Le Royaume-Uni semble être devenu une terre de prédilection pour les attaques à l’acide. Un phénomène aussi violent qu’inquiétant dont Londres est le principal théâtre.

Attaques à l’acide : une fulgurante progression

Si les Britanniques ont longtemps tenu la dragée haute au reste de l’Europe en termes de modes vestimentaires ou musicales, ils sont depuis passés maîtres dans un art beaucoup plus sordide : celui des attaques à l’acide. Un phénomène qui, s’il hante désormais très fréquemment les pages de faits divers des tabloïds du Royaume-Uni, était encore presque inconnu au début des années 2000. Ainsi, selon une étude du Mirror tirée de chiffres officiels, « seulement » 100 attaques ont été recensées entre 2007 et 2011. Un nombre certes anxiogène, mais finalement très réduit en comparaison de l’évolution de ces toutes dernières années.

Entre le mois de janvier 2015 et le mois de mai 2018, ce sont 2 602 attaques à l’acide qui ont été perpétrées sur le territoire britannique. Soit une quinzaine en moyenne par semaine.

Londres : des couteaux et de l’acide

Quant à la répartition de ces attaques, la grande majorité (73 %) a eu lieu à Londres et dans ses quartiers périphériques. La ville, métropole cosmopolite aux mains de la municipalité gérée par Sadiq Khan, a déjà une certaine expertise en matière d’insécurité puisqu’en février 2018, le taux de criminalité de Londres a dépassé celui de New York. Avec déjà l’ombre de l’immigration extra-européenne parmi les causes de ce climat délétère.

Autre triste record pour la capitale britannique, le cap des 100 homicides depuis le début de l’année 2018 a été franchi dès le mois d’août de la même année. Une fois encore, des chiffres en constante progression. Tout comme ceux des attaques au couteau.

Des femmes et des enfants victimes

En ce qui concerne les attaques à l’acide, l’un des faits marquants est que celles-ci frappent régulièrement des femmes et des enfants. Des enfants qui se trouvent aussi parfois être les lanceurs de cet acide qui défigure les victimes comme dans cette affaire où le coupable n’avait que six ans. Quant à sa victime, elle n’était âgée que de deux ans…

L’issue est même parfois mortelle puisque l’une de ces attaques a causé le décès d’une personne en 2018 au Royaume-Uni. Par ailleurs, l’acide en question s’achète dans le commerce parmi les produits ménagers. Citons, en vrac, l’eau de Javel, le décapant à peinture et la soude caustique. Enfin, si médias comme autorités britanniques se montrent plutôt discrets sur l’origine des assaillants à l’acide, notons tout de même que les pays les plus touchés dans le monde par ce fléau sont la Colombie, l’Inde, le Pakistan et le Bangladesh. De quoi donner quelques indices…

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Hossein Velayati) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine