Science et antiracisme : la mauvaise piste ?

A LA UNE

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

Après 1945 les crimes du nazisme réalisés au nom du paradigme de la race ont induit, bizarrement, l’antiracisme à revêtir également les habits de la science. Sous les auspices des organisations internationales nouvellement créées, comme l’UNESCO, il s’agissait de reproduire en quelque sorte le discours nazi en l’inversant. Si le nazisme avait justifié son racisme en l’appuyant sur la science, l’antiracisme désormais se référait à une démarche comparable en s’autorisant des dernières données de la recherche biologique. La notion de race humaine n’avait plus de sens, elle n’était qu’un vulgaire préjugé.

Nous avons vécu six décennies sous ce régime narratif jusqu’à ce que dans les années 2000 l’invention de nouvelles méthodes beaucoup plus fines d’exploration du génome humain apportent des confirmations à la typologie établie au XIX siècle par l’ancienne anthropologie physique. Dès lors la proposition de « groupes humains d’ascendance » que l’on ose plus appeler « races » devenait possible reléguant l’antiracisme dans une catégorie dont il n’aurait jamais du sortir, celle d’une option strictement morale. C’est la démonstration que tente ici d’ébaucher l’anthropologue Wiktor Stoczkowski avec la prudence qui sied à ce sujet brûlant.

Pierre Bérard

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Aet eo Paol Kalvez da Anaon

Aet eo ar skrivagner ha stourmer evit ar brezhoneg Paol Kalvez da anaon d'an 30 a viz gouere. 97...

Covid-19. Ces influenceurs qui veulent nous vacciner !

Covid-19. Ces influenceurs qui veulent nous vacciner ! https://www.youtube.com/watch?v=sWsnsLcNJuo Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion...

Articles liés

Génétique. Le peuple breton, largement distinct du reste de la France ?

Le peuple breton, largement distinct génétiquement du reste de la France ? Voici une information qui ne surprendra pas grand monde, mais qui, validée...

Et Mitterand créa l’antiracisme…

Dans les années 1980, l’immigration et l’intégration n’étaient alors qu’un instrument politique. François Mitterrand décida, avec l’aide de complices, de créer un mouvement anti-raciste...

Le Sport Otage Du Woke

Antiracisme, LGBT, Transgenre, Handicap... Le Sport est devenu le territoire occupé des idéologies du Woke. Le débat avec les animateurs de Zone Libre, à écouter...

Populations humaines : différences génétiques et controverses

Existe-t-il sujet scientifique plus sulfureux que celui des différences génétiques entre les populations humaines ? Dans cette émission, Floriane Jeannin et Nicolas Faure étudient cette...