200 places supplémentaires doivent être créées en Ille-et-Vilaine pour les migrants mineurs avant la fin de l’année 2019. Des places supplémentaires avec un coût lui aussi supplémentaire…

Migrants mineurs : déjà 700 en Ille-et-Vilaine

Le mécanisme est-il destiné à se répéter à l’infini ? Voilà que le département d’Ille-et-Vilaine annonce la mise à disposition de 200 places supplémentaires pour accueillir des Mineurs Non Accompagnés (MNA). Un qualificatif qui omet de préciser que les mineurs en question sont des migrants extra-européens.

À l’heure actuelle, ils sont déjà 700 migrants mineurs isolés à bénéficier d’un accompagnement de la part du Conseil départemental. Mais le président du département Jean-Luc Chenut a visiblement choisi de jouer les bons élèves auprès de l’État puisque la législation sur la protection de l’enfance impose aux services départementaux de prendre en charge les migrants considérés comme âgés de moins de 18 ans.

Ille-et-vilaine
Jean-Luc Chenut. Source : ille-et-vilaine.fr

200 places de plus avant la fin de l’année

Dans l’optique d’augmenter les capacités d’accueil, l’assemblée départementale a validé au mois d’avril dernier la réalisation d’un nouveau plan. Lequel projette donc d’ouvrir de nouveaux sites d’accueil dans différentes villes d’Ille-et-Vilaine. Sont ainsi concernées Rennes, Bréal-sous-Montfort, Vern-sur-Seiche, Hédé, Châteaubourg, Saint-Jouan-des-Guérets, Redon, Fougères mais aussi des communes des communautés de Liffré-Cormier et de Montfort Communauté. Pour ces sites, des études de faisabilité ont été lancées.

Dans le détail, ce sont entre 5 et 40 migrants qui pourraient être accueillis selon les capacités des différents sites. Pour le Conseil départemental, l’objectif est de pouvoir proposer entre 150 et 200 places à partir de septembre prochain. L’ensemble des places devra être accessible d’ici décembre 2019. Signe de la pression migratoire en Ille-et-Vilaine, les dispositifs actuels avec leurs 70 places sont toujours insuffisants en termes de capacités.

Migrants mineurs : 21 millions d’euros supplémentaires

Ces attributions de places devraient se faire en concertation avec les édiles des communes concernées. Mais ce déploiement de moyens matériels va aussi nécessiter des moyens financiers. Au titre de l’année 2018, la prise en charge de ces mineurs étrangers avait coûté pas moins de 21 millions d’euros au département d’Ille-et-Vilaine. Jean-Luc Chenut entend donc solliciter à nouveau le soutien de l’État. Un soutien de Paris qui tarde à arriver, contrairement aux migrants !
Mais, pour le président socialiste, « le Département et ses élus ont le devoir d’apporter des réponses à ces jeunes qui leur sont confiés par la République ». Une République qui laisse le soin aux contribuables locaux de financer ces « réponses »…
Jean-Luc Chenut sur Breizh-info.com, c’est aussi :
  • Notre-Dame de Paris. Jean-Luc Chenut donne un pourboire

  • Mineurs étrangers. Jean-Luc Chenut (PS) : « fier » aujourd’hui, « enthousiaste » demain…

  • Ille-et-Vilaine. La grande famille de Jean-Luc Chenut (PS) a un coût : 21 millions d’euros

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V