poste

Ce qui devait arriver est arrivé : les bureaux du Champ de Mars et de Decré à Nantes, déjà indiqués comme menacés sur notre carte des bureaux de poste bretons menacés de fermeture dressée en août 2017, vont fermer au printemps 2019. Et pour le bureau de Decré au moins, les postiers ne semblent guère enclins à le défendre.

« Il y a quelqu’un du quartier qui est venu voir notre syndicat, mais ce n’est pas la peine », explique ainsi un postier au sujet du bureau de Decré. « Personne d’entre nous ne le défendra. C’est chiant de travailler là-bas, chiant, monotone et difficile. Toute la journée on sert de distributeur automatique aux africains qui font des virements sur comptes tiers ou des retraits, car ils ont tous oublié le code de leur carte ou leur numéro de compte. Ça ne rapporte rien à la Poste, ce n’est pas un boulot épanouissant et le public est difficile »,  confie un postier.

En plus, « dans ce bureau, pas moyen de faire des activités rentables, comme une ouverture de compte ou de la téléphonie. Un client lambda quand il entre là-dedans il fait demi-tour tout de suite. D’ailleurs à la Poste on fait tout ce qu’on peut pour se débarrasser de ces activités peu rentables, notamment en arrêtant le Western Union ». Le loyer pèserait aussi lourd dans la balance.

« Résultat, la Poste va dépenser un argent fou pour refaire les deux pas de porte d’origine. Et là-haut, tout a été rénové récemment, avec une super salle de réunion etc. Enfin le long terme à la Poste, ça c’est une longue histoire ». En revanche, la rentabilité de la moindre opération est disséquée et pèse très lourd dans la décision de fermer ou non des bureaux – plus que l’avis des riverains ou des syndicats.

Après la fermeture du bureau le 24 avril prochain, deux commerces seraient déjà sur les rangs pour l’y remplacer – la rue du Moulin est centrale, quoique très mal fréquentée, avec d’un côté un square Halgand, face à la mairie, rempli de zonards et migrants qui s’y bagarrent régulièrement sous les fenêtres de Johanna Rolland, et de l’autre côté un « spot » pour routards et mendiants au coin des magasins Decré. Ajoutons y encore la pissotière rouge contre le mur du square, l’école des Beaux-Arts à l’abandon et murée. Sous celle-ci se trouve encore un « spot » et dortoir de routards et en face une maison historique à la façade plus que décatie. On a là une rue en friche au cœur de Nantes, à l’abandon depuis des années.

Le bureau du Champ de Mars, lui, a perdu 35% de sa clientèle depuis 2012, selon la Poste – qui indique par ailleurs que l’activité à ses guichets a baissé de 27% en cinq ans sur la Métropole de Nantes. Même si dans le quartier il est de plus en plus difficile de pouvoir se garer, le bureau est facilement accessible par le Busway tout en étant à l’écart du cœur commerçant et vivant du quartier. Une implantation rue des Olivettes ou rue Fouré, voire au carrefour des rues Péhant et Fouré, aurait été nettement plus logique. Il fermera dès le 28 février.

Les services des deux bureaux de poste seront transférés dans des points relais. Cependant ils ne proposeront ni la téléphonie, ni les services bancaires. « Il est prévu de muscler les services bancaires au bureau de Talensac, il y a tout un espace avec des bureaux qui peut être valorisé », croit savoir un autre postier. Les employés des deux bureaux qui ferment seront déployés dans d’autres bureaux, notamment à Bretagne, Copernic ou encore République.

En juin 2018, c’était le bureau de poste Longchamp – route de Rennes, à ne pas confondre avec celui de la route de Vannes à l’arrêt de tram Longchamp – qui avait fermé, remplacé par deux points relais bd Schumann (bureau de tabac) et boulevard Lauriol (Spar) ; en août, le bureau de Saint-Donatien, inondé, avait fermé définitivement. Ceux des quartiers excentrés de Saint-Joseph de Porterie (nord) et Saint-Jacques (sud), promis à la fermeture dès 2017, ont résisté jusqu’alors suite à la forte mobilisation des syndicats et des riverains.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine