Réduire les captures accidentelles de cétacés est un sujet de préoccupation majeur pour les pêcheurs français, qui ont entamé des travaux de recherche en partenariat avec les scientifiques depuis plusieurs années.

Cette année, le projet PIC (« Analyse de l’utilisation des PIngers à Cétacés pour les activités de pêche des chalutiers pélagiques et des fileyeurs »), porté par l’organisation de producteurs Les Pêcheurs de Bretagne, en partenariat scientifique avec Ifremer et l’observatoire Pélagis, et financé par France Filière Pêche, a permis de tester l’efficacité de répulsifs acoustiques, appelés « pingers », afin de réduire les captures accidentelles de dauphins par les navires pratiquant la pêche au chalut pélagique.

dauphins

L’Ifremer contribue, par ses travaux et expertises, à la connaissance des océans et de leurs ressources, à la surveillance du milieu marin et du littoral et au développement durable des activités maritimes. À ces fins, il conçoit et met en œuvre des outils d’observation, d’expérimentation et de surveillance, et gère des bases de données océanographiques.

L’Observatoire Pélagis est une unité mixte de service de l’Université de La Rochelle et du CNRS, dont la mission est le suivi de l’état de conservation des populations de mammifères marins et autres prédateurs marins dans les eaux françaises, au service de la recherche en écologie marine et des politiques publiques de conservation du milieu marin.

Qu’est-ce qu’un Pinger ?

Un pinger est un système, positionné sur l’engin de pêche, qui émet des signaux acoustiques pour éloigner les cétacés des engins de pêche afin de réduire les captures accidentelles. Le signal émis est inaudible par les poissons.

De février à avril 2018, un total de 6 chalutiers pélagiques ont mis en œuvre le protocole de test défini par les partenaires du projet sur l’intégralité de leur saison hivernale. Au total, 218 opérations de pêche ont été observées, durant lesquelles les traits (action de pêche au chalut) avec et sans « pingers » ont été alternés. Les résultats affichent une diminution significative de 65% des captures accidentelles observées, confirmant l’efficacité réelle des pingers. `

pinger

Qu’est-ce que ce projet a changé ?

Sur la base de ces premiers résultats très encourageants, les mesures suivantes seront mises en œuvre du 1er décembre 2018 au 30 avril 2019 lors des marées réalisées au chalut pélagique :

  • Équipement de TOUS les navires de pingers pour la saison hivernale 2018-2019
  • Amélioration de la connaissance scientifique par le marquage de carcasses, afin de mieux comprendre la relation entre captures accidentelles et échouages
  • Augmentation du nombre d’observateurs pour mieux comprendre le phénomène de captures accidentelles.

Les suites du projet :

Les professionnels souhaitent également aller plus loin en lançant un nouveau projet de recherche (LICADO, « Limitation des captures accidentelles de dauphins communs en golfe de Gascogne : tests d’efficacité »), visant à améliorer la performance des systèmes acoustiques et déployer la technologie à d’autres activités comme la pêche au filet. Ces travaux, cofinancés par le FEAMP ( Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche, dont la mesure 39 soutient des projets d’innovation favorisant la conservation des ressources biologiques marines exploitées et des écosystèmes marins) et France Filière Pêche, se dérouleront de 2019 à 2021 (sur 3 saisons hivernales successives) et renforcent les initiatives vertueuses de la filière, pour faire de la pêche une activité nourricière durable et respectueuse des espèces marines.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine