Le rassemblement des « Foulards rouges » destiné à créer un élan populaire contre les Gilets jaunes et pour Macron a fait un flop retentissant, ce dimanche à la Bastille, à Paris. Et ce même de l’aveu des médias officiels qui comptent, généreusement, 60 participants. Pourtant le mouvement n’avait pas lésiné sur la dépense, prévoyant même un budget de 10.984 € sur son site. Un investissement qui est à classer dans les flops de l’année.

En effet, même avec 5080 € de T-Shirts, 180 € de sandwichs et 1300 € d’hébergement pour les organisateurs – un Formule 1 en banlieue de Paris n’aurait pas été digne de militants pro-Macron – ainsi que des « divers » à 2000 €, la claque n’est pas venue. Et la clique, une fois déduits les journalistes et un groupe de japonais qui cherchaient la bouche de métro, ne compte péniblement que 42 manifestants.

Devant le peu de mobilisation, la marche prévue jusqu’à Nation a été annulée. Dommage pour le livre Guiness des anti-records. Les deux premiers leaders étaient un ingénieur dans l’industrie qui préférait déjà en janvier qu’on ne livre pas son nom, et un ouvrier boulanger breton, Théo Poulard – ce dernier devrait pourtant avoir quelques notions de gestion du « monde de l’entreprise », à défaut de connaître celles des start-up – dont deux tiers font pourtant faillite, de bon augure pour le devenir de la « start-up nation » de Macron. Un autre encore était un… professeur en bac Pro, ancien animateur LREM à Carmaux.

Tous se font aujourd’hui discrets. Et pour cause : après le choc des photos, le poids de l’addition. Près de 252 € ont été budgetés pour chaque manifestant. Les Foulards Rouges, une version d’En Marche dorée sur tranche ?

LM

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine