Maire d’une petite commune est un chemin de croix lorsqu’il faut financer la rénovation d’une église datant des XVe et XVIe siècles. Pour celle de La Baussaine, François Pinault a fait un don de 150 000 euros. Un pourboire par rapport aux cent millions annoncés pour Notre-Dame de Paris.

Les médias ont beaucoup glosé sur les 100 millions d’euros que la holding de François Pinault a promis pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Il paraît que cette opération ne procure aucun avantage fiscal car la holding ne réalise pas de chiffre d’affaires. La famille Pinault a souligné « qu’il n’est pas question de faire porter la charge aux contribuables français » (Les Échos, jeudi 18 avril 2019).

Tirer le premier : l’erreur à ne pas commettre…

Dans cette affaire où les questions d’images et d’ego comptent beaucoup, François Pinault a commis une erreur : tirer le premier en annonçant 100 millions d’euros ; il pensait certainement prendre de vitesse son grand « ami » Bernard Arnault. Mais ce dernier a réagi en doublant la mise : 200 millions sur la table. Pinault était coincé. En laissant Arnault abattre ses cartes le premier, c’est le Breton qui aurait pu sortir vainqueur du duel. Arnault aurait annoncé 100 et Pinault 200 !

Si Pinault peut promettre 100 millions d’euros pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris, il est également capable de donner 150 000 euros pour la restauration de l’église Saint-Léon à La Baussaine, petite commune d’Ille-et-Vilaine située entre Bécherel et Tinténiac. Le maire, Jérémy Loisel, a réussi à intéresser Stéphane Bern à l’opération, lequel est parvenu à obtenir 150 000 euros de François Pinault pour financer une partie des travaux. La restauration totale du bâtiment coûtera au moins 1,2 million d’euros.

Il semble que François Pinault se soit fait tirer l’oreille avant de lâcher les 150 000 euros. « La première somme annoncée n’était pas suffisante mais à force d’insister, j’ai réussi à obtenir une belle somme », se félicite le maire (Ouest-France, Ille-et-Vilaine, mardi 16 avril 2019). Deux choses pouvaient tout de même inciter M. Pinault à sortir son carnet de chèques. D’une part il est originaire de Trévérien, commune située à quelques kilomètres de La Baussaine. D’autre part il bénéficiera d’un avantage fiscal ; ce don, effectué à travers la Fondation du patrimoine, lui permettra d’obtenir une défiscalisation de 112 000 euros (Ouest-France, Ille-et-Vilaine, mardi 16 avril 2019).

Conclusion : il est plus facile d’obtenir 100 millions d’euros que 150 000 euros. Évidemment, les retombées médiatiques à attendre de La Baussaine seront insignifiantes par rapport à celles de Nore-Dame !

Bernard Morvan

Crédit photo :Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V