Pour sa 11ème édition, le festival La Rue Est Vers l’Art se tiendra du 13 au 16 juin 2018 dans le quartier de Penhars, à Quimper. Une programmation qui fait la part belle au rap. Et qui est financée par la municipalité de Quimper et son maire, Ludovic Jolivet.

Quimper multiculturel

À l’origine de ce festival La Rue Est Vers l’Art, il y a la Maison pour tous (MPT) du quartier de Penhars. Un quartier qui revient régulièrement dans l’actualité puisqu’entre ouverture de mosquée et faits divers en tout genre, il s’y passe toujours quelque chose. « Un lieu vivant », dirait-on sous couvert de politiquement correct.

Et qui dit « vivant », dit « vivre ensemble ». Cela tombe à pic puisqu’il s’agit de l’un des leitmotivs des organisateurs. Chaque année, ce sont entre 12 000 et 15 000 personnes qui se rendent donc dans le quartier au cours de ces quelques jours de fêtes où se relaient une centaine de bénévoles.

Ninho et Da Silva

Au programme, pas vraiment de surprise. Du rap bien entendu avec les concerts de Ninho, originaire de l’Essonne ainsi que du marseillais YL.

Dans un autre style, très différent mais tout aussi éloigné de la Bretagne, le chateur d’origine portugaise Da Silva sera l’une des autres têtes d’affiche de REVA (pour « La Rue Est Vers l’Art »). Mais il y a aussi les talents « locaux ». Des jeunes issus du quartier qui sévissent désormais sur scène. C’est notamment le cas du rappeur Di#se.

Gratuité financée par la mairie

Par ailleurs une Garden-party mais également un Grand banquet sont annoncés. Les amateurs de danse africaines y trouveront aussi leur compte avec Na Don Ké.

Un spectacle nocturne d’arts de la rue et présenté comme « haut en couleur » par la MPT sera quant à lui animé par une compagnie au nom évocateur : 100 Racines.

Seulement voilà, ce déploiement festif sur quatre jours étant gratuit pour le public, il fallait bien trouver les fonds nécessaires pour maintenir à flot le navire associatif de Penhars. C’est ainsi que l’on retrouve la mairie de Quimper au premier rang des mécènes.

552 655 euros de subventions

Un mécénat qui coûte cher aux contribuables quimpérois puisque, lors de la séance du 19 avril 2018, le conseil municipal ainsi que le maire de Quimper Ludovic Jolivet ont décidé d’attribuer la dotation globale de 552 655 euros à la MPT de Penhars. Et ce, alors que cette même Maison pour tous affichait un déficit de 77 750 euros au titre de l’année 2017.

Avec de tels montants dépensés pour faire perdurer le plus longtemps possible la paix sociale dans ce quartier de Penhars si semblable à ceux des banlieues parisiennes ou marseillaises, il sera difficile à Ludovic Jolivet de refuser par la suite des attributions similaires aux associations assurant la défense de la langue et de la culture bretonne. Surtout après avoir déclaré dans nos colonnes que Quimper était « la capitale culturelle de la Bretagne ». Mais les Bretons ne sont plus à un affront près visiblement !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine