« Au début, tu as parlé d’une société multiethnique et multiculturelle. Remercions Dieu pour cela ! Remercions Dieu, parce ce que c’est une richesse, le dialogue entre les cultures, entre les personnes, entre les ethnies… » (Vaticans News). En déplacement ce samedi à Milan pour le 150ème anniversaire de l’institut San Carlo, le pape a affirmé que les migrants ne doivent pas être craints comme s’ils étaient un fléau. « Jésus était un migrant », et « les migrants ne sont pas des criminels, tout comme la mafia n’a pas été inventée par les Nigérians (…) La mafia est à nous, fabriquée en Italie : elle est à nous », a continué le souverain pontife, ajoutant : « Nous pouvons tous être des criminels ».

Les migrants source de richesses

Selon François, les migrants nous apportent des richesses, rappelant que « l’Europe était aussi faite de migrants – les barbares, les Celtes et tous ceux du Nord qui ont apporté leur culture. »

Mais aujourd’hui, a-t-il déploré, il y a la tentation d’une culture de fermeture, d’élever des murs, des murs dans le cœur et sur terre pour empêcher cette rencontre avec d’autres cultures, avec d’autres peuples. « Et celui qui élève un mur, celui qui construit un mur, dit-il, finira comme un esclave à l’intérieur des murs qu’il a construits, sans horizons ».

« Si j’ai un cœur raciste, » dit le Pape, « je dois me demander pourquoi et me convertir. » Il a insisté pour que les migrants soient accueillis, accompagnés et intégrés parce que les accueillir, c’est s’enrichir et grandir.

Crédit photo : Claude TRUONG-NGOC/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine