Forum de Davos. Le rendez-vous privilégié de l’élite dominante de ce monde

A LA UNE

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

25/01/2018 – 12h00 Davos (Breizh-Info.com avec TV Libertés) – 2 500 personnes, des dirigeants de pays, des présidents de multinationales, des milliardaires, des lobbyistes, et ceux qui cumulent toutes ces attributions en même temps, pas de doute, vous êtes au Forum économique mondial de Davos qui se tient du 23 au 26 janvier.

Le rendez-vous annuel dans la station alpine suisse est un véritable plaidoyer pour donner raison aux « conspirationnistes ». Loin des caméras, isolés dans les montagnes, les grands de ce monde se réunissent pour discuter de l’avenir -de l’avenir du business – et donc .. de l’avenir du monde.

Depuis 1971, Klaus Schawb, professeur d’économie suisse-allemand, réunit la fine fleur mondiale au Forum économique mondial à Davos. « C’est la mission fondamentale du Forum que d’organiser un dialogue global entre les différents intervenants privés, entre privé et public, entre acteurs et experts, avec aussi les grandes organisations internationales, les ONG, les médias », expliquait son fondateur dans les Echos en 2016.

Rien que la sécurité renforcée représente un coût estimé à 9 millions de francs suisses (7,6 millions d’euros) pour 2018.

Pour cette 48ème édition du Forum économique mondial, toujours accompagné du très humble sous-titre “engagé pour améliorer l’état du monde”, les regards seront tournés vers… Donald Trump !

Pour autant, le président américain – annoncé pour vendredi – pourrait finalement être retenu aux États-Unis en raison de la gestion de la crise budgétaire. Une annulation qui ferait des malheureux. En effet, le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz, bon copain de George Soros, se frottait déjà les mains de voir arriver Donald Trump, qu’il considère comme un misogyne et un fanatique dans le temple de la mondialisation. On peut donc gager que si le président américain chausse ses moon boots, on ne sera pas déçu du voyage.

L’édition 2018 s’enorgueillit déjà de réunir Emmanuel Macron, “un petit bonhomme made in Davos” et Angela Merkel, qui fait l’honneur de fuir ses ennuis de politique intérieure avec la formation d’une coalition…

La présence des deux dirigeants européens relèvera toutefois davantage des apparats, car les enjeux économiques essentiels ne se situent pas sur le vieux continent. C’est en effet vers l’Inde que les regards pourraient se tourner cette année. Après une édition concentrée sur l’élan économique chinois en 2017, l’Inde sera représentée par le chef du gouvernement, Narendra Modi, une première depuis 20 ans. En effet, depuis son arrivée au pouvoir en 2015, l’homme tente de redorer le blason de son pays pour endosser un potentiel économique au moins aussi alléchant pour les investisseurs que Pékin. Pour mémoire, Narendra Modi est le leader du Bharatiya Janata Party ou BJP ( « parti du peuple indien »), un parti de droite nationaliste hindoue.

Davos aura aussi son volet sociétal, jamais bien loin des utopies des élites mondialisées. Ainsi, le forum auquel participe le célèbre milliardaire hongrois George Soros de la Fondation Open Society se penchera sur l’immigration, l’identité – ethnique ou … sexuelle – la religion, et le handicap.

Le tableau n’aurait pas été complet si Davos n’avait pas offert une tribune de plus au sujet phare de l’actualité de ces derniers mois : le harcèlement ! Reste à savoir combien de “porcs” ont été conviés au rendez-vous …

Pour retrouver le forum en live, c’est ici

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Homos ou hétéros, on porte tous le même maillot ». Le nouveau clip de propagande de la Ligue de Football Professionnel

Après les clips gouvernementaux ou d'associations subventionnées contre le harcèlement de rue mettant en scène uniquement d'horribles harceleurs blancs,...

Bruno Attal : « Si mon collègue avait tué cette ordure, il serait où, là, Eric Masson ? En garde à vue, mis en...

Pour le syndicaliste policier Bruno Attal (Touche pas à mon flic) : « Si mon collègue avait tué cette...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Fondation de l’Université de Corse : 4ème édition du concours Start’in Corsica

Depuis sa création en 2011, la Fondation de l’Université de Corse a mis en place de nombreux dispositifs pour sensibiliser et accompagner les étudiants...

Matières premières : une pénurie mondiale inquiétante ?

Cette semaine dans C’est Cash, Olivier Delamarche et Estelle Farge s’intéressent aux matières premières, et plus particulièrement à la pénurie à laquelle les industriels...

Thomas Guénolé. 400 millions de morts de la mondialisation ?

Auteur du "Livre noir de la Mondialisation", politologue et essayiste, il a été conseiller politique de Jean-Louis Borloo et d’Arnaud Montebourg, ainsi que co-fondateur...

L’État, ennemi numéro 1 de l’épargnant. Comment livrer bataille intelligemment ?

Avec un surcroît d’épargne de près de 200 milliards d’euros des ménages français, l’État, non sans raison, cherche à faire recalculer ces sommes colossales...