Brest. Arrêtés à plusieurs reprises, les faux mineurs étrangers volent en toute impunité !

A LA UNE

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

À Brest, des faux mineurs étrangers refont parler d’eux dans une affaire de vol après avoir été déjà interpellés plusieurs fois.

Pétarades à Brest

La rentrée universitaire marque le retour des étudiants à Brest. C’est d’ailleurs pour fêter ce retour sur les bancs de l’école que s’est tenu le festival des Pétarades jeudi 13 septembre au soir. L’événement se déroulait sur le campus du Bouguen et a accueilli plus de 6 000 participants.

Toutefois, les nuits brestoises, aussi festives soient-elles, sont désormais presque systématiquement synonymes de faits divers. Et, une fois encore, les (prétendus) mineurs étrangers qui sévissent sur l’agglomération depuis quelques années, ont fait parler d’eux.

Aux alentours de 1 h 30 dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 septembre, des policiers de la brigade anti-criminalité assignés à la surveillance du festival des Pétarades ont reconnu une drôle d’équipe tandis que cette dernière rentrait sur le campus du Bouguen. Il s’agissait d’une jeune fille en compagnie de plusieurs faux mineurs étrangers connus des services de police pour des vols à la tire.

Sur la place de la Liberté

Un étrange manège va alors débuter. Près d’une demi-heure plus tard, la jeune fille ne porte plus le même blouson lorsqu’elle quitte le festival. Un homme, qui montera dans un bus par la suite et ne sera pas interpellé, lui remet un objet. Suspicieux, des hommes de la brigade anti-criminalité se mettent à suivre la fille. Celle-ci se rend sur la place de la Liberté, tristement célèbre pour les trafics illicites et l’insécurité qui y règnent.

Après un autre changement de veste, elle discute avec deux hommes, aux activités tout aussi suspectes. Ils ont en effet une méthode bien particulière pour commettre leurs larcins : danser avec leurs proies potentielles tout en essayent de leur faire les poches. C’est à ce moment que la petite équipe des trois voleurs est interpellée par la police qui avait observé toute la scène.

Mineurs étrangers voleurs

Suite à ces arrestations, la jeune fille apparaît être en possession de deux téléphones protables volés. Qui étaient cachés dans son soutien-gorge. Quant aux deux autres larrons, ils ont nié les faits et même affirmé ne pas se connaître. Un classique du genre.

En ce qui concerne l’identité du trio, la jeune femme, disant être majeure, est en réalité une mineure ayant fugué depuis la Loire-Atlantique alors qu’elle était placée dans un centre d’aide sociale à l’enfance. Situation inverse pour les deux autres interpellés. Se présentant comme mineurs, leur majorité a été prouvée par les enquêteurs après avoir effectué des examens osseux et dentaires.

Ces deux délinquants étrangers ont déjà été plusieurs fois interpellés par les services de police brestois au cours des dernières semaines. Voilà qui devrait sérieusement poser la question de l’efficacité des sanctions pour ce type d’individus qui, une fois relâchés, poursuivent tranquillement leurs activités dans le centre-ville de Brest. Pas de quoi susciter pour autant une réaction de la part du maire François Cuillandre et de sa municipalité, totalement passive face à ce climat délétère qui empoisonne la vie de ses habitants.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Kevin B.) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. La préfecture, entre opposants au passe sanitaire et souvenir de Clemenceau

La préfecture de Nantes ressemble un peu aux deux faces de l'exercice du pouvoir, ou au dieu Janus. Face...

Résistance de la 25è heure : Quand Françoise Morvan fait des adeptes à LREM

Que cette guerre 39-45 est longue ! 76 ans après l'armistice et la capitulation de l'Allemagne nazie que personne ne...

Articles liés

Tribunal de Brest. Quand des racailles de banlieue parisienne importaient de la drogue en Bretagne

Le procès qui se tient actuellement au tribunal de Brest en dit long sur les maux que certains ont laissé, et laissent encore, importer...

Dans les prisons bretonnes : feu de matelas, séquestration, tentative d’évasion…

Il n'y a pas que les tournevis et les couteaux qui se radicalisent et qui s'en prennent aux civils ou aux policiers municipaux, généralement...

Ligue 1. Le Stade Rennais décroche l’Europe, Lorient et le Stade Brestois se sauvent, le FC Nantes condamné aux barrages

On jouait la dernière journée de championnat de France de Ligue 1 version 2020-2021 ce week-end. Fortune diverses pour les clubs bretons, avec le...

Le Stade Rennais rate l’Europe, victoires de Lorient et de Nantes, nul pour Brest

On jouait la 37ème journée de Ligue 1 ce week-end. Le Stade Rennais, battu à Monaco (2-1) ne jouera pas l'Europe la saison prochaine....