade Rennais accroche le PSG, victoire du FC Nantes, défaites de Brest et de Lorient

Le sprint final est lancé concernant la saison de Ligue 1, avec la 36ème journée jouée ce week-end. Les Lillois pourront remercier le Stade...

Handball. Nantes vainqueur de l’EHF European League

Le club de Nantes Atlantique Handball a décroché le premier titre européen de son histoire en remportant l’EHF European League dimanche 9 mai au soir à Baia...