Pas de label bio pour le halal et le casher

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Mardi 26 février 2019, la Cour de justice de l’Union européenne a donné raison à l’Oeuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir, l’OABA, sur l’incompatibilité de l’abattage rituel et du label bio. Une décision qui pourrait bien chambouler tout le secteur.

Une évidence qui n’avait d’évident que sa non application comme en ont témoigné des nombreuses vidéos de l’association L214. En effet, certaines étaient tournées dans des abattoirs dotés d’un agrément bio, alors même que les animaux étaient abattus par un égorgement large et en pleine conscience, pratique conforme au rite halal.

Assurer un niveau de bien être animal dans le cadre de la production

Pourtant, le règlement du label bio stipule noir sur blanc qu’il faut “ Assurer un niveau de bien être animal dans le cadre de la production” ! Un engagement de l’agriculture biologique à l’égard du bétail qui exclut de fait l’élevage industriel dans des hangars concentrationnaires mais qui vise de manière générale à réduire les souffrances des animaux… Et dans ce cadre, l’abattage rituel qui exige la pleine conscience des bêtes saute aux yeux par son incompatibilité. C’est en tout cas ce qui ressort de la décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne, sollicitée par la Cour d’appel administrative de Versailles, à qui reviendra la charge de rendre le jugement final, lequel devrait être une confirmation de la décision européenne.

En réalité, les abattages rituels, qu’ils soient halal ou casher, bénéficient d’une dérogation au niveau européen en référence à la liberté religieuse. Pour autant, chacune des parties reconnaît que la pratique ne permet pas de réduire au minimum la souffrance animale. Dans le même temps, la Cour a rappelé que les études scientifiques démontraient que la technique portant le moins atteinte au bien-être animal exigeait un étourdissement préalable avant la mise à mort.

Un véritable tournant pour la production de viande biologique

En résumé, si le label bio a des exigences pour minimiser la souffrance animale, il n’est plus possible de l’apposer sur la viande issue des abattages rituels, sauf à considérer que les abattages rituels doivent accepter l’étourdissement. Et si l’on considère que l’étourdissement est justement la condition nécessaire à l’obtention du label biologique, quid de tous les animaux mal étourdis dans les abattoirs classiques ? Car dans les faits, tout animal issu de l’agriculture biologique abattu sans étourdissement ou avec un étourdissement mal réalisé devrait être déclassé. Un processus rarement respecté.

Cette décision est donc un véritable tournant pour la production de viande biologique.

Car en réalité, si les critères imposés aux agriculteurs bio sont légion, le processus après l’élevage est hors de contrôle. Qu’il s’agisse du transport ou de l’abattage, les règles en vigueur dans le secteur agroalimentaire ne dissocient pas les animaux issus du secteur bio du secteur conventionnel… Seul le passage en premier sur les chaînes d’abattage pour les animaux en bio est conseillé…

La décision de la Cour de Justice de l’UE sur les abattages rituels pourrait bien servir d’électrochoc pour tout le secteur bio… nettement à la traîne sur la fin de la chaîne.

Via TV Libertés

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Philippe de Villiers : « La France peut mourir ! »

Eric Morillot reçoit Philippe de Villiers pour son livre événement « Le jour d’après » (Éditions Albin Michel), actuellement...

De la Perse à l’Iran : 3 000 ans de civilisations

Dans les pas de la journaliste Samira Ahmed, une exploration de l’histoire de la Perse au travers de sa...

Articles liés

Rennes. Black and White burger. Une nouvelle chaine halal arrive en Bretagne

Une chaine de burgers halal arrive en Bretagne sous la dénomination Black and White burger, enseigne déjà installée à Paris et Saint-Etienne ouvre bientôt...

Le Vlaams Belang lance une pétition contre l’abattage sans étourdissement à Bruxelles

Le Vlaams Belang vient de lancer une pétition contre l’abattage sans étourdissement à Bruxelles. « Si le gouvernement écologiste continue de reporter cette interdiction, Bruxelles...

Alain de Peretti (Vigilance Halal) : « Je gage qu’aucun responsable politique ne prendra la décision d’abroger la dérogation d’étourdissement »

Nous évoquions il y a quelques jours la décision de la cour de justice européenne stipulant que m’étourdissement préalable peut être imposé dans l’UE...

Abattages rituels. Le Vlaams Belang demande l’interdiction immédiate en Belgique

Maintenant que le très attendu arrêt de la Cour européenne de Justice est tombé concernant le maintien de l’interdiction des abattages sans étourdissement en...