Des milliers de manifestants se sont joints à Tommy Robinson devant le siège de la BBC à Salford, la semaine dernière. Une manifestation pour protester contre la diffusion prochaine d’une enquête à charge sur Tommy Robinson (Stephen Yaxley-Lennon de son vrai nom), dans le cadre des reportages BBC Panorama.

Une enquête qui a poussé Tommy Robinson à dévoiler, dans une vidéo (voir ci-dessous) l’envers du décor et la façon scandaleuse de procéder de John Sweeney, journaliste phare de la télévision publique anglaise. Un John Sweeney qui a voulu s’attaquer à Tommy Robinson de manière vicieuse et qui s’est fait prendre la main dans le sac. C’est pourquoi Tommy Robinson appelle par ailleurs les citoyens britanniques à boycotter la redevance TV, et a lancé un site pour que cette dernière soit supprimée. En appelant les citoyens à se mobiliser et à refuser de se laisser manipuler par des journalistes au service du système (et travaillant main dans la main, c’est le cas pour John Sweeney, avec la plus grande et la plus riche organisation d’extrême gauche antifa du Royaume-Uni, Hope not Hate).

Voir le reportage (en Anglais) qui piège le journaliste de la BBC ci-dessous :

La BBC  a voulu le détruire auprès du public, dans une émission d’investigation appelée Panorama, une émission renommée dans tout le pays. Et cela bien que la BBC se défende et explique que l’émission va respecter sa charte éditoriale. Les journalistes avaient un but bien précis : détruire totalement la réputation de Tommy, par des faux témoignages si nécessaire comme le prouve la vidéo.

Tommy Robinson l’explique d’ailleurs : Le gouvernement l’a mis en prison, cela l’a rendu plus populaire que jamais. Son expulsion de Twitter (puis de facebook) n’a pas fonctionné non plus. La suppression de son compte paypal pour le tuer économiquement non plus. Le système a donc cherché à détruire sa réputation par un documentaire (pour l’instant non diffusé) accablant qui devait être diffusé mi-février.

Informé de ce reportage, Tommy Robinson a utilisé, avec son accord, un des témoins qui devait parler à charge contre lui, pour piéger Sweeney, de la BBC. La jeune femme a en effet enregistré le journaliste mal intentionné et par ailleurs porté sur l’alcool, pendant les préparatifs du documentaire. Durant cet entretien filmé en caméra cachée, il explique le plan pour piéger Robinson, pour le salir. Tout en se laissant aller à quelques blagues, racistes, homophobes, qui permettent ensuite à Robinson qui le confronte, de le prendre à son propre piège. Celui de la généralisation, de l’amalgame, de la délation.

Ils voulaient détruire la réputation de Tommy Robinson, et finalement c’est Tommy Robinson qui est sur le point de détruire leur réputation : celle de ces journalistes, celle de l’émission Panorama, et celle de la BBC. La mine déconfite des organisateurs et des journalistes en dit long. Et cela malgré le fait que dans un communiqué, la BBC dise « rejeter catégoriquement les allégations de fake news ou de biais. Tous les programmes que nous diffusons respecteront les directives éditoriales strictes de la BBC. Certaines des séquences qui ont été diffusées ont été enregistrées à notre insu au cours de cette enquête et John Sweeney a fait des remarques offensantes et inappropriées, pour lesquelles il s’excuse. L’enquête de BBC Panorama se poursuivra. »

Le Syndicat national des journalistes (NUJ) — des journalistes mainstream qui comme en Frabnce sont, hais par une partie croissante de la population — a déclaré…  condamner fermement Tommy Robinson pour avoir « intimidé le personnel de la BBC, en particulier ceux qui travaillent sur Panorama. Le personnel de la BBC devrait être libre de faire son travail sans ces menaces. Les actes d’intimidation, les menaces et les violences perpétrés par des manifestants d’extrême droite ciblant systématiquement les médias, en particulier les photojournalistes, sont de plus en plus fréquents et nous signalerons toujours ce comportement à la police ».

Tommy Robinson a envoyé des avocats au siège de la BBC afin que l’émission Panorama sur lui ne soit pas diffusée, faute de quoi les journalistes de la BBC en question seraient poursuivis pour diffamation.

L’effet pourrait être dévastateur au moment où la redevance télé britannique, qui finance notamment la BBC,  augmentée le 1er avril dernier, à 154 £ par an (environ 170 €). En France, silence radio (as usual diraient les Anglais) sur cette affaire. Comme d’habitude, les silences en disent long…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.