MIGRANTS_ARZON
photo d'illustration

En Espagne, environ 200 migrants ont franchi la frontière illégalement dans l’enclave de Melilla. Il y a eu un mort et 19 blessés.

Melilla : un pied en Espagne

Dimanche 21 octobre, ce sont plus de 200 migrants qui ont mis les pieds sur le territoire de l’Espagne en forçant la frontière entre le Maroc et l’enclave de Melilla. Une arrivée massive qui a occasionné la mort d’un homme et blessé 19 autres individus selon les autorités espagnoles. Les migrants ont ainsi surmonté deux clôtures parallèles de six mètres de hauteur chacune et équipées de barbelés. Pour rappel, le nouveau gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sánchez avait annoncé au mois de juin dernier le retrait de ces barbelés. Mais la gravité de la situation a finalement fait réfléchir Madrid à deux fois…

Par ailleurs, une centaine d’autres migrants ont été arrêtés avant de franchir la frontière en question. Lors de cet incident, six membres des forces de sécurité frontalières ont aussi été blessés.

À Melilla, très majoritairement des hommes

Par la suite, les 200 migrants ont été placés dans un centre d’accueil afin de procéder à une vérification de leur identité. Quant au profil de ces personnes, il s’agit, selon le HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés), très majoritairement d’hommes. Et ceux-ci sont principalement originaires de Guinée et du Mali.

Contrairement aux autres assauts de migrants qui ont généralement lieu la nuit, celui de dimanche s’est déroulé à l’aube, vers neuf heures. Du côté des ONG de défense des migrants, elles craignent que ces derniers ne soient remis aux autorités du Maroc, en vertu d’un accord signé entre ce pays et l’Espagne en 1992. Depuis le début de cette année 2018, ce sont plus de 6 000 migrants qui sont entrés illégalement dans les enclaves espagnoles de Ceuta et de Melilla.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine