Transport maritime. Pour les États-Unis, les pétroliers iraniens représentent un risque majeur

A LA UNE

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Du canal de Suez au détroit de Malacca ainsi qu’à tous les points d’étranglement situés entre les deux, les pétroliers iraniens constituent désormais une menace flottante. C’est ce qu’a déclaré le représentant spécial du département d’État des États-Unis pour l’Iran, Brian Hook, lors d’un point de presse.

Dangereux pétroliers iraniens ?

Ce dernier a fait valoir que, depuis le retour des sanctions américaines contre l’Iran le 6 novembre dernier, y compris contre les acteurs du transport maritime, les pétroliers iraniens qui font escale dans les ports internationaux et passent par les voies navigables représentent un risque majeur.

Pourquoi ? Il s’avère que ces mesures drastiques concernent aussi les prestations des services de souscription, d’assurance et de réassurance. Et, de fait, les navires iraniens ont perdu l’accès à l’assurance sur le marché international.

En conséquence, l’Iran est susceptible de se tourner vers des assureurs nationaux tels que Kish P&I. Toutefois, Brian Hook estime que la capacité des assureurs iraniens de couvrir les dommages-intérêts pour des pertes importantes telles que celles causées par des déversements d’hydrocarbures serait insuffisante. « En cas d’accident impliquant un pétrolier iranien, ces compagnies d’assurance iraniennes ne peuvent tout simplement pas couvrir les pertes », a-t-il souligné.

Un précédent en mer de Chine

« Cela est particulièrement important pour les pétroliers iraniens, qui sont généralement assurés pour des montants de 1 milliard de dollars ou plus. (…) Les pays, les ports, les exploitants de canaux et les entreprises privées doivent savoir qu’ils seront probablement responsables des coûts d’un accident impliquant un pétrolier iranien auto-assuré. »

Cette référence est faite à la suite d’un déversement majeur de pétrole causé par le naufrage du pétrolier iranien Sanchi dans la mer de Chine orientale en janvier 2018, qui a par ailleurs coûté la vie à 32 marins.

En outre, le représentant spécial du département d’État des États-Unis pour l’Iran affirme qu’il y a de plus en plus d’informations selon lesquelles les pétroliers iraniens éteignent leurs transpondeurs AIS en mer.

Navires indétectables

De plus, en vertu du droit maritime international, les navires sont tenus depuis 2004 d’utiliser des transpondeurs pour diffuser leur identité et leur localisation. Ce que ne ferait plus une douzaine de pétroliers iraniens qui auraient récemment désactivé leurs transpondeurs, selon Brian Hook.

« Le fait d’éteindre ces transpondeurs rend les pétroliers plus difficiles à suivre et c’est une tactique que l’Iran a utilisée dans le passé pour échapper aux sanctions. En 2012, la majorité des navires de la flotte de la National Iranian Tanker Company ont éteint leurs transpondeurs dans la période précédant l’imposition de sanctions américaines liées au pétrole. Cette tactique est une menace pour la sécurité maritime. »

Toujours au sujet de ces pétroliers iraniens, huit États ont été temporairement exemptés par l’administration Trump des sanctions américaines pour l’importation de pétrole iranien. Une période de six mois qui est accordée à la Chine, la Grèce, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Corée du Sud, Taiwan et la Turquie.

Crédit photos : Wikimedia Commons (CC0/AlfvanBeem)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. La préfecture, entre opposants au passe sanitaire et souvenir de Clemenceau

La préfecture de Nantes ressemble un peu aux deux faces de l'exercice du pouvoir, ou au dieu Janus. Face...

Résistance de la 25è heure : Quand Françoise Morvan fait des adeptes à LREM

Que cette guerre 39-45 est longue ! 76 ans après l'armistice et la capitulation de l'Allemagne nazie que personne ne...

Articles liés

Iran-Arabie saoudite : une (im)possible réconciliation ?

Une nouvelle configuration géopolitique se dessine au Moyen-Orient : deux rivaux historiques dans la région, l’Iran et l’Arabie saoudite, démarrent actuellement un dialogue pour...

Pour gagner la souveraineté , l’UE doit réviser ses relations avec les Etats-Unis

Alors que l’exercice de l'OTAN Formidable Shield 21 se déroule dans l’atlantique nord, les deux pays engagés, les États-Unis et Danemark, sont au cœur...

Siria : an Iran a glask astenn he levezon dre he yezh

Klask a ra Teheran astenn he levezon e biz Bro-Siria. « Kreizennoù Sevenadurel Iranian » a zo bet savet e kêrioù zo da skouer ma glask...

Général Soleimani, le stratège de l’Iran

En janvier 2020, les drones de Trump éliminaient un des personnages les plus craints du Moyen-Orient, le général iranien Qassem Soleimani. Retour sur celui qui fut l’homme de l’ombre des mollahs et le héros de tout un peuple, à...