En chaque petit Breton sommeille un marin et un aventurier, qu’il s’agisse d’aller taquiner les praires ou les baleines, d’arpenter la plage ou de ramer sur un doris à Terre-Neuve. Capitaines et matelots, pêcheurs ou pirates, qui n’ont-ils pas fait rêver ?

Embarquement immédiat, avec Madame la Chouette, pour de beaux voyages sur des bateaux de papier.

Nous rappelons le blog de madame la Chouette (Chouette un livre), ici

Stephen Savage, Petit Bateau

Il n’est ni le plus haut, ni le plus rapide, ni le plus beau – mais que feraient les marins du monde entier sans ce vaillant petit remorqueur ? Surtout s’ils doivent passer sous le pont de Brooklyn… Des illustrations à la fois fortes et tendres, très inspirées de la typographie Art Déco.

Stephen Savage, Petit Bateau, Gallimard Jeunesse, 2013, 36 p., 12,50 € – Dès 3 ans

Anton Poitier, Elizabeth Golding et Jake McDonald, Pop‐up Les Pirates

À l’abordage, moussaillons ! Coco, coco ! Que dit le perroquet ? Que le trésor est caché dans l’île ? Qu’un autre bateau pirate se profile à l’horizon ? Autant d’histoires à se raconter en pliant, en coloriant et en collant les éléments prédécoupés qui permettront de réaliser un superbe pop‐up, un livre animé. Les explications sont claires et le déroulé des montages des plus simples ; il suffira d’acheter la colle idoine : une colle blanche PVA en pot, de bonne qualité, sans quoi les désillusions seront amères. Cerise sur le coffre au trésor : le prix très abordable du livret en fera un cadeau très apprécié.

Anton Poitier, Elizabeth Golding et Jake McDonald, Pop‐up Les Pirates, 2019, Flammarion, 16 pages et 8 planches prédécoupées, 7,50 € – Dès 7 ans

Roberto Innocenti, Mon bateau

« Voici mon bateau. Il est en train de couler », explique le narrateur, son capitaine qui, avec son équipage, a pris place dans une chaloupe bien secouée dans la tempête. « Tous les deux, nous avons fait le tour du monde. Il s’appelait le Clementine. » Et Dieu sait qu’il l’aimait son bateau… Construit dans les années 1930, il a navigué sur toutes les mers du globe, dans la guerre et dans la paix. Roberto Innocenti, à qui l’on doit notamment La Maison, Pinocchio et Casse‐Noisette, nous offre ici un beau voyage, très émouvant, à bord de ce XXsiècle encore si proche qui a parfois pris l’eau, tout comme le Clementine. Une belle réflexion sur l’amour de la mer et sur le temps qui passe.

Roberto Innocenti, Mon bateau, Gallimard Jeunesse, 2018, 40 p., 18 € — Traduit de l’italien – Dès 6 ans

Michel Luchesi, Pêchons à pied ! Manuel de l’apprenti pêcheur en bord de mer

Savez‐vous pêcher « au doigt et à l’œil » ? « à la pissée » ? « à la bichette », ou encore au « bôcain » ? Au moins êtes‐vous gourmands de couteaux, de moules, de praires ou de soles ? Et si ces bestioles sont trop rapides ou trop capricieuses, essayez donc un steak d’algues ! Ce petit guide explique en termes simples que pêcher à pied, sur le sable ou dans les rochers, est tout un art : que capturer ? à quel endroit ? avec quel équipement ? Les dessins sont à la fois techniques et drôles – gageons que personne ne rentrera plus bredouille !

Michel Luchesi, Pêchons à pied ! Manuel de l’apprenti pêcheur en bord de mer, illustrations d’Océane Meklemberg, Vagnon Jeunesse, 2018, 96 p., 12,95 € – De 8 à 12 ans (et plus !)

