Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La dernière invention de Le Drian : « les progressistes de Bretagne »

À Guidel, lors de l’université du MoDem, Jean-Yves Le Drian a « lancé un appel au rassemblement des sociaux-démocrates et des démocrates-chrétiens, un combat qui l’anime depuis son engagement aux côtés de Jacques Delors, lorsqu’il fonda les transcourants au sein du PS », d’après Hubert Coudurier ( Le Télégramme, lundi 24 septembre 2018).

Tout le monde sait que le ministre des Affaires étrangères ne perd pas de vue la Bretagne. Il suffit d’un prétexte pour que Le Drian débarque ici ou là ; ça peut aller de l’inauguration de la plus longue ligne électrique souterraine de France à Mûr-de-Bretagne en janvier, à l’intronisation dans la confrérie du coco de Paimpol cet été. Mais il y a plus important, « Jean-Yves Le Drian multiplie, depuis quelques semaines, les contacts. Objectif : créer une formation régionale baptisée “les progressistes de Bretagne”. » (Le Télégramme, samedi 29 septembre 2018).

Arbitrer les investitures aux municipales et aux régionales

« Derrière cette bannière, des macronistes, bien sûr. Mais aussi des socialistes bien décidés, cette fois-ci, à ne pas rater le train en marche, des régionalistes, des UDI, des communistes, quelques UDB, des écologistes et puis des personnalités de la société civile. Sa mission : arbitrer les investitures aux municipales et aux régionales. Ce que confirme le député LREM et conseiller régional, Paul Molac, qui admet échanger, de temps en temps, avec Jean-Yves Le Drian. “C’est une forme de pensée, un laboratoire d’idées. Car la question principale est celle d’avoir un programme, avec des propositions sur la régionalisation, avec une autonomie fiscale, règlementaire…” » (Le Télégramme, samedi 29 septembre 2018).

Deux questions se posent immédiatement. Richard Ferrand (LREL), député de Carhaix et président de l’Assemblée nationale – donc homme important de la macronie – a-t-il l’intention de donner sa bénédiction à l’opération que tente Le Drian ? Ce qui reviendrait à reconnaître que le duc de Bretagne s’appelle bien Le Drian et que lui, Ferrand, n’est qu’un vassal. Or, il paraît que les relations entre les deux hommes sont « exécrables » (Le Télégramme, samedi 29 septembre 2018). Mais on a le droit également de s’interroger sur la signification du terme « progressiste ».

Que signifie le terme de « progressisme »?

Car, si Emmanuel Macron et ses partisans l’utilisent à tout-va, ils se gardent bien d’en indiquer la signification. Seul Jean-Claude Michéa, dans ses ouvrages, s’est penché sur la question. Évidemment ses réponses ne conviennent pas forcément aux femmes et aux hommes qui se situent « à gauche ».

« Si le véritable « progressiste » est d’abord celui qui exhorte tous les peuples de la Terre à faire de leur passé « table rase » et à en finir avec toutes les survivances du « vieux monde », alors il devrait être clair, en effet, que nul n’est mieux armé pour accomplir une telle tâche historique que le système capitaliste lui-même. » (Le loup dans la bergerie, Climats).

Michéa  voit également dans « la croyance progressiste – ou de gauche » la reconnaissance « d’un mouvement historique providentiel – et irréversible – qui ouvrirait peu à peu au genre humain toutes les portes de l’Avenir radieux » (Les Mystères de la gauche, Climats). Selon « l’idée progressiste (…) tout pas en avant constitue toujours un pas dans la bonne direction. Contester un tel dogme reviendrait, en effet, à admettre que, sur un certain nombre de points, c’était mieux avant, proposition que tout intellectuel de gauche, au sens contemporain du terme, se doit de répéter » (Notre ennemi le Capital, Climats).

On peut en conclure que tout « progressiste un tant soit peu cohérent » se doit d’être « intimement convaincu qu’avant c’était forcément pire dans tous les domaines » (Les Mystères de la gauche, Climats).

Évidemment on peut reprocher à Michéa de se cantonner dans les sphères de la philosophie. Le géographe Jacques Lévy, lui, se rapproche du terrain politiquer : « On ne peut être progressiste si on ne reconnaît pas le fait urbain et la disparition des sociétés rurales » (Libération, lundi 15 octobre 2018)

Très modestement, Breizh-info vient d’aider Jean-Yves Le Drian à y voir un peu plus clair dans sa pensée « progressiste » (?!). De quoi aurait-il l’air s’il n’était pas capable d’expliquer à ses contacts « de droite » et « de gauche » en quoi consiste le « progressisme » ?

B. Morvan

Crédit photo :
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Politique

Elections européennes : ces candidats bretons qui ne deviendront pas des élus…

Découvrir l'article

Economie

Wokisme, immigration : le vrai coût du progressisme par Wandrille de Guerpel

Découvrir l'article

Politique

Elections européennes : Jean-Yves Le Drian prend le risque d’être ridiculisé

Découvrir l'article

A La Une

Européennes. Le Drian va jouer un rôle de premier plan dans la campagne

Découvrir l'article

Politique

Richard Ferrand ne veut plus faire de politique… alors il fait des affaires

Découvrir l'article

Politique

Richard Ferrand revient sur le devant de la scène… et puis s’en va…

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

L’énigme Jean-Claude Michéa. Le 205ème numéro de la revue Eléments est sorti

Découvrir l'article

Local, NANTES, Politique

Nantes : Johanna Rolland (PS) est élue par la bourgeoisie

Découvrir l'article

Politique

Richard Ferrand, professeur de droit constitutionnel…

Découvrir l'article

Sociétal

La vidéoscopie de la semaine. Sans conteste LE couple progressiste le + inattendu de 2022

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky