Historien et écrivain, auteur de plus de 140 ouvrages, Dominique Lormier nous dit avoir eu la chance de vivre de sa plume depuis plus de 30 ans. Il vient de publier aux éditions du Rocher un livre intitulé Les vérités cachées de la Seconde Guerre mondiale, une période qui, bien qu’il y ait déjà d’innombrables livres sur la question, ne cesse de fasciner, encore aujourd’hui.

« J’ai consulté de très nombreuses archives et interrogé certains des derniers survivants, ayant participé activement à ce conflit dans les deux camps. Je suis un passionné de cette période. Mon grand-père paternel, Lucien Lormier, a participé à la campagne de mai-juin 1940 et rendu divers services à la Résistance » nous explique l’auteur quand nous lui demandons de présenter son ouvrage. « Un de mes oncles, le commandant Prosper Dorison, a combattu comme aviateur dans les forces aériennes françaises libres, etc. J’ai donc baigné dès mon plus jeune dans une famille marquée par cette période. Enfant, j’avais comme voisin un ancien combattant de la division Waffen SS Charlemagne, puis adolescent un ancien maquisard breton ! »

Le décor est posé. Après des décennies de témoignages, d’ouvrages, d’articles, de documentaires télévisés et d’émissions radio, on croit tout connaître de la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, aux mythes de la propagande des belligérants de cette époque sont venues s’ajouter les thèses fumeuses de certains auteurs et médias, qui continuent de véhiculer une idéologie formatée et sans nuances.

Cet ouvrage captivant, reposant sur des documents et des témoignages inédits, balaie de nombreux clichés : la France et ses Alliés pouvaient gagner la guerre en 1940 ; les Français sont tous des collabos et des antisémites ; la Résistance française est surestimée et a été inefficace ; Mussolini a toujours été acquis au nazisme ; le débarquement et la bataille de Normandie sont avant tout une victoire américaine… Dominique Lormier revient sur ces affirmations et révèle ici quelques-unes des vérités cachées de cette période cruciale du XXsiècle.

Les vérités cachées de la Seconde Suerre mondiale – Dominique Lormier – éditions du Rocher – 22,90 €

Pour faire le point avec lui sur cet ouvrage, nous vous proposons ci-dessous un entretien avec Dominique Lormier.

Breizh-info.com : Tout d’abord, une question peu originale sans doute : pourquoi avoir écrit un énième livre sur la Seconde Guerre mondiale ? Y a-t-il vraiment encore quelque chose à dire sur cette période ?    

Dominique Lormier : Je pense qu’avec l’ouverture récente des archives, notamment celles de la collaboration, il y a beaucoup des choses à écrire de nouveau sur cette période, marquée par une intense propagande américaine durant des décennies. À titre d’exemple, un récent sondage dévoile que 80 % des Occidentaux sont persuadés que l’unique grand vainqueur de ce conflit sont les USA, alors que sur 5 500 000 soldats allemands morts en 39-45, 4 000 000 sont tombés contre l’armée soviétique, 1 100 000 contre des troupes alliées non américaines et non soviétiques et seulement 400 000 contre l’armée des États-Unis ! Je pourrai multiplier les exemples à ce sujet. Mon livre présente de nombreux faits méconnus ou inédits et balaie de nombreux clichés. D’autre part, un autre des mes livres, venant également de paraître, Les grandes affaires de la Libération 1944-1945 (éditions Alisio, avril 2019), va dans le même sens, en mettant fin à de nombreuses légendes et autres fadaises.

Breizh-info.com : Pourquoi, d’ailleurs, cette période de l’histoire fascine-t-elle plus que toutes les autres, selon vous ? Est-ce parce que nous en sommes encore proches, ou est-ce pour d’autres raisons ?

Dominique Lormier : C’est l’événement majeur du XXsiècle qui a marqué à jamais l’ensemble de l’Europe et d’autres parties du monde. Les témoins, notamment les enfants de cette époque, sont encore nombreux. Cette période fascine du fait de la multiplicité des événements extraordinaires, héroïques, dramatiques, tragiques et autres sur une période aussi courte. Il n’y a pas d’équivalent, avec environ 60 millions de morts !

Breizh-info.com : Vous semblez remonter contre l’historiographie anglo-saxonne. Expliquez-nous pourquoi ?   

Dominique Lormier : L’histoire anglo-américaine de cette période est souvent centrée sur elle-même, négligeant ou méprisant les autres pays. La volonté impérialiste d’hégémonie culturelle, politique et économique est évidente. À titre d’exemple, les soldats italiens sont souvent présentés comme des lâches et des incapables, voire ignorés tout simplement, alors que de nombreux chefs et combattants alliés et allemands témoignent en faveur de la bravoure des troupes italiennes, comme notamment les maréchaux Rommel et Montgomery. Les faits d’arme des troupes italiennes sont nombreux et totalement méconnus. De même, Mussolini n’a pas toujours été un allié fidèle du nazisme. Il a tout fait pour encercler Hitler durant les années 1930 et c’est en Italie que près de 85 % des Juifs ont été sauvés de la déportation. Bien plus que dans beaucoup d’autres pays d’Europe.

Breizh-info.com : À travers votre ouvrage, c’est la France et le rôle des Français dans la Seconde Guerre mondiale que vous semblez vouloir réhabiliter. Expliquez-nous…    

Dominique Lormier : Pas  uniquement, les Britanniques, les Soviétiques, les Italiens et autres ne sont pas oubliés. Concernant la France, je rappelle à travers des faits et des chiffres irréfutables, souvent méconnus, le rôle important joué par ce pays, à des moments cruciaux du conflit, par une vision panoramique et non centrée uniquement sur les USA. En mai-juin 1940, j’apporte notamment la preuve que l’armée française a joué un rôle déterminant dans le sauvetage de l’armée britannique à Dunkerque, de même qu’à Bir-Hakeim en mai-juin 1942 en Afrique. Je souligne également le rôle considérable joué par les réseaux de la Résistance, les maquis, le corps expéditionnaire français en Italie, l’armée De Lattre et la division Leclerc, les combattants français oubliés des fronts de l’Atlantique et des Alpes, etc.

Breizh-info.com : Vous balayez également le dogme d’une gauche et extrême gauche résistante et d’une droite et extrême droite collabo… Expliquez-nous ?

Dominique Lormier : C’est l’un des mythes qui perdure encore de nos jours pour des raisons politiques. Or les deux plus importants mouvements collaborationnistes (PPF et RNP) ont été fondés par des hommes issus de la gauche pacifiste et deux des plus importants réseaux de la Résistance (Alliance et CND) par des personnes venant de la droite nationaliste germanophobe. Je pourrai multiplier les exemples. Je pense que l’on compte autant de gens des droite et de gauche dans la Résistance, que dans la collaboration.

Breizh-info.com : Vous faites également des révélations surprenantes sur l’Italie, Mussolini, les Juifs en Italie…expliquez-nous

Dominique Lormier : Nous avons en France une image totalement  caricaturale de l’Italie fasciste et de Mussolini. Or le fascisme fut largement populaire en Italie jusqu’au milieu de la Seconde Guerre mondiale, comme l’écrivait fort justement le grand historien italien Renzo De Felice. Les grandes mesures sociales et économiques en faveur des classes populaires et moyennes sont l’oeuvre de Mussolini, ancien responsable socialiste. D’ailleurs le fascisme italien est une forme de socialisme. Churchill et Gandhi admiraient Mussolini ! De plus, durant la Seconde Guerre mondiale, près de 85 % des Juifs se trouvant en Italie et dans les zones italiennes d’occupation ont été sauvés de la déportation. L’un des plus grands justes est italien : Giorgio Perlasca, ancien combattant fasciste en Ethiopie et en Espagne, qui a sauvé 5 200 Juifs en Hongrie !

Je pourrai multiplier les exemples à ce sujet. Il ne s’agit pas de réhabiliter le Duce et son régime, mais des constater des faits objectifs. La répression fasciste italienne de 1922 à 1943 se limite à environ 6 000 arrestations politiques, rien de comparable avec les dizaines de millions de morts d’Hitler, de Staline et de Mao. Durant les années 1930, Mussolini a essayé d’encercler Hitler par une solide alliance avec la France, la Grande-Bretagne et même la Russie soviétique. Il a défendu l’indépendance de l’Autriche, car il ne voulait pas avoir la puissance allemande à sa frontière. Malheureusement la politique étrangère britannique, germanophile et italophobe, a fait voler en éclats une alliance des grandes puissances contre Hitler : Churchill, qui n’était pas ministre à cette époque, a qualifié cette période de désastre diplomatique ! J’apporte également d’autres révélations explosives sur ce sujet dans mon livre. Notamment les raisons exactes de l’exécution sans jugement de Mussolini. Mais je n’en dirai pas plus à ce sujet. J’encourage la lecture de mon livre. Concernant le soldat italien de la Seconde Guerre mondiale, Churchill, Rommel, Montgomery, Joukov est bien d’autres ont affirmé « qu’il avait combattu avec une bravoure extraordinaire ». Là, aussi on découvre des faits totalement méconnus.

Breizh-info.com : Quels sont les films que vous conseillez absolument sur la Seconde Guerre mondiale ?

Dominique Lormier : Vous avez de bons et récents documentaires de jeunes historiens, mettant en avant le courage méconnu des Français (notamment la bataille de Stonne, la bataille de Alpes, la bataille des cadets de Saumur, la bataille de Bir Hakeim, etc.). Il y a un excellent film italien de Duilio Coletti de 1954-55 sur l’héroïque division parachutiste italienne Folgore à El Alamein en 1942 : un chef d’œuvre ! etc… On peut voir tous ces films sur internet.

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V