Martin de Halleux, L’inconnu du Pacifique – L’extraordinaire voyage du Capitaine Cook

« Le capitaine Cook hurlait si fort qu’on pouvait l’entendre jusqu’au fond des cales du Resolution… ‘La yole ! Ils m’ont volé la yole ! Ils m’ont fait ça à moi !’ Les pas de ses bottes claquaient sur le plancher de sa cabine, il était furieux. Pour la première fois, je l’entendais se laisser emporter par la colère. Puis il s’est apaisé et s’est assis à son pupitre. J’ai su ensuite qu’il avait passé la nuit à écrire, jusqu’au matin de cette funeste journée. » Ce roman d’aventures est donc construit sur le modèle d’un journal de bord – fictif – retrouvé par le second du capitaine. Les quatre années durant lesquelles Cook et son équipage font ce tour du monde, de 1776 à 1779, passent à grande vitesse, de tempêtes en bonaces, de banquise en palmiers, de rencontres pacifiques en drames, dont le plus cruel, à Hawaï, coûta la vie à James Cook. Marins, soldats, savants, nous partageons tout de leur vie quotidienne, de l’Angleterre au pôle Nord, via le sud de l’Afrique, l’Antarctique, et le Pacifique sud. L’auteur n’a pas (trop) édulcoré la violence qui règne autant à bord que chez certaines peuplades de cet océan « Pacifique ». Alors, petit mousse, prêt à embarquer ?

Martin de Halleux, L’inconnu du Pacifique – L’extraordinaire voyage du Capitaine Cook, Le Livre de poche Jeunesse, 2015, 128 p., 4,95 € – Dès 10 ans

Herman Melville, Moby Dick

« Ce n’est pas comme passager que je navigue. C’est comme simple matelot. Pourquoi ? Parce qu’on se fait un point d’honneur de me payer pour le mal que je me donne à bord, et aussi parce que le métier de la mer est le plus beau, le plus sain que je connaisse. » C’est en ces termes que se présente Ismaël, témoin de la plus célèbre chasse à la baleine de toute la littérature – et qui sera le seul survivant du naufrage du Péquod, baleinier commandé par un certain Achab. Moby Dick, cet immense cachalot blanc qui a eu le tort d’arracher une jambe d’Achab, est devenu, sous la plume de Melville (1819-1891), un véritable mythe.
Les illustrations du Biélorusse Anton Lomaev servent le roman avec une rare énergie, avec des tableaux le plus souvent en pleine page – et vu le format du livre (26 cm x 37,5 cm), on en prend plein les mirettes. Que le lecteur soit perché sur la vigie ou peine sur les avirons d’une baleinière, il est pris autant par l’image que par le texte (intelligemment abrégé) qui emporte, comme une vague, une autre et encore une autre.

Herman Melville, Moby Dick, illustrations d’Anton Lomaev, Éditions Sarbacane, 2017, 168 p., 29,90 € ; traduit de l’anglais. Texte abrégé. Dès 12 ans

L’aventure à Terre‐Neuve, les héros de la grande pêche témoignent

« Sur la place de l’église, après la messe, je savais trouver le dimanche matin des marins et des Capitaines. Je me jetais à l’eau :
— Avez‐vous besoin d’un mousse ?
— Pourquoi me demandes‐tu cela ?
— J’ai bientôt quinze ans, je voudrais partir à Terre‐Neuve !
— Tu n’es pas bien grand ! As‐tu déjà travaillé ? »
Après quelques refus, René, gamin de Cancale, trouve à s’embarquer pour la campagne de pêche de 1922. Sur le Fleur de Lys, un trois‐mâts qui l’« emmènerait sur la mer jolie ». Jolie ? Pas vraiment… À force de courage et de travail, l’orphelin deviendra capitaine.
Cette vie d’aventure, de grands vents, de brumes tenaces, de cales pleines de morue, à bord des voiliers comme des doris, il l’a partagée avec Pierre, Louis ou Guillaume, qui, tour à tour, racontent leur vie sur les bancs de Terre‐Neuve. Des héros bien malgré eux, mais fiers, simples et dignes.

L’aventure à Terre‐Neuve, les héros de la grande pêche témoignent, présenté par Dominique Le Brun avec une préface de Loïc Josse, Bibliomnibus, Coll. « Aventure », 2015, 202 p., 11 € – Dès 12 ans, adolescents, adultes

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V