Nous avons révélé la semaine dernière qu’à Quimper, des migrants reconnus majeurs seraient « excités » par des associations locales dans le but de créer de l’agitation et toujours plus d’appel d’air concernant l’immigration.

La dernière manifestation, sur le parvis de la cathédrale, en était une nouvelle démonstration;

Le Rassemblement national y voit une preuve « d’irresponsabilité et de provocation », dans un communiqué adressé à la presse.

« Les démonstrations publiques -notamment devant la cathédrale de Quimper- contre une décision de justice contestant la minorité de migrants illégaux sont doublement scandaleuses. Les Quimpérois doivent savoir que le simple fait d’être « mineur » permet à un clandestin de devenir inexpulsable c’est-à-dire de s’implanter illégalement en France, ce qui lui permettra ensuite de faire venir toute sa famille. Conseillés par les associations, les migrants se déclarent tous systématiquement « mineurs » pour bénéficier de cette porte d’entrée frauduleuse qui constitue un détournement manifeste et illégal du droit d’asile.» explique Christel Hénaff, responsable locale, qui demande l’application des lois, « c’est-à-dire la reconduite immédiate et systématique des clandestins à la frontière.».

« Les Quimpérois doivent savoir que les mineurs isolés sont pris en charge avec leurs impôts par le département. Or les chiffres officiels évaluent à deux milliards d’euros la charge pour les départements de l’accueil et l’entretien (logements, nourriture, argent disponible avec une carte bleue, soin médicaux,…) des mineurs migrants isolés. Non seulement c’est vous qui payez pour des situations illégales mais cette charge insoutenable vide les caisses sociales du département, argent qui devrait revenir en priorité aux familles française dans le besoin. Ceci est d’autant plus inquiétant que le flux de trafics d’êtres humains très rentables pour les passeurs ne cesse de croître, notamment du fait de l’action incitatrice d’associations irresponsables.»

A Quimper comme dans de nombreuses villes en Bretagne, en France ou en Europe, la question des migrants fait l’objet de tensions croissantes et révèle les profondes fractures à l’intérieur même d’une population donnée.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine