S’il est le cancer du sang le plus fréquent, le grand public ne sait pourtant que peu de chose sur lui. Qu’est-ce que le lymphome ?

50 pathologies cancéreuses

Il toucherait près de 11 000 personnes en France chaque année. Le lymphome est un type de cancer du sang qui représente environ la moitié des cas de ce dernier. C’est l’altération du système lymphatique, en d’autres termes la mauvaise production de lymphocytes (globules blancs) qui fragilise le système immunitaire. Des cellules anormales sont alors produites.

Mais ce qui distingue cette maladie des autres cancers est l’absence de tumeurs solides et de métastases lors de son développement. Désignant plus de 50 pathologies cancéreuses, la maladie comprend deux types de lymphome différents : tout d’abord le lymphome (ou maladie) de Hodgkin, concernant en premier lieu les enfants ainsi que les jeunes adultes. Puis les lymphomes non hodgkiniens (LNH), qui sont les plus fréquents et représentent près de quatre lymphomes sur cinq. Cette fois, ce sont les personnes âgées de 60 ans et plus qui sont en première ligne.

Des symptômes aléatoires

Quant à détecter les signes avant-coureurs de ce cancer du sang, la chose n’est pas aisée. Plusieurs éléments peuvent toutefois vous mettre sur vos gardes. Ce sera le cas si vous observez un gonflement de vos ganglions. Mais aussi en cas d’œdème du visage, de sueurs nocturnes, de fièvre persistante ou encore de gêne respiratoire. Des démangeaisons et une toux sèche sont également de possibles symptômes.

Une détection rendue encore plus difficile par la fait que les premières douleurs ressenties aux ganglions n’apparaissent que lorsque la maladie est déjà à un stade avancé.

cancer
Source : foozine.com

Quels traitements ?

La première étape dans la lutte contre ce cancer consiste à identifier le type de lymphome pour utiliser par la suite le traitement adapté. Pour cela, le patient devra avant tout faire une biopsie des ganglions et une prise de sang.

Une fois identifié, les moyens de combattre le lymphome existent. Ainsi, la radiothérapie et la chimiothérapie sont désormais épaulées par l’immunothérapie. Une technique qui a le mérite de ne viser que les cellules malades et donc d’épargner celles en bonne santé. Le tout avec des taux de réussite en constante progression. Des greffes de moelle osseuse peuvent aussi être réalisées. Les choses avancent…

Crédit photo : Picpedia (CC BY SA 3.0/Nick Youngson)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine