Ce qui est valable pour la langue arabe doit l’être pour la langue bretonne [Tribune libre]

A LA UNE

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Un lecteur de Marianne (5 octobre 2018) rappelle que « la IIIème République s’est acharnée à éradiquer les cultures régionales, traitant de patois des langues comme le catalan, le breton ou le basque. Il fallait par ce moyen garantir l’unité de la France. C’est ainsi que des populations importantes de la France ont été déracinées  de leur propre culture dans leur propre pays. »

Mais ce n’est pas tout : «  Aujourd’hui, l’État français, tous gouvernements confondus, refuse avec constance d’intégrer dans le droit national la directive européenne sur les langues régionales, en opposant l’article 2 de la Constitution. Aussi, cette attention à la culture et à la langue arabes (Que Jack Lang trouve merveilleuse), après avoir  éradiqué et marginalisé les langues catalane, occitane, bretonne et basque, est profondément injuste. Au nom de l’unité de la nation, on devrait faire subir le même sort à la langue arabe que celui subi par les langues autochtones de l’État français ».

Président de l’Institut du monde arabe, Jack Lang ne partage pas du tout cet avis. Il milite évidemment en faveur du développement des cours d’arabe dans les écoles. Pour différentes raisons qu’il explique dans une tribune publiée par Le Monde (jeudi 20 septembre 2018). Pour ce faire, il n’hésite pas à remonter à François 1er… A le lire, « le combat pour l’apprentissage de l’arabe est en réalité une des facettes d’un combat plus vaste, celui du plurilinguisme, heureusement engagé par le président de la République ». Car « l’enjeu est précisément de maintenir la langue arabe dans le cadre des nos institutions républicaines ». De ce fait, « développer l’enseignement de l’arabe dans nos écoles est une urgence pour nos élèves, une urgence pour notre société, une urgence pour la République ». Pas moins.

Effectivement, la revendication de Jack Lang apparaît fondée dans les zones où la population musulmane est majoritaire : Seine-Saint-Denis, quartiers nord de Marseille, banlieues dites « sensibles ». Enseigner l’arabe à ces populations constitue certainement le meilleur moyen de leur éviter le déracinement. Et peut-être de leur montrer que leur monde se situe ailleurs. Dans la même logique majoritaire, on pourrait faire bénéficier les jeunes Bretons – majoritaires dans la jeunesse de nos cinq départements, jusqu’à nouvel ordre – de l’enseignement du breton et du gallo. En effet, ce qui deviendrait valable pour les Arabes doit l’être également pour les Bretons. Sinon il n’y a plus de démocratie et de respect de l’égalité des droits. Et, pour parler comme Jack Lang, « le combat pour l’apprentissage du breton et du gallo est en réalité une des facettes d’un combat plus vaste, celui du plurilinguisme ».

Louis Redon

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Ur gwaz aet da vaouez a glask bezañ anavezet evel ur tad

Biskoazh luzietañ ! C. a zimezas gant N. e 1999. D'ar mare-se e oa ur gwaz. E 2011 e cheñchas...

Loudéac. Du rap, des Roumains, des Mahorais… et un climat d’insécurité.

Certains habitants de Loudéac ne se sentent plus en sécurité du fait d'incidents à répétition dans la petite ville...

Articles liés

Langues régionales. Une plainte déposée à l’ONU contre les discriminations de l’État français

L'ONU peut-elle sauver les langues régionales de France ? Le Réseau européen pour l’égalité linguistique compte en tous cas sur l'aide de l'organisation :...

La ville de Ploemeur demande des « compétences en langue bretonne » pour des offres d’emploi

Voici un exemple à suivre ! La ville de Ploemeur dans le Morbihan vient de publier une série d'offres d'emploi communaux. Or pour certains d'entre...

Reuz er genstrivadeg ispisial Akademiezh Roazhon gant an amprouenn e brezhoneg

Hervez ar strollad Kelennomp e oa bet souezhet-bras lod o lenn an destenn bet kinniget er genstrivadeg ispisial CRPE 2021 evit ar brezhoneg  (testenn...

Diwan : ha bremañ petra vo graet ?

An nen az a war ar rouedadoù sokial er mare-mañ en deus gwelet fotoioù dic'hortoz war pajennoù zo : tud o tougen panelloù « Diwan, ha...