Bernard-Henri Lévy condamne les « passions tristes » de Gilets jaunes

A LA UNE

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

S’ils ne le savaient pas, ils le savent maintenant : les femmes et les hommes de la classe dominante les méprisent. Si bien que les Gilets jaunes appartiennent  à la catégorie des « invisibles ». Mais, depuis trois mois, ils ont entrepris de montrer qu’ils existent.

Avec le mouvement des Gilets jaunes, on a vu réapparaître  le mépris de classe. «  C’est en effet un des grands mérites des Gilets jaunes d’avoir été un révélateur de ce mépris de classe qui, sous l’effet de la peur, peut-être, ou plus certainement de la morgue de celui qui n’a aucune envie de transiger sur ses privilèges, s’est exprimé de manière décomplexée », explique David L’Épée (Éléments, février – mars 2019).

Gaël Le Bohec (LRM), le député de Redon, n’a pas été voir les Gilets jaunes

Les Gilets jaunes ont fréquemment regretté que les élus ne cherchent pas à discuter avec eux. C’est ce que raconte, par exemple, Gaël Le Bohec (LRM), député de Redon : «  Je n’ai pas été les voir à Redon, là où ils sont mobilisés. En revanche, j’en ai croisé plusieurs dans les différents événements, notamment les Sainte barbe auxquels j’ai participé ces derniers temps. J’ai alors pris le temps de discuter avec eux. » (Ouest-France, Redon, jeudi 29 novembre 2018). Le député en a donc « croisé plusieurs » (sic). Et il a même « pris le temps de discuter avec eux ». C’est tout simplement miraculeux ! C’est à ce genre de détail que l’on comprend la cassure existant entre les élites et les classes populaires.

Éric Le Boucher : « Les Gilets jaunes n’arrêteront pas l’Histoire »

Mais il y a plus fort que Le Bohec. C’est le cas de l’éditorialiste Éric Le Boucher : « Les Gilets jaunes n’arrêteront pas l’Histoire ; ils n’arrêteront que la France. La crise peut être salutaire s’ils rompent avec l’immobilisme populiste et se mettent à s’engager non plus pour résister, mais pour inventer avec leurs compagnons de lutte, avec leurs élus, avec l’État, les transports, les habitats, la consommation du XXIème siècle » (Les Échos, 7 – 8 décembre 2018).

Évidemment, Le Boucher n’est pas payé pour savoir que la grande ambition des Gilets jaunes est de vivre dignement et de pouvoir nourrir leur famille. Quant à « inventer (…) la consommation du XXIème siècle », cela ne fait pas partie de leurs revendications immédiates, leurs préoccupations commentent, en général, le 20 de chaque mois.

Dans le mépris de classe, le meilleur s’appelle Bernard-Henri Lévy

Dans le mépris de classe, le meilleur s’appelle Bernard-Henri Lévy, « philosophe » de son état. S’il reconnaît qu’on a affaire à un « vrai mouvement social », c’est pour ajouter immédiatement qu’il est « animé par des passions tristes, mortifères, nihilistes ». Et de dénoncer les « intellectuels qui, comme Emmanuel Todd ou Christophe Guilluy, expliquent tout par le fossé entre la France d’en haut et la France d’en bas, la France périphérique et la France des métropoles, etc. » (Les Échos, 11 – 12 janvier 2019).

Mais BHL demeure optimiste car « autant la séquence Gilets jaunes fut souvent mortifère et nihiliste, autant cette séquence « grand débat » est un beau moment de fraternité républicaine et de recherche en commun des solutions » (JDD, 27 janvier 2019). Ce sera surtout un « beau moment » d’escamotage des grands problèmes de l’heure. Pas question de s’attaquer aux sujets tabous aux yeux des libéraux de gauche et de droite.

B. M.

Crédit photo : itzike/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Ur gwaz aet da vaouez a glask bezañ anavezet evel ur tad

Biskoazh luzietañ ! C. a zimezas gant N. e 1999. D'ar mare-se e oa ur gwaz. E 2011 e cheñchas...

Loudéac. Du rap, des Roumains, des Mahorais… et un climat d’insécurité.

Certains habitants de Loudéac ne se sentent plus en sécurité du fait d'incidents à répétition dans la petite ville...

Articles liés

Michel Maffesoli : « On vit une période crépusculaire ! » [Vidéo]

Professeur émérite à La Sorbonne et sociologue de renom, Michel Maffesoli publie « L’ère des soulèvements ». Observateur attentif des temps post-modernes, l’auteur avait...

Affaire Jérôme Rodrigues : « On veut faire payer un petit flic des multiples erreurs des décideurs de l’administration »

Affaire Jérôme Rodrigues : « On veut faire payer un petit flic des multiples erreurs des décideurs de l’administration ». Nouvelle vidéo réalisée par le...

Les Gilets Jaunes, les déclencheurs d’un Grand Reset démocratique ?

Dans cet édito politique, Nicolas Vidal revient sur la genèse des Gilets Jaunes, l'état des lieux du mouvement et ses perspectives sous le prisme...

Les Gilets jaunes, deux ans plus tard, par Vincent Lapierre (Pris à partie par des antifas une nouvelle fois)

Ce 12 septembre 2020 devait être le grand retour des Gilets Jaunes. Première mobilisation nationale depuis le confinement, plusieurs point de rassemblement étaient donnés...