Université de Nantes : des étudiants anti-blocus violemment pris à partie par les bloqueurs

A LA UNE

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

Depuis le 10 avril, des opposants au blocus organisent régulièrement des sit-in avec un livre, une fleur et un barbecue. Ils sont environ 15 à 20 à se réunir, en présence du doyen de FLCE (Langues) Didier Delorme – opposé aux blocages et pris à partie à plusieurs reprises par les bloqueurs. Ces derniers ne sont eux-mêmes que quelques dizaines, souvent extérieurs à l’Université. Cependant ce jeudi 26 avril le rassemblement pacifique a été violemment pris à partie par une trentaine de bloqueurs, dont trois cagoulés, qui ont enfariné et insulté les participants.

Ces derniers expliquaient ce mardi sur leur page Tertre Libre pourquoi ils se réunissaient, encore et encore : « le Pôle Étudiant nous fournit tables et chaises nécessaires, nous mettons à disposition le barbecue et la braise […] nous croyons toujours à un retournement de situation et nous ne lâchons pas prise ! Jusqu’aux examens qui sont toujours sous la menace du vote de l’assemblée générale du mouvement de lutte étudiante, tout est possible ». Inacceptable aussi pour les bloqueurs, ils affichaient leur présence sur le campus, plutôt que de déserter les lieux comme la majorité écrasante des étudiants concernés, plus de 9000.
Peu de temps après leur installation ce midi, une trentaine de bloqueurs dont trois cagoulé ont déboulé, craché au visage de Didier Delorme, emporté le barbecue et enfariné les participants qu’ils ont traités de « racistes » et de « nazis », puis ont quitté les lieux à l’arrivée des vigiles. L’ultra-gauche n’a pas revendiqué l’attaque. En revanche le collectif Nantes Libre, opposé au blocus, a réagi sur Twitter : « Le campus du Tertre de l’université de #Nantes est devenu une zone de non-droit où personnels et étudiants ne sont plus en sécurité ».

Quant aux bloqueurs, ils se sont fendus d’un communiqué ironique pour accuser… le barbecue : « Ce petit barbecue à roulettes a décidé de se désolidariser des propos racistes et des menaces proférées par des personnes fréquentant voire organisant le fameux « barbecue anti-blocus » […]. Le Barbecue, excédé, a projeté de la farine sur son maître et ses acolytes, avant de se faire la malle. Désormais libéré du joug du tyran, il se balade sur le campus en toute sérénité ». Et d’envoyer un SCUD contre « le journalisme [qui] n’a aucune décence, aucun respect et ne se pose même pas la question pourquoi il y eut cette enfarinade »

« Les bloqueurs ne sont courageux que pour attaquer des personnes désarmées ou à dix contre un »

Un étudiant relève que le parti-pris de pacifisme du collectif Tertre Libre a peut-être été trop « naïf. Les bloqueurs n’utilisent que le moyen de la violence, car ils savent qu’ils sont très peu nombreux en somme mais que le pouvoir leur cédera tout puisqu’il nie sa nature même de pouvoir. Ils parlent de gouvernance, mais en fait ils ne gouvernent ni ne décident rien. Si le sitting avait eu lieu avec des gourdins, ils ne s’y seraient pas attaqués. Les bloqueurs ne sont courageux que pour attaquer des personnes désarmées ou à dix contre un ».

Louis Moulin

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

En Bretagne, des cafés et bistrots entrent en résistance contre le pass sanitaire et la tyrannie

Il y a des en France et en Bretagne des millions de personnes qui ne se rendront pas face...

Gétigné (44). Un migrant interpellé après qu’un homme ait été poignardé dans le dos

Un migrant a été interpellé après qu'un homme ait été poignardé dans le dos à Gétigné, en Loire-Atlantique. Au...

Articles liés

Classement mondial des universités : Rennes et Nantes en progrès mais pourraient mieux faire

Le « classement de Shanghai » 2020 vient d’être publié. Il classe les mille premières universités du monde entier. Comme chaque année, les universités américaines le...

Un bicentenaire oublié à Nantes : De l’auscultation médiate, par René-Théophile Laënnec

La scène se passe en 1942 au Stalag IV B, l’énorme camp de Mühlberg, dans l’est de l’Allemagne, où sont retenus des milliers de...

Partiels annulés en lettres et sciences humaines : à Nantes la chienlit fait la loi

Comme c’était prévisible, supprimer les devoirs sur table pour les filières les plus mobiliées (IGARUN, Histoire et Histoire de l’Art, sociologie, sciences de l’Education)...

Nantes. Le président de l’université, meilleur ennemi des bloqueurs ?

Jeudi 26 avril, à l'université de Nantes, une vingtaine de personnes du collectif « Tertre libre », réunies autour d'un barbecue en présence du doyen...