Désormais, le marché de Talensac, à Nantes, sera ouvert jeudi soir, de 16h à 20 heures. L’inauguration a eu lieu ce 21 mars, en présence de Johanna Rolland qui a fait le tour du marché – où elle ne va pour ainsi dire jamais, même si elle n’a pas manqué de dire qu’elle en était une cliente régulière au temps reculé où elle habitait juste à côté, rue Jeanne d’Arc.

Accompagnée par un Vincent Touzet – président de l’Association des commerçants – haletant, Mme le maire de Nantes a fait le tour des étals. Avant de faire un court discours devant le cocktail du service protocole de la mairie – « Chips et traiteur industriel en plein milieu d’un marché qui réunit tous les métiers de bouche,  merci la mairie de Nantes », récriminait un commerçant outré.

Mme Rolland : des banalités, mais pas de rénovation du marché au menu

Lors de son allocution, Mme Rolland a enfilé plusieurs lieux communs comme des perles. Entre autres, qu’elle avait le « plaisir d’être ici », que « Talensac c’est une institution et un des marchés qui rayonnent », une salutation aux « 30 commerces pionniers » ouvertes ce jeudi soir, « un lieu qui a une histoire et une âme », etc. Le tout sous des voûtes et des murs naguère blancs mais désormais bien défraîchis – au désespoir des commerçants et des riverains, elle n’en a pas annoncé la rénovation.

De même, approchée par des riverains sur la question du compacteur tout le temps en panne et de la benne malodorante qui le remplace à intervalles très (trop) réguliers, elle a éludé : « nous cherchons une solution ». Néanmoins, le compacteur a été très rapidement remis en place ce vendredi midi : subitement réparé ? Saint Louis guérissait bien les écrouelles, Johanna aurait-elle des vertus pour les compacteurs en panne ?

L’ouverture le soir : un franc succès

Néanmoins le marché du soir est un franc succès, surtout en 17h30 et 20 heures – « en fait, il aurait peut-être fallu le faire entre 17 et 21 heures », se risque un vendeur. « Seize heures c’est trop tôt, les gens sont encore au travail ou à l’école ». Nombre de commerçants ont bien compris l’opportunité en proposant des dégustations, voire des ventes de vin au verre : « les produits sont bons, donc les gens reviendront et nous on gagne en visibilité », explique un charcutier, qui « espère qu’on gagnera de nouveaux clients. Il y a des gens qui travaillent, qui aiment les bons produits mais qui sont absents le week-end ou le matin, là on les voit, et puis il y aura le bouche à oreille ».

Deux groupes de musique étaient aussi présents sous la halle. En haut du marché, la Fourchette du Marché organisait un concert de variétés françaises, avec une soliste, Khloey, qui est aussi serveuse.

LBG

Crédit photos : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine