MAJ 22 juin 13h30 :  En session du conseil régional, à Rennes, ce vendredi matin, lors de son discours introductif, Loïg Chesnais-Girard, président de l’assemblée, a évoqué le cas de la maternité de Guingamp suite à la visite d’Emmanuel Macron en Bretagne.

« Le président de la République a demandé que la situation de la maternité de Guingamp soit réétudiée, et d’ici là, que la décision (de fermeture) soit suspendue. Le préfet me l’a confirmé hier soir ». Tout en ajoutant que toutes les solutions devaient être étudiées avant de prendre la décision de fermer.

Les personnels de la maternité appellent toutefois à être vigilant et mobilisés en vue du 30 juin.

Jeudi 21 juin s’est tenue la réunion réunissant les forces vives souhaitant aider au combat pour sauver la maternité de Guingamp, que l’ARS (Agence régionale de Santé) veut faire fermer.

La fermeture de la maternité de Guingamp annoncée pour le 31 janvier 2019

Alors qu’une grande manifestation est annoncée pour le 30 juin, nous avons interrogé l’équipe de la maternité de Guingamp, pour connaitre la direction que prend la mobilisation, mais aussi les risques à ce que la maternité ferme en janvier 2019, notamment pour la population locale, et les femmes enceintes, qui devront multiplier les kilomètres pour être prises en charge.

maternite_guingamp

Breizh-info.com : Pouvez vous présenter votre collectif ?

L’équipe de la maternité de Guingamp : Il n’existe pas officiellement de collectif de la maternité. Pour le moment c’est simplement l’équipe (médecins, sages-femmes, auxiliaires de puériculture,…) qui se réunit régulièrement pour organiser des actions et des manifestations.

Nous organisons demain (NDLR : hier soir) une réunion plus ouverte où des gens de l’extérieur (professionnels de santé, élus, communicants, etc) pourront venir nous aider à l’organisation de différentes actions.

Breizh-info.com : Quelles sont les dernières nouvelles concernant la maternité de Guingamp ?

L’équipe de la maternité de Guingamp : Nous n’avons pas de nouvelles concrètes concernant la maternité pour le moment, les élus travaillent avec un avocat pour le recours administratif par rapport à la décision de l’ARS. Ce recours peut être fait 2 mois après la décision, nous avons donc jusqu’au 19 Juillet.

Breizh-info.com : Quelles formes vont prendre les prochaines mobilisations ? Qui vous a soutenu jusqu’à présent ?

L’équipe de la maternité de Guingamp : La prochaine mobilisation prévue est la manifestation du 30 Juin, à 11h, devant la Mairie de Guingamp (affiche sur notre page facebook) (évènement facebook ici).
Nous sommes soutenus par la plupart des professionnels de santé de l’hôpital de Guingamp, par la plupart des élus locaux (sauf le député Y. Kerlogot), par le comité de défense santé de Guingamp et par les comités de défenses des différents hôpitaux de Bretagne, les syndicats, des sénateurs, Mr Le Graët.

Breizh-info.com : Concrètement, quelles conséquences aurait la fermeture de la maternité de Guingamp ? D’autres comme celles de Carhaix sont elles de nouveau menacées ?

L’équipe de la maternité de Guingamp : Si la maternité de Guingamp ferment, des patientes du territoire seront éloignés de plus d’une demi heure de route d’une maternité et cela pourrait entraîner des risques graves pour la santé des femmes enceintes et des bébés.

Le grand Ouest perdrait sa seule maternité proposant l’accouchement dans l’eau et les Côtes d’Armor perdraient une maternité de niveau 1 proposant un accompagnement personnalisé des patientes présentant une grossesse physiologique (respect des projets de naissance).

Nous craignons aussi un effet domino avec la perte de l’activité chirurgicale sur l’hôpital de Guingamp, puis des urgences et du SAMU…

Toutes les maternités de niveau 1 sont menacées en France…

Breizh-info.com : le mot de la fin à faire passer à nos lecteurs ?

L’équipe de la maternité de Guingamp : Nous espérons une grande mobilisation à la manifestation du 30 Juin, avant les départs en vacances de l’été qui nous empêcheront de mobiliser en nombre.

Nous souhaitons également préciser que l’ARS nous reproche un manque de sécurité mais il faut savoir que nous avons le nombre de gynécologue obstétricien nécessaire en garde 24h/24 et que nos anesthésistes sont également de garde 24h/24 (même si nous avons recours de temps en temps à l’interim médical comme tous les hôpitaux français).

Notre maternité a reçu sa certification HAS en 2017, sans aucune réserve, ce qui prouve bien que nous travaillons en sécurité, la couverture médicale n’a pas changé à la maternité depuis cette certification.

Nous ne disposons pas d’un pédiatre sur place mais nous travaillons en réseau avec les pédiatres de Saint Brieuc depuis 20 ans et cela fonctionne correctement. Cela nous permet de respecter les décrets de périnatalité officiels en ayant un pédiatre sur place rapidement en cas de situation d’urgence et d’avoir des pédiatres qui viennent faire régulièrement les examens de sortie des nouveaux-nés à la maternité.

Concernant les situations d’urgences pédiatriques, les sages-femmes sont compétentes pour la prise en charges des premiers soins de réanimation. Elles sont épaulées par les infirmiers anesthésistes et médecin anesthésiste dans l’attente du pédiatre si nécessaire. L’ensemble du personnel (sage-femme, puéricultrice, infirmier anesthésiste, auxiliaire, anesthésiste) est d’ailleurs régulièrement formés avec les pédiatres de Saint Brieuc (réseau ADEPAFIN) à la réanimation néonatale.

Propos recueillis par Yann Vallerie

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine