Nick Conrad. « Pendez les Blancs », une « liberté artistique » ? [Vidéo]

A LA UNE

Isabelle Le Callennec (Hissons haut la Bretagne) : « être la région du plein emploi durable, d’une transition écologique aboutie, d’une cohésion sociale à...

La campagne électorale pour les élections régionales bat son plein. Après avoir interrogé Daniel Cueff (« Bretagne ma vie...

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Nick Conrad, le rappeur qui s’était fait connaître en septembre 2018 pour son clip intitulé « Pendez les Blancs », a été condamné à une amende de 5 000 euros avec sursis.

« Pendez les Blancs » : un marketing efficace

Se faire un nom grâce au racisme anti-blanc, une stratégie qui a plutôt bien fonctionné pour celui qui n’était encore qu’un inconnu du rap français il y a moins d’un an. C’est donc à la fin de l’été dernier que Nick Conrad était sorti de l’ombre avec un titre au nom sans équivoque : « Pendez les Blancs ». Un morceau dont les paroles ont alors suscité un tollé compte tenu de leur violence :

« Je rentre dans des crèches, je tue des bébés blancs,
Attrapez-les vite et pendez leurs parents,
Écartelez-les pour passer le temps.
Divertir les enfants noirs, de tous ages, petits et grands,
Fouettez-les fort, faites le franchement
Que ça pue la mort que ça pisse le sang
Pendus aux arbres dans le vide sidéral
Que ces fruits immondes procurent un spectacle fascinant
Blafards et marrants
Ôtez leur toute vie, qu’ils soient des objets sans vie dès à présent
Possédez-les, mettez vos noms sur leurs testaments. »

Refrain : « Pendez-les, pendez-les tous, pendez les Blancs ».

« Pas de sentiments, qu’ils meurent tous en même temps
Donnez l’exemple, torturez devant le groupe
Ceux qui sont trop récalcitrants. »

« Ensemble, nous sommes invincibles »

En plus des paroles, les images du clip associé au titre étaient, elles aussi, d’une grande violence à l’encontre de ces Blancs que Nick Conrad ne semble visiblement pas porter dans son coeur. Lors de la parution de la vidéo en septembre 2018, une partie de l’opinion publique et de la classe politique s’était indignée. Le parquet avait engagé des poursuites.

Nick Conrad
Nick Conrad et son avocate Chloé Arnoux. ©PHILIPPE LOPEZ AFP

Face à la tempête médiatique déclenchée, Nick Conrad avait usé d’un joker assez prévisible : l’excuse artistique. Un argument ressorti au cours de l’audience du 9 janvier dernier. Pour le rappeur, la haine des Blancs représentée dans son clip n’était qu’une parodie dénonciatrice du racisme et de l’esclavage des Noirs avec une mise en scène inversée.

Sur Breizh-info.com, nous avions toutefois relevé des déclarations de Nick Conrad beaucoup moins alambiquées où il était encore question de couleur de peau : en 2017, pour le site mrafropolitain.com, le rappeur affirmait sa « fierté d’être Noir », faisant de « l’unité Noire » le combat de sa vie. « Ensemble, nous sommes invincibles. Les Afros, avec les combats et la douleur, sauront au final s’autodéterminer ».

5 000 euros avec sursis pour une provocation au crime

Le 19 mars, le tribunal correctionnel de Paris a condamné le rappeur à une amende de 5 000 euros avec sursis pour son clip « Pendez les Blancs ». Il a été reconnu coupable de provocation au crime à travers le clip. Une peine conforme à celle requise par le parquet le 9 janvier. En outre, Nick Conrad devra aussi verser 1 000 euros de dommages et intérêts à la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (Licra) ainsi qu’à l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (Agrif). Ces deux associations s’étant constituées parties civiles.

Une décision que le rappeur juge sévère puisqu’il compte désormais faire appel. « Je suis déçu mais le combat va continuer », a-t-il déclaré après avoir pris connaissance du jugement. Quant à son avocate, elle et son client n’auraient « pas eu la même lecture que le tribunal en ce qui concerne la liberté d’expression et la liberté artistique ».

Une « liberté artistique » qui aurait très probablement coûté bien plus qu’une peine de 5 000 euros d’amende avec sursis si un titre similaire à celui de Nick Conrad avait voulu pendre des groupes de population autres que les Blancs.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Voyager en train pour pas cher en Europe ? C’est possible

La fin de l’état d’urgence en Espagne rétablit la liberté de déplacement entre les régions, et coïncide avec la...

Marion Maréchal : les confidences d’une patriote

Marion Maréchal parle rarement d'elle, de son parcours, de sa personnalité. Pour Livre Noir elle s'est exceptionnellement prêtée à...

Articles liés

Tours. Une manifestation LGBT avec zone interdite aux Blancs finalement annulée

À Tours, une manifestation LGBT organisée par le centre LGBTI de Touraine devait se tenir samedi 15 mai. Mais elle a finalement été annulée...

Mort de George Floyd. Le verdict annulé pour cause de partialité d’un juré pro Black Lives Matter ?

Le policier Derek Chauvin, jugé coupable du meurtre de l’Afro-Américain George Floyd - à l'occasion d'un procès hors norme entouré d'une propagande quasi stalinienne...

Pascal Blanchard, le businessman blanc des « souffrances noires »

Esclavage, colonialisme, sous-développement, problèmes de l’immigration, « violences policières » … Vous êtes blanc et porté à la mauvaise conscience ?  D’autres, plus malins que vous, y voient...

Soyons fiers d’être blancs ! [L’Agora]

Sous l’opprobre que subissent les Blancs à l’heure actuelle, on constate trois types d’attitude.  Le premier type est celui de ceux qui acquiescent, tête branlante,...