Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La compagnie Qantas demande à son personnel un « langage non-genré »

Les questions de genre, véritable serpent de mer sociétal, reviennent de plus en plus fréquemment dans l’actualité. Cette fois-ci, c’est la compagnie aérienne australienne Qantas qui incite son personnel à ne plus user de termes pouvant offenser la communauté LGBTQ.

« Inapproprié au genre »

LGBTQ pour Lesbien, Gay, Bisexuel, Transgenre ou Queer. Ces derniers temps, les sociétés privées, devançant parfois l’action politique, multiplient les initiatives face aux « discriminations » liées au genre. Une fuite en avant progressiste bien plus souvent motivée par un souci de réputation et une crainte du « bad buzz » que par de réelles convictions.

Toujours est-il que Qantas, compagnie aérienne australienne, a décidé d’encourager son personnel à cesser d’utiliser un langage « inapproprié au genre » sur le lieu de travail. Le but de cette décision étant de ne pas offenser la communauté LGBTQ en question.

Qantas

Plus de « maman » ni de « papa »

Dans une circulaire destinée à ses employés, Qantas précise les termes désormais à proscrire. Ainsi, il n’est plus question de faire allusion aux « maris » et à leur « femme ». Et pas davantage au « papa » et à la « maman ». À la place, le personnel est vivement encouragé à utiliser les termes de « partenaire », « conjoint » et « parents ».

Par ailleurs, le document suggère également que les employés doivent essayer de s’abstenir de « manterruptions », pratiques selon lesquelles un homme interrompt une femme lorsque celle-ci parle.

Les Aborigènes ont bon dos

Cette démarche s’inscrit dans un projet intitulé « esprit d’inclusion » et lancé au début de ce mois de mars par Qantas. Dans son exercice de communication destinée à promouvoir ces nouvelles dispositions, la compagnie utilise un vieux filon : celui de réunir des causes n’ayant pas de rapport les unes avec les autres. Comme celle des Aborigènes d’Australie avec celle des femmes.

« Nous avons une longue et fière histoire de promotion de l’inclusion pour notre personnel, nos clients et la société, y compris dans le soutien aux questions autochtones, la parité entre les sexes dans le travail et l’égalité face au mariage », a alors déclaré l’un des dirigeants de Qantas, Lesley Grant.

L’esprit « corporate » et ses limites

Le colonialisme est également abordé dans le guide, encourageant le personnel à utiliser les termes « colonisation », « occupation » ou « invasion » plutôt qu’ « installation » pour décrire l’arrivée des Européens en Australie au XVIIIème  siècle.

Du côté de la classe politique, l’ancien premier ministre australien Tony Abbott (Parti libéral) a déclaré que cette initiative de Qantas était « un acte dépassant largement les limites du politiquement correct ». « C’est tout simplement de la foutaise cette idée que nous avons besoin d’une police de la pensée corporative », a-t-il aussi confié à la radio 4BC.

Une avancée du politiquement correct qui va de paire avec une forme d’infantilisation des employés de la compagnie aérienne. Reste à avoir si ces derniers y trouvent quelque chose à redire.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Brian)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International, Sociétal

Suisse. Une adolescente arrachée à sa famille après que ses parents se soient opposés à l’utilisation de bloqueurs de puberté

Découvrir l'article

International, Sociétal

Propagande en Ecosse. L’idéologie du genre « profondément ancrée » dans les écoles du pays

Découvrir l'article

International

Effondrement du Royaume-Uni. S’ils arrivent au pouvoir, les travaillistes veulent faciliter le changement de sexe

Découvrir l'article

Animaux

Des vaches australiennes toujours massacrées vivantes en Indonésie

Découvrir l'article

A La Une, International

Bloqueurs de puberté, conséquences du changement de sexe, enfants cobayes et victimes…Un rapport médical choc sur le genre fait scandale au Royaume-Uni

Découvrir l'article

International

24 femmes quittent la ligue de football australienne après que des athlètes transgenres ont blessé des joueurs et dominé la ligue

Découvrir l'article

International

Espagne. Les hétérosexuels, bientôt des sous-citoyens ?

Découvrir l'article

Animaux, Environnement

Serpents venimeux d’Australie. Reportage

Découvrir l'article

International

Terreur Woke. Le conseil municipal de Melbourne propose des vestiaires non mixtes dans les installations sportives

Découvrir l'article

International

Folie Woke en Ecosse. Une nouvelle loi prévoit que les parents qui refuseraient le changement de sexe de leur enfant pourraient encourir jusqu’à 7 ans de prison

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky