Pays de Galles. Contrairement au breton, le gallois bientôt sauvé ? [Vidéo]

Pays de Galles

Contrairement à la Bretagne, le Pays de Galles nourrit de grandes ambitions en matière linguistique. Le gallois sera désormais enseigné à égalité avec l’anglais dans les écoles. Avec pour objectif d’atteindre le nombre d’un million de locuteurs.

Le gallois ne sera plus une langue secondaire

Le gouvernement du Pays de Galles a annoncé une refonte de l’enseignement des langues, grâce à laquelle le gallois ne sera plus enseigné comme une langue secondaire, mais comme langue principale, au même titre que l’anglais.

Il appartiendra aux écoles de décider de la manière dont elles aborderont cette question, mais les écoles de langue anglaise devront envisager la possibilité pour les élèves de parler, d’écrire, de lire et d’écouter en gallois. Entre-temps, les langues étrangères seront introduites à un âge plus précoce.

Pour sa part, la ministre galloise de l’Éducation, Kirsty Williams, a déclaré que ces modifications de l’enseignement, qui font partie du nouveau programme d’études gallois, seront introduites en 2022 : « Il s’agit du changement le plus spectaculaire dans la manière dont les langues sont enseignées dans les écoles galloises depuis l’introduction du programme d’enseignement national en 1988. »

Elle poursuit : « Nous voulons que tous nos élèves soient des citoyens du pays de Galles et du monde entier, ce qui signifie qu’il faut veiller à ce que tous les jeunes de tous horizons aient la possibilité de développer leurs compétences linguistiques – que ce soit en gallois, en anglais ou en langues internationales ».

Au total, c’est un financement supplémentaire de 24 millions de livres sterling qui sera attribué aux établissements scolaires du Pays de Galles pour mettre en place ce nouveau programme d’enseignement ambitieux pour la langue nationale.

Objectif : un million de locuteurs gallois

Si la mise en place de ce plan d’envergure n’intervient qu’en ce début d’année 2019, celui-ci répond à des appels de longue date en faveur de la mise à égalité de la langue galloise avec l’anglais. Parmi les critiques formulées sur l’enseignement actuel, le fait que les jeunes locuteurs ne maîtrisent pas suffisamment le gallois pour l’utiliser dans la vie quotidienne.

À l’origine de ces mesures à venir, un rapport publié en 2013 avertissait alors que le gallois était en danger et en appelait à une action urgente des pouvoirs publics. L’auteur de ce rapport (document intéressant à consulter sur ce lien), le professeur Sioned Davies, s’est déclarée satisfaite que le gouvernement gallois applique les recommandations indiquées dans ses travaux.

Et d’ajouter que « veiller à ce que la langue galloise soit un sujet statutaire pour tous et supprimer le terme « langue galloise secondaire » est essentiel si nous voulons atteindre l’objectif d’un million de locuteurs gallois ». Le tout pour un territoire comptant à peine plus de trois millions d’habitants…

Toutefois, avec de telles ambitions pour sauver le gallois, un nouveau problème se pose : comment remédier à la pénurie d’enseignants galloisants, déjà palpable à l’heure actuelle ? Le gouvernement du Pays de Galles a déclaré qu’il s’employait à faire en sorte que le personnel dispose des bonnes compétences. Enfin, si ces mesures semblent plus simples à mettre en place dans les écoles primaires, elles pourraient donner lieu à des complications pour les établissements du secondaire.

Quoi qu’il en soit, le gallois restera obligatoire pour les élèves âgés de 3 à 16 ans au Pays de Galles. Qu’en est-il du breton en Bretagne ? La situation, désastreuse, n’est en rien comparable. Mais ne donne malgré tout lieu à aucune politique d’envergure pour sauver la langue bretonne. Rappelons toutefois que les maigres pouvoirs conférés au Conseil régional de Bretagne (lui-même privé d’un cinquième de son territoire) n’ont pas grand chose à voir avec ceux du gouvernement gallois. Question de volonté ?

Crédit photo : Flickr (CC BY 2.0/National Assembly For Wales)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !