Samedi 2 mars vers 22 heures, rue Eugène Pergeline à la pointe de l’ile Beaulieu – et pas très loin du conseil régional des Pays de Loire – une vingtaine de jeunes gens issus de bandes ethniques des quartiers de Beaulieu et du Clos Toreau se sont affrontés, les seconds étant descendus dans le quartier des premiers.

Une dizaine de véhicules ont été dégradés, la police a aussi interpellé deux personnes, le conducteur et l’un des passagers d’un fourgon, défavorablement connus tous deux. Des détonations ont été entendues.

Dans la soirée, une descente de jeunes de l’ile Beaulieu a cette fois eu au Clos Toreau – un quartier dit « sensible » de Nantes-sud, avec des tirs de pistolet à grenaille. Un jeune homme touché au flanc de façon superficielle a été conduit aux urgences – puis mis en examen. Lui aussi est connu des forces de l’ordre. 

Le quartier de Beaulieu a déjà connu plusieurs épisodes de règlements de comptes entre bandes : ainsi le jour de Noël 2017, rue Alain Colas, un jeune homme avait été pourchassé par deux hommes armés de pistolets – il avait refusé de signer son PV d’audition après cet étrange épisode. Le 21  juillet 2017 un mortier avait été tiré dans une ruelle derrière le centre commercial Beaulieu, en lien avec des troubles à Malakoff. Le 29 février 2016 quinze jeunes armés s’étaient introduits dans le lycée Mandela dans le cadre d’un conflit entre Bellevue et Malakoff. Des coups de feu entre bandes rivales avaient éclaté le 29 juin 2015 dans le square de la Petite Biesse – huit personnes avaient été interpellées.

« Il est fort possible que la drogue soit derrière ces descentes, d’abord à Beaulieu, ensuite au Clos Toreau », commente un policier nantais. « Ce dernier quartier compte une forte minorité d’origine africaine, et des bandes ethniques. Il y a déjà des tensions avec des tchétchènes de Château de Rezé, notamment pour le contrôle du point de deal de Pirmil, avec plusieurs descentes et des tabassages des deux côtés. Par le passé, il y a aussi eu très régulièrement des tensions et des rivalités, liées ou non à la drogue, entre bandes de Beaulieu et de Malakoff, juste de l’autre côté de l’eau ».

LM

Crédit photo : Yves Tennevin/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine