Intelligence artificielle. Bientôt la fin du cancer du sein ?

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Voilà une découverte encourageante pour le dépistage du cancer du sein par l’intermédiaire de l’intelligence artificielle… et de Google.

Détecter le cancer du sein

Et si le cancer du sein ne devenait plus qu’un mauvais souvenir pour les femmes ? Si ce voeu n’est malheureusement pas encore tout à fait en passe de se réaliser, les récents travaux de plusieurs équipes de chercheurs permettraient de nourrir de solides espoirs en la matière. Comment ? En facilitant sa détection tant qu’il en est encore temps !

De quoi accélérer le début du traitement de ces cancers du sein avant que la maladie ne se propage ou ne s’aggrave. Ainsi, une détection précoce peut mener à un taux de survie plus élevé.

Dans cette optique, DeepMind, entreprise britannique spécialisée dans l’intelligence artificielle et propriété de Google, s’est associée avec des chercheurs du Naval Medical Center de San Diego. Ensemble, ils ont développé un processus permettant de détecter les premières traces de métastases du cancer du sein. Il s’agit alors d’identifier les cellules cancéreuses s’étant détachées de leur tissu d’origine. Basée sur un fonctionnement algorithmique, la solution dénommée LYNA aurait une précision de 99,3 % ! Pour parvenir à ces identifications des tumeurs, les chercheurs ont testé LYNA sur un ensemble de données du Défi Lymph Node 2016 qui contient 399 images entières de coupes de ganglions lymphatiques.

Cancer du sein : s’en remettre à l’IA ?

De plus, DeepMind a désormais accès aux mammographies de 30 000 femmes japonaises. Celles-ci sont fournies par leJikei University Hospital de Tokyo afin d’améliorer la performance de l’algorithme.

Même s’il suscite encore de nombreuses interrogations et scepticismes, ce détecteur de cancers du sein basé sur l’intelligence artificielle apparaît comme aussi efficace qu’un pathologiste humain. Ce n’est pas la première fois que l’IA est utilisée en médecine ou dans le traitement du cancer. Par le passé, des chercheurs ont déjà mis au point des solutions permettant de détecter le cancer de la peau, le cancer de la prostate et le cancer de l’intestin.

Par ailleurs, les mauvais diagnostics seraient la cause de 90 % des décès par cancer du sein. Des dépistages ratés qui ont, par exemple, concerné 25 % des femmes touchées par la maladie selon une étude réalisée en 2009 à Boston.

Peut-on se passer d’un médecin classique pour autant ? La question est encore loin de se poser. La complémentarité avec l’intelligence artificielle est plutôt à encourager pour mener à bien ces dépistages. Des efforts conjoints qui ne seront pas de trop pour venir à bout du cancer du sein !

Crédit photo : Pixabay (CC0/5022467)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Philippe de Villiers : « La France peut mourir ! »

Eric Morillot reçoit Philippe de Villiers pour son livre événement « Le jour d’après » (Éditions Albin Michel), actuellement...

De la Perse à l’Iran : 3 000 ans de civilisations

Dans les pas de la journaliste Samira Ahmed, une exploration de l’histoire de la Perse au travers de sa...

Articles liés

Santé. Consommer des champignons pour réduire de près de moitié le risque de cancer ?

La consommation de champignons pourrait assurer une certaine protection contre le cancer. Une étude menée par des chercheurs américains est en tout cas parvenue...

Technologies. Les hologrammes, un outil banalisé d’ici 2030 ? [Vidéo]

La généralisation des hologrammes pourrait être la révolution technologique de la décennie à venir dans notre société. Si leur utilisation demeure encore confidentielle, une...

Troubles et maladies neuropsychiatriques : comment comprendre la complexité du cerveau ?

Afin de mieux comprendre les origines de ces dysfonctionnements, de nombreuses approches expérimentales permettent d’étudier le cerveau et les comportements dans des conditions tantôt...

« La taxe Gafa pèse désormais sur les PME françaises ! »

Google a choisi de répercuter la taxe Gafa sur ses tarifs publicitaires en France, qui augmenteront de 2% à compter du 1er mai 2021....