« Ce système vit ses derniers temps » . Fondateur de la Maison d’édition La Fabrique et auteur d’ouvrages historiques, Eric Hazan a accordé un entretien à RT France. Il a notamment fourni un éclairage historique sur le mouvement des Gilets jaunes. Pour lui, «c’est sans précédent».

Eric Hazan est né d’une mère apatride née en Palestine et d’un père juif originaire d’Égypte. Son père, l’éditeur Fernand Hazan, est le fils d’Émile Hazan, qui avait fondé sa maison d’édition en 1927 à Paris.

Très tôt engagé politiquement, il s’engage aux côtés du FLN durant la guerre d’Algérie. En 1975, devenu chirurgien cardiovasculaire, membre fondateur de l’Association médicale franco-palestinienne, il se rend au Liban, alors en pleine guerre, pour servir de médecin à cette armée que l’on appelait à l’époque les « Palestino-progressistes ». À la quarantaine, il devient éditeur. Il préside à la destinée des éditions d’art fondées par son père. Il cessera quatorze ans plus tard, en 1992, après le rachat par le groupe Hachette et la prépondérance de la logique comptable.

En 1998, il fonde les éditions La Fabrique pour lutter contre la concentration de l’édition, puis se tourne vers l’écriture. Il a également été traducteur (notamment des œuvres d’Edward Said).

Il est notamment l’auteur de « Chronique de la guerre civile » (La fabrique, 2004), « Changement de propriétaire, la guerre civile continue » (Seuil, 2007), « L’Invention de Paris » (Seuil, 2002), « Une histoire de la Révolution française » (2012), « Une traversée de Paris » (2016).

Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine