Indemnisation en cas de grève : Ryanair reconnaît les réclamations des passagers

Ryanair

Après les épisodes de grève de l’été 2018 et la procédure lancée par Flightright à l’encontre de Ryanair auprès du tribunal du district de Hambourg, la compagnie irlandaise a fini par accepter le 9 mai 2019 l’indemnisation des clients défendus.

En plein contexte de grève des pilotes et des agents de bord de Ryanair l’été dernier, la compagnie aérienne irlandaise avait refusé l’indemnisation de ses passagers victimes de retard ou d’annulation en se référant au règlement de l’Union européenne sur les droits des passagers, considérant ces grèves comme des circonstances extraordinaires.

Des poursuites ont alors été engagées contre la compagnie au nom d’une centaine de clients au cours des neuf derniers mois. Le motif ? La compagnie aérienne aurait pu anticiper cette grève provoquée par des années de “dumping social” et de conditions de travail douteuses. Aussi, la Cour de Justice de l’UE a statué l’année dernière qu’une compensation doit être versée aux voyageurs en cas d’annulation ou de retard si la compagnie aérienne est en mesure de réagir en amont et ce, même en cas de grève. Dans des déclarations publiques, la compagnie aérienne a malgré tout exclu toutes demandes d’indemnisations.

« Nous avons l’impression que la principale préoccupation de la compagnie est de rendre les démarches faites individuellement par les passagers les plus difficiles possible. C’est une habitude pour Ryanair qui voit de nombreuses affaires passer devant les tribunaux, en raison de ses refus d’indemniser ses passagers  » commente Oskar de Felice, expert juridique chez Flightright.

La stratégie de l’esquive appliquée par Ryanair

Selon les experts juridiques, soumettre la question du cas Ryanair à la Cour de Justice de l’Union Européenne permettrait de clarifier l’ensemble des affaires concernant la compagnie irlandaise. Une décision historique que cette dernière chercherait à éviter.

« La compagnie aérienne Ryanair semble s’attendre à ce que la CJUE évalue la validité des revendications et ne considère pas la grève comme une circonstance extraordinaire. Un arrêt de la CJUE aurait signifié que Ryanair soit obligé d’indemniser tous les cas de grève« , a déclaré Oskar de Felice. 

« Cette volte-face de Ryanair souligne une fois de plus que notre évaluation juridique est correcte. Par conséquent, nous allons continuer à porter progressivement l’ensemble des cas de grève de nos clients devant les tribunaux. Nous encourageons par ailleurs tous les autres passagers de Ryanair qui ont été impactés par cette grève à faire valoir leurs droits, en n’hésitant pas à se faire assister dans leurs réclamations« , conclue-t-il.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !