Un passage télé chez Cyril Hanouna et c’est la notoriété pour Maxime Nicolle. Depuis on le retrouve chaque samedi, dans une manifestation. À Paris, à Nice, à Toulouse, à Bordeaux… Le Télégramme vient de découvrir son existence.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. À plusieurs reprises, nous avions souligné que la presse régionale ne se pressait pas pour réaliser des entretiens et des portraits avec les leaders bretons des Gilets jaunes. Un oubli en quelque sorte… Le Télégramme (samedi 23 février 2019) vient de réparer cette insuffisance rédactionnelle grâce à une rencontre avec Maxime Nicolle qui habite Léhon (près de Dinan).

Évidemment, ce dernier n’est pas un intellectuel comme Hervé Berville (LREM), le député de la circonscription. Maxime Nicolle est simplement un Breton un peu plus décidé que les autres. Un indigène qui n’est pas né au Rwanda.

« Aller à l’Élysée chercher Manu pour le mettre en prison »

Il s’était rendu célèbre an appelant à « aller à l’Élysée chercher Manu pour le mettre en prison » (sic). Après tout Carlos Ghosn est bien en taule au Japon ! Sa notoriété a démaré avec une vidéo sur Facebook. Depuis, il a développé sa petite entreprise en lui donnant une tournure militante : « Flyrider info blocages » (174 000 abonnés).

Autre moment de gloire médiatique pour « Fly rider » : son passage chez LCI (28 novembre 2018) où il est opposé à Emmanuelle Wargon ; ce jour-là Nicolle avait fait une grosse impression et s’était rendu populaire. « « Je vous ai donné mon salaire, j’aimerais connaître le vôtre s’il vous plait ». La question de Maxime Nicolle, l’une des figures des « gilets jaunes », est simple mais Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire tergiverse, raconte ses études supérieures, son passage dans le privé, plus rémunérateur… « Votre salaire, s’il vous plait… » : casquette à l’envers, voix douce mais déterminée, Maxime Nicolle ne lâche pas. Léger vertige de l’intéressée : « Autour de 7 000 – 7 500 euros… – Je touche 487 euros », soupire Nicolle. Dans la régie de LCI, on entend une mouche voler. » (L’Obs, 21 février 2019). Ces 487 euros correspondent à l’allocation de solidarité spécifique.

« Il faut juste renverser le Système »

Les journalistes du Télégramme se sont intéressés au programme et aux projets de Fly rider. Ce dernier jure qu’il « ne lâchera jamais rien », promet un « printemps jaune » et la reprise des blocages. « Le gouvernement va tomber » : il y croit dur comme fer. Et finalement, son « ennemi, c’est la finance ». Ce dernier point rappelle le discours du Bourget de François Hollande. La suite a de quoi désarçonner Hervé Berville. En effet, si  Nicolle est pour « l’humain » et pour que les gens puissent « juste remplir leur frigo », il réclame également « la prise en compte du vote blanc, la démission de l’exécutif et la tenue de nouvelles élections ». Panique chez les journalistes du Télégramme qui lui reprochent de vouloir installer le chaos. Réplique de l’intéressé : «  Pas du tout, il faut juste renverser le Système ». Plus facile à dire qu’à faire : la classe dominante n’est pas de cet avis.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 Commentaires

Comments are closed.