« Mettre une gifle, non, ce n’est pas de la violence. » Voilà la manière dont cet ancien combattant de MMA (art martial où presque tous les coups sont permis) d’origine brésilienne, a expliqué son rapport à la violence devant le juge vannetais. Un passage devant la justice bien mérité après avoir sévèrement blessé sa compagne enceinte lors d’une dispute conjugale durant leurs vacances dans le Var.

Coup de pied de MMA dans le visage de sa compagne enceinte

C’est donc loin de Vannes, leur lieu de résidence, que la dispute a dégénéré. Le vendredi 3 août dernier, un conflit éclate. Sa compagne reproche au Brésilien de boire trop d’alcool et ce n’est pas la première fois qu’il se montre violent envers elle puisqu’en mai dernier, des faits similaires avaient déjà été signalés. Elle prend peur et brandit un couteau pour menacer son compagnon. Une attitude qui pourrait d’autant plus se comprendre qu’elle est enceinte. Plutôt que de se calmer et de laisser la pression redescendre, le combattant brésilien préfère utiliser ses connaissances en arts martiaux pour porter un violent coup de pied à sa compagne. Selon lui, il s’agissait de frapper le bras de cette dernière pour lui faire lâcher le couteau. Dans la réalité, le violent coup est porté à la tête. Résultat, selon Ouest-France : trois dents de tombées, plancher orbital fêlé, sept et cinq points de suture sur la joue droite.

Un an de prison ferme pour l’ancien combattant de MMA

« Pour me défendre, je n’ai pas eu d’autre choix que d’utiliser une technique de MMA. J’ai sauté, mis ma main au sol et j’ai porté un coup de pied au bras pour lui faire dégager le couteau. Je pouvais viser le ventre, mais elle est enceinte. » La justification de cet acte violent n’a pas convaincu le juge qui a condamné le combattant brésilien à une peine de deux ans de prison, dont un an ferme avec mandat de dépôt. Avec, en plus, interdiction pour lui de recontacter la victime.

Crédit photo : Domaine public, via PixaBay
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine