Netflix. Objectif 6 millions d’abonnés en France ?

Netflix

La bataille pour le cinéma et les séries TV fait rage en France et dans le monde. Si certains budgets permettent de tout s’offrir plutôt que d’aller au cinéma – un nouveau comportement – pour beaucoup de ménages, un choix s’impose. Parmi les candidats qui proposent films, séries, documentaires, Netflix tire son épingle du jeu, avec 5 millions d’abonnés annoncés par la firme américaine, en moins 5 ans d’existence en France.

Avec l’objectif, d’atteindre les 6 millions d’abonnés dans les mois, ou années à venir ? Un défi possible. Dans tous les cas, l’action de l’entreprise américaine Netflix est largement remontée en ce début 2019, signe économique de son succès, qui n’a pas empêché par ailleurs une hausse des tarifs pour les abonnés.

Notre planète, succès de ce début 2019

Ce qui fait le succès de Netflix, c’est notamment la capacité à produire et à distribuer de nombreuses séries d’excellente qualité (nous avons chroniqué Dogs of Berlin, ou encore Narcos). En ce début d’année 2019, c’est un documentaire en 8 épisodes, Notre planète, qui révèle la beauté naturelle de notre planète, mais aussi l’impact du changement climatique sur toutes les créatures vivantes.

Ceux qui possèdent des téléviseurs dernier cri, HD notamment (avec l’abonnement qui va avec) découvrent ainsi des paysages et des images absolument somptueuses. Ce documentaire a été financé également par le WWF (World Wildlife Fund) ONG spécialisée dans de l’environnement.

Parmi les séries, nouvelles ou anciennes, qui rencontrent du succès, notamment parce qu’elles peuvent être avalées d’un coup, sans attendre la semaine suivante pour les regarder, on retrouve Friends, Breaking Bad, House of Cards, Homeland, Black Mirror, the Walking dead. Des séries qui assurent forcément de l’audience à la chaine. Du côté des productions 100% Netflix, Sense 8, Riverdale, Narcos, The Crown ou encore 15 reason why, Bloodline, ou Dark valent largement que l’on s’y attarde.

Passer outre le politiquement correct

Bien entendu, Netflix, comme globalement la grosse industrie du cinéma et de la série du côté occidental du monde, est contrôlé et dominé par le politiquement correct. Vous y retrouverez donc, au travers des séries (et notamment de l’excellente série Black Mirror) tous les désormais traditionnels poncifs. Les pauvres noirs opprimés. Les méchants blancs racistes. La part belle au lobby LGBT également. Toutes les questions sociétales qui traversent notre société occidentale sont abordées, systématiquement dans le sens de la société « inclusive » chère à Georges Soros.

Cela nécessite donc de regarder ces films et ces séries avec un filtre « anti politiquement correct ». Apprécier les séries et les films de Netflix pour leur qualité intrinsèque, mais ne pas oublier (et ne pas oublier de le dire, de l’expliquer aux proches et aux plus jeunes qui regardent) l’objectif de certains épisodes, de certains films, de certaines séries. Car des producteurs veulent imposer des thématiques bien précises, de manière tout sauf innocente. Et aujourd’hui, n’importe quel communicant sait qu’un bon film a 1000 fois plus d’impact qu’un tract politique. Méfiance, et esprit critique, très critique donc.

La France, marché porteur pour Netflix

Nous avons évoqué les 5 millions d’utilisateurs en France. Le dépassement de Canal +, pourtant leader dans ce domaine depuis des années. Il faut dire que pour la chaine américaine, la France est désormais un marché porteur. Avec 1 à 2 % du temps passé devant la TV en France, Netflix a encore de la marge, que la société compte augmenter, notamment grâce au fait que les jeunes générations remplacent les plus anciennes qui n’avaient pas forcément le réflexe « vidéo à la demande ».

Dans les prochains mois, avec l’arrivée des suites de séries comme La Casa del Papel, Mindhunter, Orange is the New Black, et les arrivées de The Politician, White lines, et quelques autres, il est évident que l’audience devrait augmenter, encore et encore.

En France comme ailleurs dans le monde, la bataille autour du cinéma fait rage !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

 

 

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !