Jean-Pierre Bardinet, ingénieur à l’ENSEM Nancy (École Nationale Supérieure d’Électricité et de Mécanique), nous adresse une tribune à propos de ce qu’il appelle « l’hystérie climatique ». Au lendemain des manifestations de jeunes sur le climat – très orchestrées par les gouvernants – voici de quoi donner matière à débat.

Voici 5 critères qui permettent d’identifier une vaste opération de désinformation

Critère n°1 : Unanimité de tous les médias et de tous les politiques, voire de toutes les institutions internationales.

Critère n°2 : Surinformation sur un aspect de la question, omerta sur les autres.

Critère n°3 : Tous les bons d’un côté, tous les mauvais de l’autre.

Critère n°4 : Acquiescement de l’opinion débouchant sur une psychose collective avec une totale perte de bon sens.

Critère N°5 : Refus d’accepter les observations dérangeantes et la controverse scientifique.

climat
Manipulé ?

« Il n’y a aucune urgence climatique »

Le réchauffement climatique anthropique et la politique énergétique associée satisfont à ces 5 critères. Dans le domaine scientifique, l’esprit critique, le scepticisme et la controverse sont des vertus. Mais en climatologie et en production d’électricité ce sont des tares. Curieux, non ?

Contrairement à ce que l’on nous répète ad nauseam, il n’y a aucune urgence climatique, pour plusieurs raisons simples et de bon sens, outre le fait qu’il n’y a aucune preuve scientifique que le CO2, quelle que soit son origine, ait une action mesurable sur la TMAG (température moyenne annuelle globale). Si tel avait été le cas, une seule COP, un seul rapport scientifique, un seul résumé pour les décideurs (SPM) auraient été suffisants.

Le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) a été créé par l’ONU, ce Grand Machin, pour diffuser un alarmisme climatique outrancier qui sert de justification à une noria de taxes, de normes souvent absurdes et de règlements contraignants. Rien que le fait que le nom originel, IPCC (Intergovernmental Panel For Climate Change) ait été modifié dans les autres langues en y introduisant le mot « experts » est très étrange… En effet cette appellation a pour but de nous faire croire que le GIEC est une structure scientifique, alors que c’est une structure intergouvernementale, donc politique.

Dans ses statuts, rédigés par l’UNEP (United Nations Environment Program), il est demandé au GIEC de travailler sur le « Réchauffement Climatique Anthropique » (RCA) : « Évaluer sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation ». Donc, avant même que le GIEC n’ait commencé ses travaux, on lui impose LA SOLUTION : il y a réchauffement ET il est anthropique.

Par conséquent, mécaniquement, les dirigeants du GIEC vont tout faire pour justifier cette solution, et ils n’ont pas hésité à utiliser de la science fausse, comme, par exemple, le modèle d’effet de serre d’Arrhénius, qui avait été réfuté par les physiciens de son époque (expérience de Wood), et que le GIEC a fort opportunément sorti de son chapeau, ou encore d’inventer un nouveau processus physique, le forçage radiatif avec rétroaction, qui a la propriété étonnante de violer la seconde loi de la thermodynamique, sans que cela ne pose problème au GIEC…

Une fois que le rapport scientifique est rédigé (compilation de nombre de publications judicieusement sélectionnées), le résumé pour les décideurs (SPM) est préparé entre les dirigeants du GIEC, gardiens zélés de la Sainte Parole « GIECquienne », et les représentants des gouvernements, diplomates et fonctionnaires. Il est négocié mot par mot, à la virgule près, selon les bonnes habitudes du Grand Machin Onusien. De ce fait, le SPM gomme toutes les nuances, toutes les interrogations, tous les aveux de méconnaissance que l’on peut trouver dans le rapport scientifique. Il n’a donc aucune valeur scientifique. Puis, il est publié et présenté en grande pompe aux États, aux institutions internationales, et aux médias du monde entier pour qu’ils relayent la Sainte Parole « GIECquienne » aux peuples de toute la planète.

Après ce faste clinquant et fort onéreux, les scientifiques sont priés de mettre le rapport scientifique en conformité avec le SPM, qui a force de Loi Divine, et leur rapport ainsi remis dans la Ligne du Parti est publié plusieurs mois après le SPM. Jamais la science n’avait été ainsi dévoyée (sauf avec le lyssenkisme, cousin proche du dogme du Réchauffement Climatique Anthropique – RCA) et jamais son éthique la plus élémentaire n’avait été ainsi foulée aux pieds et instrumentalisée par le politique.

« À l’époque de Galilée, il y avait la science officielle de l’Église catholique »

La référence de l’alarmisme climatique est donc ce fameux résumé pour les décideurs (SPM), qui n’a aucune valeur scientifique, le rapport scientifique servant de caution de bonne science. Mais ce SPM sert de justification à l’alarmisme climatique, qui devient de plus en plus irrationnel et délirant, notamment en imputant au réchauffement climatique tout événement météo plus ou moins intense, confondant par là-même, sans vergogne, climat et météo. Nul, sauf les experts concernés, ne lit le volumineux rapport scientifique AR5, pourtant plus mesuré que le SPM, car il reconnaît qu’il n’y a quasiment plus de réchauffement global depuis près de 20 ans (le « hiatus » ou la « pause »), prend en compte les incertitudes et reconnaît qu’il y a des mécanismes encore mal connus du climat, système particulièrement complexe et non modélisable. Par exemple, on ne sait pas modéliser le cycle de l’eau, qui a pourtant, notamment via l’ennuagement, un effet important sur les températures. Alors, pourquoi accorder du crédit aux projections multidécadales des modèles numériques, construits en intégrant les thèses du GIEC et en rajoutant ça et là un peu de poudre de perlimpinpin, un zeste de paramétrages plus ou moins subtils afin de bien rester en conformité avec les thèses hypothétiques du GIEC et l’alarmisme climatique ?

Récemment un panel de vaillants citoyens, choqués que la Sainte Parole GIECquienne du SPM ne soit pas disponible dans la langue de Molière, et que les gueux n’en aient donc pas connaissance, a traduit en français ce résumé pour les décideurs. Cette traduction participe bien sûr à la propagande réchauffiste dans toute son absurdité (https://www.lepoint.fr/debats/une-traduction-citoyenne-pour-enfin-lire-le-dernier-rapport-du-giec-22-05-2019-2314423_2.php).

À l’époque de Galilée, il y avait la science officielle de l’Église catholique. À notre époque, il y a la science officielle du GIEC/IPCC. Dans le premier cas, la science officielle s’est avérée être fausse, mais il a fallu du temps pour que l’Église l’accepte. Dans le second cas, la science officielle s’avérera aussi être fausse. Ce n’est qu’une question de temps et de prise de conscience de l’absurdité de la pataphysique de l’atmosphère « inventée » par le GIEC afin de cautionner une idéologie préconfigurée. Je trouve donc croustillant que, dans l’article du Point, il y ait référence au procès de Galilée, dont la version moderne est l’accusation de « négationnisme » pour tous ceux qui ne reconnaissent pas la Sainte Parole GIECquienne, le refus de la controverse, les insultes, l’anathème, l’interdiction d’accès aux médias pour se faire entendre, susciter une saine critique et faire cesser cette hystérie climatique qui nous pourrit la vie (et le portefeuille).

Pour éviter tout déviationnisme, tout révisionnisme pervers, il est très important que les jeunes générations, qui sont le futur de la planète, soient bien conditionnées, informées des terribles maux climatiques qui vont s’abattre sur nous si l’on ne suit pas vigoureusement les oukases recommandations de la Très Sainte et Très Sage Église Réchauffiste. Nos braves citoyens traducteurs, militants verts, dont l’objectivité n’est pas à mettre en cause, ont donc, dans leur grande sagesse, prévu « … une adaptation du résumé pour les enseignants ». Le petit livre rouge de Mao, c’est ringard. À présent, c’est le petit livre vert (très vert pour masquer le très rouge) du résumé pour les décideurs, bible de la Sainte Église Réchauffiste, qui a pour mission d’endoctriner la jeunesse comme cela se passa en Chine sous le règne de Mao, ce qui a entraîné la création de camps de rééducation politique pour les méchants incroyants, déviationnistes et impérialistes, rétifs à la Parole du Grand Timonier. À quand les camps de rééducation pour les épouvantables climato-réalistes, qui osent, les misérables, critiquer la Sainte Parole GIECquienne, soutenue avec foi par les candidats à l’élection européenne, les braves gens ?

Jean-Pierre Bardinet

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V