Devenir partenaire
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lynchage médiatique et délit d’opinion dans un lycée catholique d’Alsace [L’Agora]

Antoine Bonin et Charlotte Dorn travaillent pour les Dernières Nouvelle d’Alsace (DNA) et sont  journalistes. Ils viennent de réaliser un article qui contribuera sans doute à la mort professionnelle d’un militant du Bastion social en médiatisant une affaire qui concerne l’enseignement privé, mais qui relève de la vie professionnelle de l’individu.

Pierre de Laubier a publié sur son blog une tribune sur ce sujet, intitulé Délit d’opinion dans un lycée catholique d’Alsace : un licenciement « philosophique » ?. Nous la reproduisons ci-dessous :

Voici une « affaire » qui révèle à la fois la lâcheté et la nullité des administrateurs de l’enseignement catholique sous contrat. Des parents ont signalé au directeur d’un lycée catholique d’Alsace qu’un de ses professeurs appartenait à un mouvement politique : le Bastion social. Stupeur et tremblement ! Pour rien du tout, car l’exposé des faits ne prouve rien d’autre que la couardise et l’hypocrisie de l’enseignement catholique sous contrat.

A lire l’article des Dernières Nouvelles d’Alsace, on se demande ce qui justifiait d’envoyer deux journalistes enquêter, car aucune faute n’a été signalée. C’est un pur délit d’opinion que ce journal a choisi de relayer, en ayant la prudence de ne révéler ni le nom de l’établissement, ni celui du professeur concerné.

Concerné, mais pas incriminé, car tout ce qui est dit plaide en sa faveur. Il a été en poste à Aix-en-Provence, où il a donné « entière satisfaction ». L’entretien avec le directeur du lycée alsacien s’est « très bien » passé. Inspection des cahiers, interrogatoire des élèves, rien n’y fait : tout va bien. Le directeur avoue même : « Il traite la Shoah comme la traiterait un autre prof. » C’est dire !

On signale quand même qu’il a peut-être une fois parlé de « S.D.F. français », sans dire ce que cette expression aurait de blâmable. « L’enseignant aurait aussi reproché à des jeunes de jurer en disantouallah ou sur la Mecque. » Cela fait beaucoup de peut-être et de conditionnels. De plus, qu’on fréquente un établissement étiqueté catholique ou un établissement laïc, ces expressions seraient déplacées et le professeur n’aurait fait que son devoir.

Le directeur aurait bien voulu se débarrasser au plus vite de ce professeur. Mais, avoue-t-il, « on a vérifié : si l’enseignement est fait dans les règles de neutralité, s’il n’y a pas de faits avérés, pas de dépôt de plainte, il a le droit d’avoir ses opinions ». On ne peut pas mieux dire. On s’inquiète même de voir qu’un directeur de lycée ignore l’article 10 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui sert de préambule à la constitution : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses. »

N’empêche que le directeur en question, qui ne s’embarrasse ni de peut-être ni de conditionnels, « a déjà prévenu le suppléant qu’il ne renouvellera pas son contrat », et « il a signalé son cas au réseau des établissements catholiques de France ». Emboîtant le pas, l’académie de Strasbourg aurait décidé de lui fermer la porte « au nom de la déontologie de l’enseignement ».

Ce directeur ferait bien d’être prudent, car la discrimination pour raisons d’opinion est un délit prévu par le code pénal, dont l’article225-1 modifié par la loi n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 (art. 86) fait partie de l’affichage obligatoire : « Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques sur le fondement (…) de leurs opinions politiques (…). »

Ce directeur est peut-être à cheval sur les principes, mais la loi, il s’assied dessus. En l’occurrence, il a de la chance qu’il s’agisse d’un simple suppléant, catégorie de personnel que l’éducation nationale et sa filiale catholique traitent comme aucun chef d’entreprise n’aurait le droit de traiter le plus humble de ses salariés.

Le directeur invoque la « philosophie » de son établissement (dans lequel, comme on l’a vu, il est suspect d’empêcher les élèves de jurer ouallah ou sur la Mecque”). Or, ce professeur n’a-t-il pas reçu l’agrément appelé « préaccord collégial », censé garantir son adéquation aux valeur de l’enseignement catholique, et valable à l’échelon national ? Dans ce cas, et en l’absence de faute et même de soupçon de faute, comment pourrait-il lui être retiré ? Ce détail prouve, une fois de plus, que ce préaccord est arbitraire, illégal, nul et non avenu, et qu’il n’accorde aucune garantie aux futurs professeurs.

Cette affaire montre aussi que la prétention de l’enseignement sous contrat à être « ouvert à tous » n’est qu’un slogan vide de sens. Ou, pour mieux dire, dont le sens est caché.

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

Ce sujet vous intéresse ?

Créez un compte ou connectez-vous sur Breizh Info et sélectionnez vos catégories favorites pour ne pas rater l'information qui VOUS intéresse.

Publicité

Soutenez Breizh-info

LES DERNIERS ARTICLES

Ensauvagement, Insolite, Société

La Flèche (72) : il rentre dans une pizzeria “pour manger de l’humain”

LORIENT

Agression d’un lycéen à Lorient : Enquête ouverte pour enlèvement et séquestration

Ensauvagement, Local, PLOËRMEL, RENNES, Société

Anthony tué à coups de base-ball à Saint-Thurial : Que sait-on ?

Cyclisme, Sport

Cyclisme. Van Aert, Hirschi, Van Eetvelt, Vingegaard, Tratnik, Ayuso…les principaux vainqueurs du week-end

Rugby, Sport

Rugby. L’Irlande largement en tête du tournoi des 6 nations, l’Italie manque l’exploit face à la France

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Tribune libre

Discrimination. Sans l’abolition de la loi Pleven, les Blancs d’Europe n’ont aucun avenir [L’Agora]

Découvrir l'article

Sociétal

Discriminer ou disparaître ? Charles Gave reçoit Thibault Mercier

Découvrir l'article

Sociétal

Médias et délit d’opinion. Les abonnés vont-ils désormais être co-responsables pénalement des journaux qu’ils soutiennent ?

Découvrir l'article

Insolite, Sport

Discrimination ? En Avant Guingamp met en vente des places à 5 euros réservées… aux femmes

Découvrir l'article

Société, Vidéo

Campus Vox. « On embauche pas quelqu’un parce qu’il est gay ou noir »

Découvrir l'article

International

Logements, discrimination : le peuple vote en Suisse le 9 février 2020

Découvrir l'article

A La Une, Société

Thibault Mercier : « Il serait plus qu’utile de supprimer la notion d’incitation à la haine dans notre code pénal » [Interview]

Découvrir l'article

A La Une, BREST, Local

Brest Métropole organise un évènement sportif exclusivement réservé aux jeunes filles

Découvrir l'article

A La Une, Société

Thibault Mercier (avocat) : « Les lois anti-discriminatoires nous divisent plus qu’elles nous rassemblent » [Interview]

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

Discriminer ou disparaître ? Un nouvel ouvrage de lutte contre le conformisme

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